27 août

Hommage à Hélie Denoix de Saint Marc.


A la mémoire d'un grand Français qui nous a quitté, ce témoignage d'Hélie Denoix de Saint Marc aux jeunes générations 

   

« QUE DIRE A UN JEUNE DE 20 ANS »


Quand on a connu tout et le contraire de tout,

quand on a beaucoup vécu et qu’on est au soir de sa vie,

on est tenté de ne rien lui dire,

sachant qu’à chaque génération suffit sa peine,

sachant aussi que la recherche, le doute, les remises en cause

font partie de la noblesse de l’existence.


Pourtant, je ne veux pas me dérober,

et à ce jeune interlocuteur, je répondrai ceci,

en me souvenant de ce qu’écrivait un auteur contemporain :


«Il ne faut pas s’installer dans sa vérité

et vouloir l’asséner comme une certitude,

mais savoir l’offrir en tremblant comme un mystère».


A mon jeune interlocuteur,

je dirai donc que nous vivons une période difficile

où les bases de ce qu’on appelait la Morale

et qu’on appelle aujourd’hui l’Ethique,

sont remises constamment en cause,

en particulier dans les domaines du don de la vie,

de la manipulation de la vie,

de l’interruption de la vie.


Dans ces domaines,

de terribles questions nous attendent dans les décennies à venir.

Oui, nous vivons une période difficile

où l’individualisme systématique,

le profit à n’importe quel prix,

le matérialisme,

l’emportent sur les forces de l’esprit.


Oui, nous vivons une période difficile

où il est toujours question de droit et jamais de devoir

et où la responsabilité qui est l’once de tout destin,

tend à être occultée.


Mais je dirai à mon jeune interlocuteur que malgré tout cela,

il faut croire à la grandeur de l’aventure humaine.

Il faut savoir,

jusqu’au dernier jour,

jusqu’à la dernière heure,

rouler son propre rocher.

La vie est un combat

le métier d’homme est un rude métier.

Ceux qui vivent sont ceux qui se battent.


Il faut savoir

que rien n’est sûr,

que rien n’est facile,

que rien n’est donné,

que rien n’est gratuit.


Tout se conquiert, tout se mérite.

Si rien n’est sacrifié, rien n’est obtenu.


Je dirai à mon jeune interlocuteur

que pour ma très modeste part,

je crois que la vie est un don de Dieu

et qu’il faut savoir découvrir au-delà de ce qui apparaît 

comme l’absurdité du monde,

une signification à notre existence.


Je lui dirai

qu’il faut savoir trouver à travers les difficultés et les épreuves,

cette générosité,

cette noblesse,

cette miraculeuse et mystérieuse beauté éparse à travers le monde,

qu’il faut savoir découvrir ces étoiles,

qui nous guident où nous sommes plongés

au plus profond de la nuit

et le tremblement sacré des choses invisibles.


Je lui dirai

que tout homme est une exception,

qu’il a sa propre dignité

et qu’il faut savoir respecter cette dignité.


Je lui dirai

qu’envers et contre tous

il faut croire à son pays et en son avenir.


Enfin, je lui dirai

que de toutes les vertus,

la plus importante, parce qu’elle est la motrice de toutes les autres

et qu’elle est nécessaire à l’exercice des autres,

de toutes les vertus,

la plus importante me paraît être le courage, les courages,

et surtout celui dont on ne parle pas

et qui consiste à être fidèle à ses rêves de jeunesse.


Et pratiquer ce courage, ces courages,

c’est peut-être cela


«L’Honneur de Vivre» 


Hélie de Saint Marc


29 août

Jean-François Copé en Vendée le 6 novembre.


Chers amis, la situation préoccupante en Syrie oblige le Parlement à se réunir en session extraordinaire dès la semaine prochaine. Un débat sera ainsi organisé à l'Assemblée nationale et au Sénat mercredi après-midi pour que la représentation parlementaire puisse faire connaître l'avis du peuple français au sujet d'une éventuelle intervention militaire (pour laquelle j'exprime de vives réserves). 


C'est donc à cause de ce lourd et grave sujet international que nous avons décidé avec Jean-François COPÉ de reporter sa venue prévue en Vendée au Mercredi 6 novembre. La réunion publique au Havre d'Olonne à Olonne-sur-Mer aura donc lieu le 6 novembre.


Vous remerciant de votre compréhension pour ce changement lié à un contexte géopolitique particulièrement instable, je compte sur votre mobilisation et votre présence pour accueillir nombreux le Président de l'UMP, le 6 novembre prochain, pour son premier déplacement en Vendée.


30 août

Réforme de la politique pénale : le Gouvernement cultive le sillon du laxisme.


Yannick MOREAU, Député de la Vendée Littorale, Secrétaire National de l'UMP à la réforme de la Justice, dénonce les arbitrages qui menacent gravement la sécurité des Français.


"Les effets de manche du Premier Ministre ne trompent plus les Français qui attendent du gouvernement des résultats et non pas un incessant détricotage du passé. La vérité c'est que les options choisies donnent un signal fort de laxisme pour les délinquants, alors que tous les indicateurs démontrent une hausse claire de l'insécurité.


La Justice doit reposer sur la confiance des justiciables dans un système qui les protège, et donc qui ne sacrifie pas la fermeté sur l'autel des rivalités personnelles des ministres. La fin annoncée des peines planchers a tout du mauvais règlement de compte politicien, totalement éloigné des objectifs d'intérêt général.


Yannick MOREAU dénonce l'illusion qui consiste à annoncer la création de 6.400 places de prison alors qu'il nous en manque 8 fois plus. Il dénonce également l'instauration par le Garde des Sceaux d'un "permis de récidiver" pompeusement appelé "contrainte pénale" qui consiste à dispenser de prison les auteurs de délits graves de moins de 5 ans !

Dans le Code Pénal, ces condamnations ne sont pas légères : auteurs de coups et violences volontaires, agresseurs sexuels, trafiquants de drogues et d'armes !


"Si cette réforme est adoptée, 98% des condamnés pour des délits de moins de 5 ans pourront se retrouver face à leur victime sans passer par la prison" prévient-il.

 

Pour Yannick MOREAU, Secrétaire national de l'UMP à la réforme de la Justice, la vraie lutte contre la récidive ne peut s'exonérer d'une véritable application des peines. En faisant l'impasse sur une réforme profonde des articles 721 et suivants du Code de Procédure pénale, portant sur les remises de peine, le gouvernement ment aux Français.


La lucidité et l'audace d'une politique pénale cohérente auraient dû inciter le gouvernement à ouvrir un "droit d'Appel pour les victimes", et à mettre en place une interdiction définitive du territoire européen pour les étrangers récidivistes délinquants ou condamnés à des crimes de sang.


Yannick MOREAU

Député de la Vendée littorale

Secrétaire national de l'UMP à la réforme de la Justice.