3 mai

Interdiction des insecticides néonicotinoïdes : un premier pas tardif de l’Europe des commissaires.


Yannick MOREAU, Député de la Vendée Littorale, se réjouit de la forte mobilisation qui a aboutit à la décision des commissaires européens de suspendre la diffusion de molécules contenues dans certains produits insecticides, mis en cause dans la mortalité des insectes pollinisateurs (bourdons, papillons, abeilles).


"Cette décision était attendue et demandée depuis de nombreuses années par les apiculteurs, les consommateurs et les élus. C'est une victoire contre les lobbys multinationaux, les firmes productivistes et les eurocrates frileux" indique Yannick MOREAU.


Pour Yannick MOREAU, Député de la Vendée Litorale, la suspension pendant deux ans, à partir du 1er décembre 2013, des molécules d'imidaclopride, de thiaméthoxame et de clothianidine est un premier pas, tardif, mais nécessaire au regard des risques répétés pour les insectes pollinisateurs, en particulier les abeilles.


Yannick MOREAU restera vigilant aux risques d'un règlementarisme effréné qui, entravant les producteurs agricoles français, n'aurait pour conséquence qu'une déstabilisation à la hausse des prix des céréales.


Pour le Député de la Vendée Littorale, il est nécessaire de maintenir un fort investissement scientifique, indispensable à la protection de la santé publique et de l'environnement.


Yannick MOREAU

Député de la Vendée Littorale.


3 mai

Mariage homosexuel, adoption, PMA, GPA : pourquoi se mobiliser encore ?


À quoi bon aller encore manifester à Rennes ou Paris cet après-midi alors que la loi est votée ? Simplement parce qu'une loi votée n'est pas encore applicable.


Pour l'être, il faut :


 1) qu'elle ne soit pas censurée totalement ou partiellement par le Conseil constitutionnel


2) qu'elle soit "promulguée" par le Président de la République


3) qu'elle fasse l'objet de décrets d'application qui permettront aux services de l'État et aux mairies de la mettre en œuvre concrètement partout en France.


Ces 2 dernières conditions ne relèvent que de la volonté du Président de la République qui pourrait, à l'image de son illustre prédécesseur François au sujet de la loi Savary décider, à l'issue des manifestations régionales de ce jour et de la TRES GRANDE manifestation nationale du 26 mai, que l'application de cette loi n'est pas opportune.


Que les difficultés économiques sans précédent auxquelles les Français doivent faire face ne permettent pas de mettre en oeuvre maintenant un projet qui fracture à ce point le peuple de France.


Que l'heure est venue de la réconciliation et du rassemblement.


Tant que la loi n'est pas promulguée, il reste un espoir, un espoir fondé sur notre capacité à démontrer à François Hollande que cette loi Taubira, en accordant aujourd'hui le mariage et l'adption, demain la PMA et la GPA, fracture inutilement, inopportunément et irrémédiablement le peuple de France.


6 mai

François Hollande 1 an après : “le Président qui s’est toujours trompé”.


1 an d'élection de François Hollande à la Présidence de la République. Quel est son bilan ?


Retrouvez mon point de vue sur cette année d'échecs, de dispersion et de divisions.


16 mai

Il est encore temps de tourner le dos aux vieilles lunes socialistes et de faire confiance aux Français !


Hausse du chômage et entrée en récession de la France : « il est encore temps de tourner le dos aux vieilles lunes socialistes et de faire confiance aux Français ».


 Alors qu'à Bruxelles le Président de la République a déclaré ce matin que « la France avait passé le cap le plus difficile », Yannick MOREAU, Député de la Vendée Littorale, appelle François HOLLANDE à davantage de lucidité et de vérité face à la situation réelle de notre pays.


« La France s'enfonce dans la récession, avec comme conséquence directe une nouvelle montée du chômage y compris en Vendée. Le Gouvernement n'a toujours pas compris que c'est son attentisme socialiste qui maintien notre pays dans la tourmente économique et sociale dont souffrent nos compatriotes » déclare Yannick MOREAU.


Où est le choc de sımplıfıcatıon promıs ? Les entrepreneurs et les agrıculteurs croulent sous la paperasse et les contraıntes.


Où est le choc de compétitivité promıs ? Les charges et les impôts sont tellement lourds que le travaıl au noır atteint des records hıstorıques.


Que devıent l'attractivité tourıstıque et l'ımage de la France quand des vılles sont livrées à la vıolence et a l'insécurité ?


« Il est encore temps de tourner le dos aux vieilles lunes socialistes et de faire confiance à l'énergie et aux talents des Français.» conclut Yannick MOREAU.


21 mai

Ce qu’une majorité a fait, le Peuple souverain peut le défaire.


