Déchéance de nationalité : je vote pour.

En janvier 2015, je demandais, au cours d'une question gouvernement, la mise en œuvre du principe de déchéance de la nationalité. 

Un an après, je n'ai pas changé d'avis. 

Face au terrorisme il ne doit pas avoir d'hésitation. L'intérêt de la France ne doit pas être otage de combats politiciens.

C'est pour cela que, avec les réserves que j'ai déjà exprimé, j'ai voté pour la réforme constitutionnelle en première lecture.

Je fais confiance à mes collègues du Sénat pour corriger les excès introduits en première lecture par la majorité.