7 novembre

Succès pour la réunion publique de Jean-François Copé à Olonne.


Quelle belle soirée ! 


Plus d'un millier de personnes sont venues, hier soir, pour la réunion publique de Jean-François COPÉ, Président national de l'UMP, à l'occasion de son premier déplacement en Vendée.


Cette réunion publique, qui venait clôturer une journée de rencontres avec un certain nombre d'acteurs de notre département, a fait salle, comble obligeant beaucoup d'entre vous à rester debout devant l'affluence du Pays des Olonnes, de la Vendée littorale mais aussi de toute la Vendée !


Retrouvez mon discours à l'occasion de cette réunion publique.


Revivez la journée de Jean-François COPE en Vendée.


12 novembre

Discours de Yannick Moreau - Réunion publique en Vendée avec Jean-François copé.


Discours de Yannick MOREAU à la réunion publique du 6 novembre 2013 à Olonne sur Mer.


Bienvenue à toi Jean-François !


Nous sommes fiers de recevoir le courageux Président du 1er parti de France.

Et notre famille, rassemblée autour de toi, est heureuse de t’accueillir en Vendée Littorale.


Bienvenue à toi Bruno, ici à Olonne, au cœur du Pays des Olonnes de demain, où tu reviendras prochainement inaugurer le contournement.

Merci de l’énergie que tu consacres à faire bouger notre fédération, et à construire aux côtés d’Hervé Mariton et Véronique Debord, le PROJET DE L’UMP.


Bienvenue aussi à mon collègue Alain Leboeuf avec lequel, à l'Assemblée Nationale, je combats la majorité socialo-écolo-communiste qui détricote et déclasse chaque semaine davantage notre pays.


Bienvenue à tous mes collègues élus,

parlementaires : Michel BECOT

conseillers régionaux : Pierre-Guy Perrier, Brigitte Tesson,

François Pinte, Pauline Mortier,

conseillers généraux, mes amis : Marietta Trichet, Gérard Faugeron et Jacques Oudin,

Je veux saluer aussi mes collègues maires et tout spécialement Louis Guédon, par ailleurs Président de la Communauté de Communes.

Mais aussi les adjoints, conseillers, et futurs maires.


Bienvenue aux adhérents, aux sympathisants mais aussi aux curieux, aux sceptiques, aux perplexes venus à la rencontre de Jean-François et de l'UMP.

Bienvenue aux socialistes venus nous espionner - c’est à la mode en ce moment - ils vont malheureusement perdre leur temps ce soir car il y a peu de chance qu’ils entendent nos propositions ou qu’ils convainquent le moindre d’entre nous tout à l’heure lors du verre de l’amitié.


Bienvenue à vous tous rassemblés ce soir, à Olonne, au cœur de la Vendée littorale, NON POUR réchauffer les vieilles soupes amères du passé, MAIS POUR construire L’AVENIR.

Et si ce soir, chers amis, nous parlions d’AVENIR ?

De l’AVENIR des Français ?

De l’avenir de nos entreprises ?

De l’avenir de nos libertés ?

De l’avenir de la France en Europe et dans le Monde ?

De l’avenir de nos enfants et petits-enfants ?


L’AVENIR, mes chers amis, il se joue en 2017.


Dans notre pays, vous le savez bien, c’est l’élection présidentielle qui structure la vie politique.

L’élection présidentielle de 2017 est la mère de toutes les batailles.

Je ne m’étendrai pas davantage sur cette échéance pour 2 raisons :


La 1ère c’est que je ne suis pas candidat,

La seconde, c’est que d’autres pensent déjà tellement à 2017 qu’ils oublient que nous sommes à 3 ANS ET DEMI de l’échéance.

"3 ANS ET DEMI" : une éternité.

Les socialistes n’ont pas seulement inventé une machine à remonter le temps (dans bien des domaines on se croirait en 1981), depuis qu’ils sont au pouvoir vous n’avez pas remarqué ? le temps passe moins vite, le temps paraît plus long …

Encore 3 ans et demi avant l’échéance présidentielle !


