Violences antifas : il faut que cela cesse !

Une nouvelle flambée de violences depuis quelques jours défraie à nouveau la chronique en France. La mort d'un jeune militant, opposé à une construction d'un barrage à Sivens, donne à ces évènements un caractère dramatique qui ne peut toutefois nous empêcher de nous poser les bonnes questions.

 

Pourquoi les effectifs de Police et de Gendarmerie se retrouvent-ils dans des situations d'une aussi intense complexité ?

Les images disponibles dans les médias et sur internet révèlent que, de manière récurrente, des groupuscules entraînés, armés, n'hésitant pas à recourir à la violence contre les forces de l'ordre, mènent un activisme dangereux.

 

L'analyse du Général de division de gendarmerie Bertrand CAVALLIER dans Le Point confirme cette réalité.

 

S'il est nécessaire de pouvoir exprimer une poisition et une opposition, cela peut se mener dans le calme et la détermination. Les grandes mobilisations des années 2013 et 2014 pour la Famille l'ont démontré.

 

Cette mort tragique doit faire prendre conscience au plus haut niveau de l'Etat que le deux poids deux mesures n'est pas acceptable et qu'il faut mettre fin au laxisme.

 

J'ai déposé il y a quelques semaines, avec 39 députés cosignataires,  une Proposition de loi (voir le texte intégral ici) pour faciliter les conditions de dissolution des groupuscules violents "antifas" ou "black bloc" impliqués dans ces mouvements violents qui provoquent des tensions avec les forces de l'ordre.

 

Monsieur le Président, Monsieur le Premier ministre, Monsieur le Ministre de l'Intérieur, il est temps : il faut agir.

Revoir la Question au Gouvernement de Yannick MOREAU à Manuel VALLS pour la dissolution des groupuscules violents antifas.

Commentaires : 0 (Discussion fermée)
    Aucun commentaire pour le moment.