LA DISPERSION DE LA "JUNGLE DE CALAIS" NE SERVIRA À RIEN TANT QUE...

La dispersion de la "jungle de Calais" ne servira à rien tant que les nos frontières seront ouvertes aux quatre vents de la mondialisation djihadiste. En matière de contrôle des frontières, il est plus que temps d'agir vraiment et de fermer le robinet de l'immigration économique irrégulière. En période d'état d'urgence, le contrôle de nos frontières nationales devrait être une priorité et une réalité.

 

La dispersion de la "jungle de Calais" ne servira à rien tant que le gouvernement refusera de reconnaître que les "migrants de Calais" ne sont pas tous des "réfugiés de guerre" pouvant relever du statut de "demandeur d'asile" mais, en grande partie, des immigrés économiques venus chercher en Europe et en Grande-Bretagne de meilleurs conditions de vie que nous ne sommes malheureusement pas en mesure de leur offrir.

 

La dispersion de la "jungle de Calais" ne servira à rien tant que nos gouvernants resteront obnubilés par le traitement social des conséquences des vagues migratoires et n'oseront pas s'attaquer clairement aux causes. Comment ne pas faire preuve d'humanité avec les hommes, femmes et enfants présents sur notre territoire ? Comment ne pas accorder l'asile à ceux qui peuvent relever de ce statut ? Mais accueillir, dans tous les départements de France des immigrés irréguliers sans discernement ni volonté de traiter le problème à la source et aux frontières est clairement irresponsable.

 

La dispersion de la "jungle de Calais" ne servira à rien tant que l'Etat ne désactivera pas les catalyseurs de l'immigration irrégulière : regroupement familial, aide médicale d'Etat, etc.

 

La dispersion de la "jungle de Calais" ne servira à rien tant que 95% des déboutés du droit d'asile ne seront pas renvoyés dans leur pays d'origine. 

 

Sur l'ensemble des immigrés irréguliers, un gros tiers accède au statut de demandeur d'asile et peut bénéficier de la tradition d'accueil bien légitime de la France à l'égard des peuples persécutés à travers le monde. Près de deux tiers sont déboutés et ont vocation à être reconduits dans leur pays. Or, par faiblesse et manque de volonté de nos gouvernants, 95% d'entre eux restent sur le territoire en situation irrégulière. C'est inacceptable et irresponsable car l'énergie et l'argent public que l'Etat et les Français y consacrent sont autant de forces en moins pour accueillir dignement celles et ceux qui sont d'authentiques réfugiés ou des travailleurs en situation régulière.

 

La dispersion de la "jungle de Calais" ne servira à rien tant que nos gouvernants n'auront pas la lucidité de reconnaître que la France de ce début de XXIème siècle, confrontée à des difficultés considérables qui éprouvent des millions de compatriotes en détresse, n'a pas les moyens d'accueillir toute la misère du monde.

 

Yannick Moreau

Député LR de la Vendée littorale

Commentaires : 0 (Discussion fermée)
    Aucun commentaire pour le moment.