La vraie question, n’est donc pas de savoir qui de Raoul, Eugène ou Barnabé (j’ai truqué les prénoms pour ne pas être taxé de participer à la course à la division…).


La vraie question, disais-je, n’est pas de savoir qui de Raoul, Eugène ou Barnabé sera candidat dans 3 ans et demi mais plutôt de savoir comment rendre les 3 années et demi qui nous séparent de l’échéance les plus utiles POUR notre pays.


Comment nous, sympathisants, militants, responsables de l’UMP, pouvons être le plus utiles à la reconquête du pays,

Plus utiles à l’œuvre de salut public que constituera la départ des socialistes du pouvoir et de leurs alliés pastèques, vert à l’extérieur mais rouge à l’intérieur.


Et bien pendant ces 3 ans et demi mes chers amis, il faut faire nôtre la devise d’un grand Vendéen, Jean de Lattre de Tassigny : « NE PAS SUBIR ».


Nous devons entrer en résistance,

Nous devons réaffirmer nos valeurs, celles d'une droite sans complexe qui assume sereinement ses convictions.

Nous devons tous, individuellement et collectivement, nous porter à la pointe du combat et livrer toutes les batailles électorales intermédiaires qui s’offrent à nous pour construire et consolider la grande bataille et victoire de 2017.


"Si nous voulons reconquérir la confiance des Français en 2017" et renvoyer les socialistes à leurs illusions idéologiques et liberticides, nous devons commencer par le commencement, et reconquérir les communes et les villes socialistes lors des élections municipales dans 6 mois.

"Si nous voulons reconquérir la confiance des Français en 2017", nous devons remporter les élections européennes de juin 2014 et changer l’Europe pour qu’elle soit vraiment européenne, vraiment démocratique, et enfin, vraiment protectrice de nos intérêts vitaux et de nos emplois dans la pêche, l’agriculture, les industries, les services.

"Si nous voulons reconquérir la confiance des Français en 2017", nous devrons, mon cher Bruno, faire basculer le Sénat en septembre 2014. Ce sera difficile mais c’est possible, et cela dépendra assez largement de notre capacité à gagner les municipales de mars prochain.

"Si nous voulons reconquérir la confiance des Français en 2017", nous devrons reconquérir les départements et les régions que les socialistes ont ensevelis sous l'impôt.


2015 pourrait être une grande année, celle où LA DROITE UNIE -c’est sa seule chance - pourrait reconquérir la région des Pays de la Loire. Avec François Pinte, Laurent Garnier, maire de Nantes, Samia Soultani, Bruno, nous aurons une occasion historique de relever ce défi.


Mes chers amis, le travail ne manque pas d’ici 2017 et les élections présidentielles.


Mais ce n’est rien à côté de ce qui attend le Président de la République de droite et sa majorité APRES 2017.


Au lendemain des élections de 2017,

Mes chers amis, ce sera l’heure de Vérité.

LA DROITE devra prouver qu’elle sait non seulement être courageuse quand elle est dans l’opposition, mais aussi quand elle est en responsabilité.


Ce que les Français attendent de leurs dirigeants politiques, ce n’est pas d’être « populaires », de surfer sur l’écume des vagues de l’opinion. C’est d’avoir le courage d’entreprendre et de mener à terme les réformes structurelles dont notre pays a besoin pour ne pas s’effondrer et perdre définitivement les commandes de son avenir.

Ce que les Français exigent de leurs dirigeants politiques, c’est :

. D’avoir le courage de redresser les finances publiques en diminuant radicalement la dépense publique plutôt qu’en augmentant les impôts.

. D’avoir le courage de supprimer les 35 heures et de libérer les énergies créatrices d’emplois.

. D’avoir le courage de sauver notre système de retraites en allongeant la durée de cotisation et en garantissant une stricte égalité entre les retraites du public et du privé.

