27 Juin

La contradiction des décisions de justice nous appelle à la plus grande prudence.

 

Communiqué de presse

 

Yannick MOREAU, Député de la Vendée littorale réagit à la décision du Conseil d’Etat d’interrompre l’alimentation et l’hydratation de Vincent LAMBERT et à la suspension de cette décision par la Cour Européenne des droits de l’homme. Selon lui, les magistrats ne peuvent se prononcer sur une question qui les dépasse : la vie ou la mort d’un homme.

 

Vincent LAMBERT est une personne. Il ne doit pas devenir l’otage d’affrontements idéologiques et médiatiques. Au-delà de cette situation personnelle extraordinairement complexe qui voit certains se réjouir de la mort annoncée d'un homme quand d'autres s'effondrent à la perspective de la suspension de la décision conduisant à la mort de l'intéressé, c’est, en réalité, la vie des quelque 1.600 patients paucirelationnels qui se trouve suspendue aux décisions des juges.

 

Yannick MOREAU réaffirme clairement son attachement au principe selon lequel toute vie mérite d’être vécue, et son opposition à une évolution législative qui travestirait l'esprit et l'équilibre de la loi LEONETTIpour aboutir à une autorisation plus ou moins déguisée et assumée de l'euthanasie.

 

L’autorisation d’enlever la vie ne saurait en aucun cas figurer dans la loi. Il appelle le Gouvernement socialiste à faire preuve de sagesse et de responsabilité sur cette question qui pourrait, une nouvelle fois, fracturer les Français et ouvrir la voie aux plus graves dérives.

 

Yannick MOREAU

Député de la Vendée littorale

Maire d’Olonne-sur-Mer


25 juin 2014

Projet de loi “d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt”.

 

Le Projet de loi d’avenir sur l’agriculture est examiné cette semaine, en seconde lecture, en Commission des Affaires économiques.

 

Le PJL d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt a été largement amendé en première lecture, tant à l’Assemblée nationale, qu’au Sénat. Le texte initial comprenait 39 articles. Il y en a désormais 99 dont 20 « conformes ». Les sénateurs UMP ont, comme les députés UMP, voté CONTRE ce texte.

 

Les députés UMP regrettent que ce projet de loi ne soit pas à la hauteur des enjeux de l’agriculture. Depuis 18 mois, le Gouvernement et la majorité mettent à mal ce secteur : suppression de la « TVA Compétitivité » que nous avions mis en place et qui aurait pu bénéficier à 94% des entreprises du secteur agricole ; baisse significative des crédits budgétaires en lois de finances (aides à l’installation, aides à la modernisation des exploitations, aide en faveur du redressement des exploitations en difficultés…) ; hausse des charges en raison de la réforme du dispositif d’exonération des cotisationspatronales pour l’emploi de travailleurs saisonniers agricoles (dit dispositif TO/DE).

 

Ce projet de loi passe donc à côté des véritables préoccupations des agriculteurs. Il répond plus à une idéologie qu’au souci de répondre aux défis auxquels ils sont confrontés. Il ne répond pas à la question cruciale de l’avenir et du rôle de l’agriculture française dans un monde ouvert et compétitif. Le projet de loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt n’a d’avenir que le nom.

 

Amendements de Monsieur MOREAU :

 

Yannick MOREAU a déposé 30 amendements sur ce Projet de loi.

 

Les amendements défendus ce matin, relatif à l’article 8, visaient à permettre à l’ensemble des organisations syndicales agricoles représentatives de participer aux interprofessions et ainsi de faire en sorte qu’aucun syndicat professionnel représentatif ne soit tenu à distance.


25 juin 2014

Examen du projet de Loi des Finances Rectificative.

 

22H45 : poursuite de l'examen du Projet de Loi de Finances Rectificative (PLFR).

 

On n'est toujours pas à l'article 2....


25 juin 2014

Communiqué de presse : Yannick Moreau soutient la grève du TGI des Sables d’Olonne.