L’ouverture du mariage et de l’adoption pour les couples de même sexe n’est pas une bonne nouvelle pour notre société qui fait le choix de faire primer la volonté d’ adultes sur le droit supérieur des enfants d’avoir un père et une mère.


 Quand dans quelques mois La France ouvrira la possibilité de recourir à la P.M.A. puis dans quelques années aux mères porteuses, personne ne pourra dire qu’on ne savait pas.


C’est pour tenter d’éviter cette marchandisation du corps humain que l’élan populaire et pacifiste qui s’est levé contre cette loi dévastatrice pour les repères fondamentaux de notre société doit se poursuivre et s’amplifier le 26 mai prochain à Paris.


Les socialistes et leurs alliés verts ou d’extrême gauche portent une lourde responsabilité dans la fracturationet la déconstruction de la société française. Ils devront en rendre compte. Mais ce que la loi peut faire elle peut aussi le défaire. La droite devra ainsi avoir le moment venu le courage de revenir sur cette loi dont la grande majorité des français ne veut pas. Pour mémoire 64% des français préfèrent l’union civile sans adoption au mariage (sondage valeurs actuelles du 07 mai 2013).


Yannick MOREAU

Député de la Vendée Littorale.


23 mai

“Mur des Cons” : l’incomp”tence prétendue du CSM cache mal l’incompatibilité de la syndicalisation avec la fonction de magistrat.


C'est avec stupeur que Yannick MOREAU, Député de la Vendée Littorale, a pris connaissance de l'incompétence manifestée par le Conseil Supérieur de la Magistrature, suite à la saisine tardive du Garde des Sceaux dans l'affaire du « Mur des Cons ».


 L'article 65 de la Constitution est pourtant explicite : il dispose que le Conseil Supérieur de la Magistrature est compétent à l'égard des magistrats du siège comme du parquet, pour statuer comme conseil de discipline des magistrats.


Les motivations exprimées par le Conseil Supérieur de la Magistrature ne peuvent que choquer les citoyens soucieux d'impartialité.


Le Conseil Supérieur de la Magistrature déclare en effet que s'il se prononçait sur le caractère répréhensible des comportements profondément choquant ainsi manifestés, cela « l'exposerait à un risque de blocage institutionnel », au prétexte qu'en statuant, ses membres méconnaîtraient un principe... d'impartialité ! Ce que ne dit pas la décision du CSM, c'est qu'1/3 de ses membres appartient au syndicat mis en cause dans l'affaire du « Mur des Cons » !


Quand les instances chargées d'assurer l'impartialité de la Justice se défaussent de leur responsabilité, c'est toute l'institution judiciaire qui vacille et ce sont les droits et libertés fondamentaux de tous les Français qui sont menacés. La Justice doit être la même pour tous les citoyens.


« Cette triste affaire du « Mur des Cons » aura permis de révéler au grand public que la syndicalisation des magistrats est incompatible avec leur devoir d'impartialité » conclut Yannick MOREAU.


Yannick MOREAU

Député de la Vendée Littorale.


28 mai

Question écrite à Manuel Valls à propos de son dispositif de sécurité.


M. Yannick Moreau alerte M. le ministre de l'intérieur sur la disproportion des effectifs et des moyens mis en oeuvre par les forces de l'ordre, en totale inadéquation par rapport au caractèrepacifique des manifestations du collectif La Manif Pour Tous s'opposant au projet de loi ouvrant le mariage et l'adoption aux couples de personnes de même sexe.Nombre de nos compatriotes ont été profondément choqués de constater la mobilisation d'effectifs de police, de compagnies républicaines de sécurité (CRS) et de gendarmerie, lourdement équipés, casqués, bottés comme s'ils avaient à faire face à des émeutiers violents là où il n'y avait que des familles, des étudiants et des personnes âgées.

 

Les Français ne comprennent pas la mise en garde à vue, pendant plus de 17 heures, de 67 jeunes âgés de 18 à 25 ans selon la presse, qui s'étaient assis lundi 15 avril 2013 place Édouard-Herriot en silence et sans provocation. Les Français ne comprennent pas les scènes de violences policières contre les jeunes veilleurs assis sur l'esplanade des Invalides, à écouter en silence des textes de poésie et de philosophie, les soirs des mardi 16 avril 2013, mercredi 17 avril 2013 et jeudi 18 avril 2013.

 

Ces scènes, où l'usage de la force publique a été en nette disproportion par rapport à la nature de ces rassemblements, choquent nos compatriotes qui y assistent en direct à travers les réseaux sociaux et les chaînes de télévision en continu. Les Français ne comprennent pas l'usage répété de gaz lacrymogène, en particulier dans la station de métro Invalides le mardi 16 avril 2013 au soir. Ces aérosols sont, pour les particuliers, considérés comme des armes de 6e catégorie.