. D’avoir le courage de revenir sur les textes qui bouleversent nos repères fondamentaux, de revenir notamment sur la loi autorisant le mariage et l’adoption par les couples de même sexe.

. D’avoir le courage de réformer notre justice en profondeur, et de tourner la page des années Taubira marquées par le laxisme et la culture de l’excuse.

. D’avoir le courage de simplifier vraiment la vie des Français et de faire exploser le carcan des normes qui étouffent nos compatriotes, nos agriculteurs, nos entrepreneurs.

On en crève.

. D’avoir le courage de casser le système actuel qui démoralise les Français qui travaillent, et récompense ceux qui restent chez eux.

. D’avoir le courage de redresser la France pour qu’elle se relève, offre de nouveau à ses enfants de belles perspectives d’avenir et retrouve, après 5 longues années de déclassement socialiste, le rang de grande Nation en Europe et dans le monde.


Mes chers amis, le courage de La Droite au pouvoir n’est plus une option. C’est une obligation vitale … ou elle disparaîtra … et la France que nous aimons avec.


Mes chers amis, vous le savez, les leaders nationaux qui portent l’espoir d’une droite enfin AUSSI COURAGEUSE dans l’opposition que dans la majorité de demain ne sont pas si nombreux.

Nous avons la chance d’en avoir un ce soir à Olonne.

Nous avons la chance qu’il préside aux destinées du 1er parti de France, qu’il préside aux destinées de notre famille.

Je vais m’effacer pour lui laisser davantage de temps de parole et d’échanges avec vous.


Jean-François, ces applaudissements sont pour toi,

pour notre famille rassemblée,

et pour notre horizon et notre ambition : la France que nous chérissons.


Vive la Vendée et Vive la France !


12 novembre

Communiqué : découpage des cantons, c’est la Vendée qu’ils charcutent.


La carte des nouveaux cantons ciselée par le Ministre de l'Intérieur, Manuel VALLS, et ses acolytes socialistes vendéens, transpire les calculs politiciens de bas étage tant elle est déconnectée des réalités locales vendéennes.

 

Cette carte des nouveaux cantons ne respecte rien.

 

Elle ne respecte pas les identités locales (Vairé et l'Ile d'Olonne dans le canton de Talmont, Yeu et Noirmoutier).

 

Elle ne respecte pas les bassins de vie (Notre Dame de Riez dans le même canton que Saint-Gervais).

 

Elle ne respecte pas les travaux engagés depuis des décennies par les élus locaux à travers les Communautés de Communes, les Pays et les Syndicats Mixtes.

 

En somme, elle ne respecte ni la Vendée, ni les Vendéens.

 

Alors que la France souffre et gronde, Manuel VALLS et les socialistes vendéens n'ont d'autres priorités que d'artificialiser la démocratie locale et de couper le lien fragile qui unit les Vendéens à leurs élus départementaux.

 

Je demande au Gouvernement et aux socialistes de se ressaisir, de mettre fin à cette mascarade politicienne et de mobiliser toute leur énergie pour le redressement de notre pays en s'appuyant sur une organisation territoriale qui a fait ses preuves : un canton, un élu au service des Vendéens et de la Vendée.


Yannick MOREAU

Député de la Vendée littorale


10 novembre

Revivez la journée en Vendée avec Jean-François Copé, Président de l’UMP.


Jean-François Copé, président de l’UMP, est venu rendre visite à la Vendée le 6 novembre. Une belle journée, intense, à la découverte de notre territoire et d'un certain nombre de représentants de nos forces vives, en présence de mes collègues parlementaires Alain LEBOEUF et Bruno RETAILLEAU.


Après un déjeuner à La Roche-sur-Yon autour de chefs d'entreprises incarnant le dynamisme Vendéen dans tous ses secteurs d'excellence, j'ai accompagné Jean-François Copé pour une visite de l'entreprise BODARD Construction à La Mothe Achard, sur son site de 18.400m² d'usine et de 100.000m² de terrain. Spécialisée dans en construction d'espace modulaires à des fins diverses, cette entreprise est depuis 40 ans un fleuron dans son secteur, tutoiyant les sommets des leaders nationaux comme son concurrent Vendéen COUGNAUD.