 

Yannick MOREAU, député de la Vendée littorale, Secrétaire national de l’UMP à la réforme de la Justice, exprime son total soutien aux avocats et huissiers du TGI des Sables d’Olonne qui entameront demain une grève et dans les jours à venir.

 

« Il est rare qu’un député de droite soutienne un mouvement de grève. Si je le fais aujourd’hui c’est que la situation de nos professionnels du Droit est clairement en danger » indique Yannick MOREAU.

 

Yannick MOREAU a écrit à plusieurs reprises à Christiane TAUBIRA, Ministre de la Justice, pour l’informer de la dégradation des conditions de travail des avocats et des huissiers. Ces courriers sont restés sans réponse de fond à ce jour.

 

Le député de la Vendée littorale a également déposé deux questions écrites, le 18 mars 2014 sur la situation du TGI des Sables d’Olonne menacé par une carte judiciaire comptable, et une le 24 juin 2014 sur la réforme de l’aide juridictionnelle.

 

« Mobilisé depuis la première heure aux côtés de nos professionnels de la Justice, je demande au Gouvernement de répondre à leur appel » indique Yannick MOREAU.


19 juin 2014

Pour voter pour le nouveau président de l’UMP.



 

ATTENTION

 

Pour élire le nouveau Président de l’UMP, vous devez renouveler votre adhésion avant le 30 juin 2014 :

 

sur le site internet : www.u-m-p.org/adherer

 

en renvoyant le bulletin ci-joint accompagné de votre règlement par chèque à UMP - Service adhésions - TSA 51558 - 75901 PARIS CEDEX 15 au plus tard le 30 juin prochain, le cachet de la poste faisant foi.

 

cliquer ICI pour télécharger le bulletin


18 juin 2014

Je veux m’engager, au service d’une droite forte, fière, courageuse et réformatrice.

 

Dans la crise que traverse l’UMP et la droite française, il y a les querelles de personnes et les débats d’idées. C’est dans le débat d’idées que je veux m’engager, au service d’une droite forte, fière, courageuse et réformatrice. Une ligne politique de Droite.

 

Retrouvez ICI, la vidéo de France 2 "13h15, le dimanche".


18 juin 2014

L’intérêt des PME pour l’apprentissage s’effrite : Yannick Moreau appelle le gouvernement à réagir !

 

Yannick MOREAU, député de la Vendée littorale et membre de la Commission des Affaires économiques, réagit au sondage de l’Ifop publié ce mercredi 18 juin 2014 sur la situation de l’apprentissage et le lien avec les Petites et Moyennes Entreprises.

 

Selon ce sondage, l'intérêt des patrons de PME pour l'apprentissage faiblit, puisque moins de la moitié des patrons (48%) prévoit d'embaucher au moins un jeune en contrat d'apprentissage cette année. Ils étaient 53% à la même période en 2013. L’intérêt des entrepreneurs de PME vis à vis de l’apprentissage reste fort. En effet, 79% de ceux qui en ont déjà fait l'expérience estiment qu'il est positif pour leur entreprise.

 

Le premier frein, cité par 76% des patrons de PME interrogés, et également dénoncé par Yannick MOREAU, est l’annulation de la prime à l'apprentissage pour les entreprises de plus de 10 salariés.

 

« Nous avons besoin de PME solides, de PME dynamiques pour redresser la France. Et les PME ont besoin d’apprentis. Le retour de la croissance se construit grâce à la cohérence économique » indique Yannick MOREAU.

 

Ces chiffres, ainsi que les attaques répétées contre le système de formation en 2013, faisant chuter le nombre d’entrées en apprentissage, entrent en contradiction avec la volonté affichée du gouvernement d’atteindre le nombre de 500.000 apprentis en 2017. L’objectif affiché paraît donc irréalisable dans les conditions actuelles et il est nécessaire que le gouvernement mette en adéquation ses ambitions affichées et ses actes.

