Fusion aux Olonnes, parlons vrai !

Le maire du Château d'Olonne a beau jeu de dire qu'une fusion à 2 est un "gâchis", lui qui, en refusant une fusion à 3 au 1er janvier 2016, a fait perdre 6 millions d'euros de dotations publiques aux 3 communes.

 

La vérité c'est qu'aucun obstacle technique, juridique ou administratif n'empêche la commune du Château d'Olonne de fusionner dans 25 mois, le 1er janvier 2018, avec Les Sables d'Olonne et Olonne sur Mer ; pas même la nécessité d'organiser une consultation des habitants du Château qui reste largement souhaitable et réalisable dans les mois qui viennent.

Rien n'empêche cette fusion à 3. Rien, sauf un vrai manque de volonté du maire du Château d'Olonne et de ses adjoints.

 

Ce manque de volonté saute pourtant aux yeux. Tout le monde a bien compris que les élus du Château d'Olonne, quoi qu'ils en disent a posteriori, ont repoussé et repoussent toujours à plus tard la fusion inéluctable des 3 communes des Olonnes.

 

Pour ceux qui en voudraient quelques preuves complémentaires, voici deux exemples symboliques parmi d'autres qui démontrent que, depuis 18 mois, la ville du Château d'Olonne ne se place pas sincèrement dans une logique de réunification des trois communes.

 

1er exemple : les multiples décisions non concertées concernant l'acquisition d'un logiciel spécifique pour le service jeunesse, la non-acquisition d'un logiciel déjà exploité par les services techniques des Sables et d'Olonne, ou encore la non-concertation concernant le vote isolé de nouveaux abattements fiscaux en 2014, ou bien la décision unilatérale d'augmenter le tarif des tickets de cantine accentuant encore les différences avec les communes voisines. Des décisions légitimes à l'échelle du Château d'Olonne mais qui, décidées sans concertation avec les voisines, ne témoignent pas d'un grande volonté ou anticipation de fusion.

 

2ème exemple : la création soudaine et non concertée d'un poste de cadre à l'office de tourisme du Château d'Olonne.

 

Parlons vrai. La fusion à 3 est inéluctable. Qu'elle se réalise en une fois au 1er janvier 2018, ou en deux temps si la ville du Château d'Olonne préfère prendre plus de temps pour réfléchir, elle se fera.

 

Parlons vrai. La fusion est un acte libre et volontaire. La municipalité du Château est libre de penser avoir raison toute seule contre ses partenaires d'Olonne et des Sables. La municipalité du Château est libre de refuser de rejoindre la dynamique enclenchée par Les Sables et Olonne. Mais qu'elle l'assume au lieu de se plaindre des conséquences de la décision libre que le maire, sa 1ère adjointe et leur équipe ont prise librement.

 

Parlons vrai. Les Sables et Olonne avancent à 2 mais ne ferment pas la porte au Château d'Olonne qui, au prochain mandat, après les élections municipales de 2020, pourra rejoindre la dynamique créée par la nouvelle ville des Sables d'Olonne, ville de 30 000 habitants, moteur de l'agglomération des Olonnes et de la Vendée littorale.

 

Yannick Moreau, 1er adjoint au maire d'Olonne, chargé de la fusion.

Commentaires : 0 (Discussion fermée)
    Aucun commentaire pour le moment.