Nous nous sommes ensuite rendus aux Sables d’Olonne pour un échange "à coeur ouvert" avec les acteurs de la filière Pêche. Un échange franc et direct avec des hommes et des femmes qui se battent tous les jours pour survivre, en sachant se moderniser pour respecter les normes environnementales et européennes. Des professionnels qui n'attendent pas des solutions d'en haut, mais qui savent se relever les manches pour avancer.


A l'issue de cette rencontre, c'est sur les pontons que s'est prolongée cette visite sablaise, permettant d'illustrer les échanges sur la Senne danoise ou les quotas. Les rencontres avec les marins pêcheurs de retour de la Mer ont permis d'échanger sur un quotidien aux sensations fortes. Des curieux présents près de la Criée ont interpelés et saluer Jean-François COPE, dont ces deux jeunes garçons qui rêvent de devenir plus tard, eux aussi, des marins pêcheurs.


Enfin, Jean-François Copé a présidé le comité départemental exceptionnel de l’UMP Vendée, permettant de faire un point d'étape à quelques mois des élections municipales, mettant en avant le bilan de l'opposition ces derniers mois, et laissant volontiers la parole aux représentants des adhérents pour une séance de questions-réponses franches et directes.


La soirée s'est conclue en beauté avec cette magnifique réunion publique où nous étions plus d'un millier, réunis à Olonne, autour du Président de l'UMP.


Retrouvez mon discours prononcé à l'occasion de cette réunion publique.


13 novembre

Les Sacrifiés : soutien aux artisans et commerçants.


En partageant ce clip je tiens à apporter mon soutien plein et entier aux artisans et commerçants qui sont particulièrement touchés par le matraquage fiscal et réglementaire du gouvernement socialiste.


Il broie inlassablement ceux la même qui sont en mesure d'assurer le redressement de notre pays par la création de richesses et donc d'emplois.


Jamais nous ne nous résignerons !


Voir le clip de soutien aux artisans.


13 novembre

Pour une Justice plus protectrice des victimes, soutenons la Police.


J'étais cet après-midi à la rencontre et à l'écoute des Policiers du syndicat "Alliance Police", présents nombreux devant l'Assemblée nationale, découragés face au laxisme permanent.


Il est indispensable que nous engageions des moyens pour que le travail de la Police se fasse dans de bonnes conditions.


La nouvelle procédure obligeant les policiers à passer par Juge d'instruction pour la géolocalisation pose un réel problème d'efficacité.


L'urgence d'une réforme de la Justice se fait chaque jour sentir. Celle ci doit devenir cohérente, devenir impartiale, dissuasive et enfin protectrice des victimes.


13 novembre

Tribune dans l’Opinion.


Voici la Tribune publiée hier dans le journal L'Opinion:


Nous, députés de l’opposition membres du Collectif parlementaire pour la Refondation de l’Europe, appelons les instances dirigeantes de la Droite à appliquer aux prochaines élections européennes la même volonté de rajeunissement et de renouvellement qui a présidé aux investitures pour les municipales.


Contrairement aux Cassandre, nous pensons que les élections européennes ne sont pas structurellement perdues d’avance pour peu que l’on s’en donne les moyens. L’UMP doit envoyer devant les électeurs une liste de personnalités qui incarnent la réoorientation des idées sur la construction européenne. Il ne suffit pas de mots et de programmes différents pour démontrer à notre électorat que nous sommes résolus à corriger la trajectoire défaillante de la construction européenne : il faut l’incarner par des hommes et des femmes. Il ne nous sera pas possible de défendre une Europe des Nations si nous présentons des candidats éligibles ouvertement fédéralistes ou qui s’accommodent sans aucun problème du fonctionnement bureaucratique de l’Union européenne actuelle.