 

Yannick MOREAU

Député de la Vendée littorale

Membre de la Commission des Affaires économiques


18 juin 2014

Aux Français rapatriès d’Outre Mer, la Patrie peu reconnaissante.

 

« Le lien sacré du sang versé nous lie à eux pour toujours. » Hélie de Saint-Marc

 

Hier, les députés de la majorité de gauche ont, une fois de plus, fui leurs responsabilités en votant contre la proposition de résolution de mon collègue Elie ABOUD député de l’Hérault, relative au maintien  d’une administration et de politiques publiques dédiées aux Français rapatriés d’Outre-Mer.

 

Cette résolution visait avant tout à renforcer le soutien de la Nation à nos compatriotes citoyens Français mais aussi aux anciens harkis, et à rechercher avec l’Algérie les moyens de clôturer le dossier de l’indemnisation dans le respect mutuel, le discernement et la modération.

 

Les Harkis qui «  se sont joints à nous comme camarades de combat, partageant nos peines, nos souffrances, nos espoirs, nos craintes » nous disait Saint-Marc, méritent plus que des hommages.

 

Présent à la 13ème journée nationale d’hommage aux Harkis aux Invalides, j’ai soutenu cette proposition de résolution.

 

Rejetée par 220 voix, je en peux que m’interroger sur le sens donnée par la majorité gouvernementale à la reconnaissance de l’Etat, ô combien importante et nécessaire, si cela ne se transpose pas en actions concrètes de la part de notre pays.


18 juin 2014

Audition de M. Jean Ludovic Silicani, président de l’ARCEP

 

Audition ce matin de M. Jean-Ludovic Silicani, président de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP).


17 juin

Article suite à la démission du conseiller spécial de Mme Taubira

 

Article du 17 juin 2014 dans Le Figaro suite à la démission du conseiller spécial de Mme Taubira que j’avais interpellé à plusieurs reprises sur ce conflit d’intérêt persistant ».

 

Extrait : Un conflit d'intérêt pointé du doigt tour à tour par le député UMP de Vendée, Yannick Moreau en janvier dernier, puis quelques mois plus tard par la Haute autorité pour la transparence de la vie publique.

 

Article de Valeurs Actuelles.

Article du Point.

Article du site Arrêt sur Images.


17 juin 2014

Question d’actualité au gouvernement de Yannick Moreau au sujet du conflit d’intérêts au sein du cabinet ministériel de Christiane Taubira.

 

Ma question s'adresse à Monsieur le Premier Ministre.

 

« Moi président de la République, je ferai fonctionner la justice de manière indépendante... »

 

Deux ans après, les mots se sont envolés … et la «République exemplaire» avec.

Monsieur le 1er Ministre, le 29 janvier dernier, j'interrogeais ici même le Garde des Sceaux sur le conflit d'intérêt qu'elle a délibérement créé en nommant "conseiller spécial à son cabinet" un homme qui tout en étant le 1er conseiller de la Ministre de la Justice poursuivait son activité d'avocat à la Cour de Cassation et au Conseil d'Etat.

 

Quitte à plaider contre l'Etat quand l'intérêt de ses clients le commandait.

 

Madame Taubira, par quelques effets de manche, avait alors esquivé cette question et feint l'indignation.

 

Cinq mois plus tard, sous la pression, notamment celle de la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Politique, qui a expressément pointé ce conflit d'intérêt, le conseiller spécial du Garde des Sceaux a finalement démissionné.

 

Une démission qui résonne dans cet hémicycle comme un aveu.

 

Monsieur le Premier Ministre,

 

Cet aveu ne met pas fin au trouble provoqué par la persistance de ce conflit d'intérêt pendant deux longues années, au cœur de la chancellerie.

 

Je vous poserai donc trois questions :

 

Ce conflit d'intérêt - aujourd'hui éteint - a-t-il, de quelque manière que ce soit, porté atteinte à l'indépendance de notre Institution judiciaire ?