 

Leur possession non autorisée pour un particulier est constitutive d'un délit pénal réprimé par un maximum de trois ans d'emprisonnement et d'une amende pouvant aller jusqu'à 4 000 €. Aussi, l'utilisation de ces bombes lacrymogène en milieu clos constitue un emploi qui ne peut être considéré comme anodin au regard des critères d'emploi et des effets immédiats sur les citoyens.

 

L'utilisation de gaz lacrymogène dans une station du métropolitain met en danger immédiat la santé et la sécurité des manifestants ainsi que des passants ainsi affectés par la volatilité de ces gaz. Ces gaz sont nocifs et les personnes allergiques ou asthmatiques risquent de graves complications.

 

Enfin, nos compatriotes ne comprennent pas que des bandes d'émeutiers aient pu parcourir en toute impunité la ville de Paris le dimanche 12 et le lundi 13 mai 2013. Les débordements étaient manifestement prévisibles et la préfecture de police a failli dans son devoir d'assurance de la sécurité publique. Le montant des dégradations serait compris entre 750 000 et un million d'euros mais ces violences urbaines et ces détériorations des biens publics et privés n'ont entraîné la mise en garde à vue que de 47 personnes.

 

Il lui demande de comprendre le désarroi des Français qui voient, d'une part, des émeutes urbaines extrêmement violentes, des blessés, 32 au total, des vitrines brisées et moins d'une cinquantaine de casseurs mis en cause et, d'autre part, des jeunes pacifiques malmenés par les forces de l'ordre et emmenés en garde à vue pour des motifs futiles et injustifiables. Il lui demande donc des précisions quant aux consignes données pour la gestion des manifestations citées ci-dessus.

Question écrite n° 27673 publiée le 28 mai 2013

ordre public - manifestations - dispositifs de sécurité. consignes. disparités

Voir la question.


29 mai

Retrait de l’amendement “Gender” dans le projet de loi sur l’Ecole : le premier fruit de la Manif Pour Tous.


Cet amendement, présenté par le député PS SOMMARUGA ouvrait la voie à l'enseignement obligatoire de l'idéologie du genre à l'école primaire.Importée des États-Unis, cette idéologie a pour fondement la négation de la réalité biologique dans le but d'imposer l'idée que le genre "masculin" ou "féminin" dépend de la culture voire d'un rapport de force et non d'une quelconque réalité biologique ou physique.

« C'est le fruit de la mobilisation populaire considérable de La Manif Pour Tous, qui a véritablement enclenché une prise de conscience sur ce sujet » déclare Yannick MOREAU, membre de l'Entente Parlementaire pour la Famille.


Yannick MOREAU restera vigilant durant la deuxième lecture du projet de loi de refondation de l'Ecole à l'Assemblée nationale, ainsi qu'à toutes les tentatives de diffusion du Gender.


30 mai.

Moins de renforts de sécurité cet été ? Mon courrier à Sylvia Pinel, Ministre de l’Artisanat, du Commerce et du Tourisme.


OBJET : Risque élevé de retrait des renforts de sécurité estivaux en Vendée littorale.


Paris, le 29 mai 2013


Madame le Ministre,

Comme j'ai eu l'occasion de vous le dire cet après-midi à l'occasion de la réunion du groupe d'étude "tourisme" réuni à l'Assemblée nationale, les élus de Vendée littorale, et ceux de l'agglomération des Sables d'Olonne en particulier, nourrissent les plus vives craintes sur le maintien des renforts de sécurité estivaux à l'approche de la saison 2013.


En effet, des informations récurrentes et convergentes nous parviennent de toute part et font légitimement craindre un retrait des forces de sécurité traditionnellement affectées à notre territoire littoral chaque été pour faire face à la multiplication de notre population.


La Vendée littorale, le Pays des Olonnes ont un besoin vital de ces renforts estivaux.

Comme vous l'avez vous même reconnu devant les députés du groupe d'étude "tourisme", la sécurité est un élément fondamental de notre attractivité touristique, et donc de notre économie touristique nationale dont le département de la Vendée est indéniablement un fleuron.


Aussi, et comme nous avons eu l'occasion de l'évoquer ensemble en début d'après-midi, je vous remercie par avance de toutes les démarches que vous jugerez bon d'entreprendre auprès de votre collègue Ministre de l'Intérieur pour garantir la pérennité de ces renforts de sécurité estivaux.


Les Vendéens du littoral comptent sur vous Madame le Ministre.


Dans l'espoir de l'efficacité de votre intervention auprès de votre collègue de l'Intérieur, je vous prie de croire, Madame la Ministre, à l'expression de ma haute considération.


Yannick Moreau

Député de la Vendée Littorale.