Il ne nous sera pas possible de parler d’une refonte de l’espace Schengen ou d’une véritable politique de contrôle des frontières de l’Union si nos listes sont animées par des personnalités qui ont intériorisé la fin de la France. Il ne nous sera pas possible d’être crédible dans notre volonté de changer l’Europe si nous présentons aux suffrages de la Nation des hommes et des femmes, quelles que soient leurs qualités par ailleurs, qui ont pour point commun d’avoir été battues aux élections passées en donnant l’impression qu’il s’agit de les recaser ou de les occuper.


L’Union Européenne doit cesser d’être « la consolante » de la politique nationale. Pour que l’électeur nous respecte, nous devons le respecter à notre tour, et nous donner pour ambition en mai 2014 de faire campagne autrement. Il ne suffit pas de définir des concepts nouveaux, il faut encore qu’ils s’incarnent dans des élus qui les défendront demain dans l’enceinte de Strasbourg.


Cosignataires : Julien Aubert, député de Vaucluse, Gérald Darmanin, député du Nord, Nicolas Dhuicq, député de l’Aube, Jean-Jacques Guillet, député des Hauts-de-Seine, Philippe Meunier, député du Rhône, Yannick Moreau, député de Vendée, Jacques Myard, député des Yvelines.


15 novembre

Réaction de Yannick Moreau à l’annonce du verdict dans l’affaire “Prestige”.


Le verdict du procès du naufrage du Prestige est une triple sinistre nouvelle.


En premier lieu pour les contribuables français, espagnols et portugais qui constatent une nouvelle fois que le pollueur ne paiera pas la facture. 1700 km de côtes souillées et pas un centime de réparation, ce procès est un fiasco.


Une sinistre nouvelle également pour le droit maritime international puisque la justice espagnole aura échoué dans sa recherche de responsabilité. Au final, personne ne sera reconnu responsable de ce drame écologique impliquant un bateau libérien, immatriculé aux Bahamas, piloté par un commandant grec, que les autorités espagnoles ont laissé errer six jours en mer avant qu'il ne se brise et déverse 77 000 tonnes de fuel dans l'océan.


C'est enfin une sinistre nouvelle qui illustre l'incapacité de l'Union Européenne, 11 ans après ce désastre écologique majeur, à protéger efficacement notre littoral et à mettre un terme définitif à l'impunité des armateurs qui se comportent comme des voyous des mers.


Si, en France, l'introduction dans notre législation du principe de préjudice écologique avance, la lutte contre les armateurs de bateaux poubelles qui longent nos côtes ne sera véritablement efficace que si nous parvenons à renégocier les accords maritimes internationaux.


C'est la responsabilité de la France, 2e territoire maritime mondial après les Etats-Unis, que de se porter à la pointe de ce combat pour la protection de notre environnement et d'être le fer de lance de la renégociation des conventions internationales de MONTEGO BAY et MARPOL.


Les responsables des marées noires sont des criminels que le droit maritime doit permettre de traduire devant les juges de tous les pays littoraux de la planète.


Yannick MOREAU

Député de la Vendée littorale


18 novembre

François Hollande attend...


François Holande ATTEND le retour de la croissance... comme un pompier attendrait la pluie pour éteindre un incendie.


18 novembre

Inauguration festive des nouveaux locaux de distribution du Secours catholique des Olonnes.


Le Secours Catholique des Olonnes fêtait cet apres-midi la rénovation de ses locaux, rue Edouard Belin, à Olonne.


Merci à la ville des Sables pour les locaux et à tous ceux qui, dans l'ombre, accueillent écoutent et épaulent avec dignité et humanité.


20 novembre

Les élus de Vendée ce matin devant l’Elysée pour l’A831, l’autoroute de l’emploi.


La ténacité c’est peut être l’une des grandes caractéristiques de l’esprit Vendéen.


Ce matin près de 200 élus de toute la Vendée, mais aussi nos voisins de Charente Maritime, sont venus depuis le Congrès des Maires jusqu’à l’Elysée.