 

La présence au coeur du cabinet du Garde des Sceaux d'un avocat à la Cour et au Conseil a-t-il eu, de quelque manière que ce soit, une incidence sur le bon fonctionnement de notre Justice ?

 

Enfin, Monsieur le Premier Ministre, considérez-vous que les conditions de sérénité et d'indépendance sont réunies pour permettre à Mme Taubira de poursuivre l'exercice de sa mission de « bonne Administration de la Justice » de notre pays ?

 

- Cliquez ICI pour voir la vidéo -


14 juin 2014

Communiqué de presse - La démission du conseiller spécial du ministre de la Justice est un aveu qui nécessite des explications.

 

Yannick MOREAU, député de la Vendée littorale, Secrétaire national de l’UMP à la réforme de la justice, prend acte de l'annonce de la démission de M. Jean-François BOUTET de son poste de conseiller spécial au sein du cabinet du Ministre de la Justice.

 

À plusieurs reprises, Yannick MOREAU avait publiquement demandé à Christiane TAUBIRA de mettre fin à ce conflit d'intérêt d'un proche collaborateur ministériel continuant à plaider comme avocat. Le Garde des Sceaux avait préféré esquiver ou garder le silence. La reprise, par la presse, des questions du député a fini par faire triompher le droit et la morale.

 

Cette démission est un aveu sans équivoque, qui confirme le bien-fondé des demandes répétées du député.

 

Yannick MOREAU demande au Président de la République, à qui il a écrit avant hier, une clarification solennelle concernant ces faits. La position de conflit d'intérêt du conseiller spécial du Garde des Sceaux a-t-elle eu une influence sur le bon fonctionnement de l'Institution judiciaire et sur le déroulement de la Justice ?


13 juin 2014

Face au conflit d’intérêt qui touche la Ministre de la Justice, le Président de la République doit trancher !

 

Face au conflit d'intérêt qui touche la Ministre de la Justice, le Président de la République doit trancher !

 

Yannick MOREAU, Député de la Vendée littorale, prend acte de la reprise par la presse du conflit d’intérêt persistant au sein du cabinet ministériel de Christiane TAUBIRA.

 

Yannick MOREAU rappelle que le mercredi 29 janvier 2014, au cours de la séance de Questions au Gouvernement il avait demandé à la Ministre de la Justice des éclaircissements sur le maintien de ce conseiller spécial au sein de son cabinet ministériel, alors même que ce dernier est avocat à la Cour de cassation et au Conseil d’Etat, plaidant à certaines reprises contre l’Etat.

 

Le Député a réitéré sa demande d’explication par une Question écrite au Gouvernement déposée le 18 février 2014 et restée sans réponse jusqu’à maintenant.

 

Il a écrit au Président de la République pour lui demander de mettre un terme à ce conflit d’intérêt qui nuit à la crédibilité de l’Etat et de l’Autorité publique.

 

Rappel :

 

- Article du Point du 13/06/2014.

- Question écrite au Garde des Sceaux du 18 février 2014.


11 juin 2014

Audition de M. Bruno Lechevin, président de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME).

 

Nous recevons en Commission des Affaires Economiques M. Bruno Léchevin, soixante huitard actif devenu secrétaire fédéral de la CFDT puis, depuis mars 2013, Président DE L'ADEME (Agence De l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie), agence qui joue un rôle important dans la transition énergétique et pour laquelle j'ai une affection particulière car elle a largement financé notre filière bois-énergie qui permet de chauffer la maison de retraite d'Olonne avec du bois issu de l'entretien de notre forêt domaniale.


10 juin 2014

Communiqué de presse - Réforme Taubira : les délinquants plutôt que les victimes, l’idéologie plutôt que la justice.

 

Réforme Taubira : Les délinquants plutôt que les victimes, l’idéologie plutôt que la justice.

 

La Réforme Pénale adoptée aujourd’hui à l’Assemblée Nationale est à la fois marquée par l’ignorance des victimes et par un laxisme fautif.

 

Là où les Français attendent plus de sécurité, le gouvernement fait voter en 1er lecture un texte destiné à vider les prisons.

 

Là où les Français demandent légitimement plus de sévérité envers les délinquants, le gouvernement supprime les peines plancher et permet notamment aux auteurs d’agressions sexuelles de se retrouver face à face avec leurs victimes sans passer par la case prison.

 

Là où les Français sont exaspérés par les délinquants multirécidivistes, le gouvernement désarme les magistrats.

 

Dans un pays où 100.000 peines de prison sont en attente d’exécution, chercher à faire échapper à la prison des délinquants est irresponsable.

Le projet de loi Taubira est idéologique, laxiste et dangereux pour la sécurité des français. Il appartient désormais aux Sénateurs de prendre leurs responsabilités et d’écouter nos compatriotes.

 

L’opposition dont je suis s’est battue avec vigueur contre ce mauvais texte.

 

Elle devra avoir la même énergie et la même conviction pour réparer et corriger les défaillances commises par la gauche le moment venu.


9 juin 2014

Prévention de la récidive et individualisation des peines - Articles 4 “amendement n°248 rectifié”.

 

Retrouvez mon intervention en cliquant ICI.

 

Article 4

Vous prévoyez dans l’article 4 l’ajournement, en expliquant que cela existe déjà. Vous nous annoncez d’ailleurs un amendement visant à allonger le délai de quatre mois. En fait, un tel report du prononcé de la sanction illustre la philosophie du texte, qui est toujours de repousser la sanction. Mais pendant ce délai, l’auteur des faits peut s’évanouir dans la nature. Pourquoi donc allonger le délai ?

L’ajournement doit rester l’exception, la règle étant le prononcé immédiat. Je propose donc de réduire le délai.


5 juin 2014

Prévention de la récidive et individualisation des peines - Article 3.


Retrouvez mon intervention concernant l'Article 3. La vidéo est disponible en cliquant ICI.

 

L’article 3 dispose que « En matière correctionnelle, une peine d’emprisonnement sans sursis ne peut être prononcée qu’en dernier recours si la gravité de l’infraction et la personnalité de son auteur rendent cette peine ».

 

Madame la Ministre, par cet article, vous renversez, la charge de la preuve. La juridiction devra désormais motiver ses peines de prison ferme non aménagée. Pourquoi faire si peu confiance à l’institution judiciaire ? Avez-vous peur qu’elle fasse trop bien son travail et n’applique trop justement la loi ?

 

Cet article, Madame la Ministre, consacre le droit à l’impunité du délinquant. Délinquant vu comme victime du système que le juge doit, par définition, relâcher. Car nous le savons, pour les socialistes : « L’Homme né bon, c’est la prison qui le corrompt ».

 

Cet article 3 illustre parfaitement l’idée générale de votre loi laxiste. Pour lutter contre la surpopulation carcérale vous proposez une solution radicale : tout faire pour ne pas remplir les prisons.

 

Je m’opposerai à l’adoption de cet article qui fera de la prison l’exception, et non plus la règle. Mais le rôle de la peine n’est t-elle pas de punir, comme l’a rappelé tout à l’heure mon collègue Julien AUBERT ?

 

Je conviens parfaitement que dans l’éventail de la réponse pénale, la prison ne doit pas être l’unique solution. Mais elle doit être UNE solution et non pas une option facultative.

 

Mais entendez-vous le CRI des Français, qui ne se reconnaissent plus dans cette Justice rendue en leurs noms ? 77% des Français estiment que la Justice fonctionne mal. Et comment les blâmer, alors que nous savons que 2 600 000 affaires ne sont pas poursuivies par la Justice et que les délais de procédure, faute de moyens, sont interminables et incompréhensibles.

 

Votre réforme est dangereuse pour nos compatriotes et pour la France.

Elle mettra des milliers de détenus en liberté.

 

Elle permettra à des milliers de délinquants (y compris d'agressions sexuelles) de se retrouver face à face avec leurs victimes sans qu'ils soient passés par la case "prison".