Pas pour des intérêts personnels, mais pour défendre un engagement de l’Etat dont la réalisation se fait attendre.


Des élus de toutes les communes, de tous les cantons venus pour redire notre détermination à obtenir l’autoroute A 831, l’autoroute de l’Emploi, l’autoroute de l’avenir du Sud Vendée. Il ne s’agit pas seulement d’une infrastructure de transports, mais bien de la garantie d’un avenir dynamique pour notre département. Le désenclavement c’est l’une des clés du « miracle Vendéen ».


La Vendée ne doit pas être l’otage de petits calculs politiciens. Les Vendéens ne doivent pas être les otages de considérations politiciennes. C’est l’honneur de la politique que de mettre en œuvre les engagements promis et régulièrement réaffirmés. C’est la légitimité de l’Exécutif qui est engagée.


21 novembre

Prisons : le Député Yannick Moreau dénonce l’irresponsabilité du Gouvernement qui vide les prisons quand l’insécurité explose.


Yannick MOREAU, député de la Vendée littorale et Secrétaire national de l’UMP à la réforme de la Justice, réagit à la publication des statistiques mensuelles sur la population écrouée et détenue en France pour le mois de novembre 2013 par l’Administration Pénitentiaire.


« Alors que la violence et l’insécurité explosent manifestement sur tout le territoire, le Gouvernement s’évertue tant qu’il peut à vider les prisons. C’est irresponsable ! » dénonce Yannick MOREAU.


Pour Yannick MOREAU, le nombre de détenus historiquement le plus bas depuis mars 2013 (67.050 personnes incarcérées, soit une baisse de 0,4% par rapport au mois d’octobre) n’est pas une bonne nouvelle, mais la conséquence des incohérences pénales du tandem d’illusionnistes VALLS-TAUBIRA et du laxisme qui imprègne la gauche au pouvoir.


« Avant même que ne soit étudiée par le Parlement la réforme pénale du Garde des Sceaux, qui instaure, avec la contrainte pénale, un véritable « permis de récidiver », nous avons la preuve de l’angélisme de la gauche et des carences du système judiciaire » ajoute Yannick MOREAU.


Pour Yannick MOREAU, l’urgence est d'atteindre 100.000 places d'ici 2020. C'est une question de dignité pour les détenus. C'est aussi une question de nécessaire fermeté pour que les peines soient enfin réellement exécutées jusqu'à leur terme, et dissuasives.


Yannick MOREAU

Député de la Vendée littorale

Secrétaire national de l'UMP à la Réforme de la Justice


22 novembre

L’Express : ces hectares de terres agricoles mangés par le béton.


Un article de Sébastien Julian et Géraldine Meign, publié dans L´Express du 15/11/2013.

Depuis quelques années, la France voit ses terres cultivables se réduire sous la pression urbaine. Reportage en Vendée, où élus et exploitants commencent à réagir face à l'invasion des grandes surfaces et des lotissements.


Démonstration sur le littoral vendéen, où l'agglomération des Olonnes forme une seule et même ville. "C'est un joyeux bazar, les règles d'urbanisme changent d'un trottoir à l'autre", regrette Yannick Moreau, le député maire UMP d'Olonne-sur-Mer.


En savoir plus ici.


24 novembre

Les priorités de Manuel Valls en Vendée.


En visite en Vendée, le Ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, rendra demain un légitime hommage, à Mouilleron en Pareds puis à Mouchamps, à deux illustres vendéens, Jean de Lattre de Tassigny et Georges Clémenceau.

 

Parallèlement à cet hommage qui honore la Vendée, il vient ce soir en meeting  et demain sur le terrain dans la circonscription du député socialiste Hugues Fourage, apporter son soutien aux socialistes vendéens dont il sollicite en retour l’appui pour nourrir sa popularité et ses ambitions.

 

Je regrette qu’il n’ait pas fait preuve de la même disponibilité à l’orée de la saison estivale 2013 quand les renforts saisonniers de CRS, pourtant acquis depuis plusieurs années, nous faisaient cruellement défaut et que nous avions sollicité son écoute, son attention et son aide … qui, elles, ne sont jamais venues.


26 novembre

Pour un régime universel de retraite.


Le 26 novembre j'ai voté contre le projet de loi sur les retraites et regrette que le secteur public ne soit pas concerné par la réforme.


Le projet de loi sur la réforme des retraites vient d’être adopté à l’Assemblée Nationale, après avoir été rejeté à l’unanimité par nos collègues du Sénat.


Le gouvernement s’entête dans une réforme qui n’est ni juste ni d’avenir.


Ce projet de loi qui vient d’être adopté est déjà périmé. Il le restera tant qu’aucune mesure concrète de convergence entre le privé et le public ne sera décidée. Où est la justice quand le calcul des pensions se fait sur les 25 dernières années dans privé contre les 6 derniers mois pour les fonctionnaires ?


Où est la justice quand un quart seulement des pensions de la fonction publique d’État est financé par les cotisations des intéressés, contre 82,9% pour le régime des salariés du privé ? Les Français doivent savoir que les pensions du public ne sont pas financées par les cotisations mais par le budget de l’Etat, et donc par la dette, à hauteur de 37 milliards d’euros  chaque année ?


Une vraie réforme des retraites doit se penser par points, avec un alignement général des régimes et la fin de tous les régimes spéciaux, y compris ceux des parlementaires.


Les Français savent bien que de nouveaux efforts seront nécessaires pour garantir la pérennité de notre système de retraites. Encore faut-il que ces efforts soient partagés par tous, y compris par les pensionnés de la fonction publique. Encore faut-il que les régimes spéciaux financés par les contribuables soient abolis. Encore faut-il que les circonstances particulières des parcours professionnels et familiaux soient prises en compte dans un régime universel par points.


Une réforme des retraites oui, mais une réforme « pour tous », universelle et par points.


Yannick MOREAU

Député de la Vendée littorale

Maire d’Olonne sur Mer

26 novembre

Pour un régime universel de retraite.


Le 26 novembre j'ai voté contre le projet de loi sur les retraites et regrette que le secteur public ne soit pas concerné par la réforme.


Le projet de loi sur la réforme des retraites vient d’être adopté à l’Assemblée Nationale, après avoir été rejeté à l’unanimité par nos collègues du Sénat.


Le gouvernement s’entête dans une réforme qui n’est ni juste ni d’avenir.


Ce projet de loi qui vient d’être adopté est déjà périmé. Il le restera tant qu’aucune mesure concrète de convergence entre le privé et le public ne sera décidée. Où est la justice quand le calcul des pensions se fait sur les 25 dernières années dans privé contre les 6 derniers mois pour les fonctionnaires ?


Où est la justice quand un quart seulement des pensions de la fonction publique d’État est financé par les cotisations des intéressés, contre 82,9% pour le régime des salariés du privé ? Les Français doivent savoir que les pensions du public ne sont pas financées par les cotisations mais par le budget de l’Etat, et donc par la dette, à hauteur de 37 milliards d’euros  chaque année ?


Une vraie réforme des retraites doit se penser par points, avec un alignement général des régimes et la fin de tous les régimes spéciaux, y compris ceux des parlementaires.


Les Français savent bien que de nouveaux efforts seront nécessaires pour garantir la pérennité de notre système de retraites. Encore faut-il que ces efforts soient partagés par tous, y compris par les pensionnés de la fonction publique. Encore faut-il que les régimes spéciaux financés par les contribuables soient abolis. Encore faut-il que les circonstances particulières des parcours professionnels et familiaux soient prises en compte dans un régime universel par points.


Une réforme des retraites oui, mais une réforme « pour tous », universelle et par points.


Yannick MOREAU

Député de la Vendée littorale

Maire d’Olonne sur Mer