 

Elle ouvrira toujours + de droits à sortir aux condamnés et toujours moins d'attention, d'écoute, et de protection aux victimes qui ne sont que l'accessoire de votre pseudo-réforme.

 

Grâce à vous Mme la Ministre, les délinquants de France ont de beaux jours devant eux.

 

Là où les Français réclament + de sévérité, le maintien, voire le renforcement des peines plancher VOUS LES SUPPRIMEZ.

 

L'application de peines de prison ferme claires et la suppression des remises de peines automatiques VOUS INSTAUREZ LA CONTRAINTE PÉNALE.

 

Là où les Français veulent empêcher la récidive des crimes les + graves en élargissant le cadre de la perpétuité réelle VOUS DÉSARMEZ LES MAGISTRAT.

 

Là où les Français réclament, à la suite du scandale du mur des cons, une justice et des magistrats indépendants des syndicats politisés, VOUS NE FAÎTES RIEN, PIRE MÊME, VOUS LES COUVREZ.

 

Là où les Français réclament un droit d'appel pour les victimes, vous répondez par une loi relative à l'impunité, au laxisme et à l'ignorance des droits des victimes.

 

Madame la Ministre, votre aveuglement est coupable. Vous entraînez notre Institution judiciaire et la France dans la mur.

 

Il est encore temps de réagir. Amendement après amendement, nous serons là pour tenter d'éviter le pire. Dans l’intérêt de la France et de la sécurité de chacun.


5 juin 2014

Meeting de Yannick Moreau et Guillaume Peltier en Vendée - Jeudi 5 juin à 19h00.

 

Chers amis,

 

Je vous rappelle le meeting demain soir (jeudi 5 juin) à Olonne sur mer (19h) avec l'intervention de Guillaume Peltier, Vice-Président de l'UMP, cofondateur de La Droite Forte.

 

Une occasion unique d'échanger directement avec lui, de lui poser vos questions et de lui faire part de ce que vous voulez pour la droite de demain et l'avenir de la France.

 

Je compte sur vous pour vous mobiliser et inviter vos amis nombreux.

 

A demain !

 

Informations utiles :

 

Adresse : Havre d'Olonne - 71, rue du 8 mai 1945 - Olonne-sur-Mer

Pour nous joindre : droiteforte.vendee@gmail.com


4 juin 2014

Les députés de l’opposition engagés sur le dossier de la réforme pénale, nos objections, nos réserves, nos propositions.

 

Rue89 consacre tout un article aux députés de l'opposition engagés sur le dossier de la réforme pénale, nos objections, nos réserves, nos propositions.

 

Un article qui reprend assez fidèlement ma ligne de conduite depuis que j'ai été nommé Secrétaire national de l'UMP en charge de la réforme de la Justice.

 

(Rassurez-vous, le surnom de "bétonneur" ne concerne que les travaux législatifs et pas notre belle Vendée littorale !).

 

Extrait de l'article

 

Désormais secrétaire national du parti à la réforme de la justice, il a déposé 74 amendements pour lutter « pied à pied » contre le projet de Christiane Taubira. Yannick Moreau doit intervenir à l’Assemblée dans la nuit de mercredi à jeudi et jeudi matin.

 

« J’espère que notre combativité fera reculer le gouvernement sur ce projet de loi dont l’esprit général ne peut pas nous convenir. C’est une manifestation de laxisme et un encouragement à la récidive.

 

Retrouvez l'article de Rue89 en cliquant ICI.

 

Le Figaro reprend l'un des amendements que j'ai déposé contre le projet de réforme pénale de Mme TAUBIRA.

 

Je propose en effet de lui donner son vrai Titre, à savoir «Projet de loi relatif à l'impunité, au laxisme et à l'ignorance des droits des victimes.»

 

Car oui, il faut le dire, il s'agit de l'objectif inavoué du présent projet de loi.

 

Retrouvez l'article du Figaro en cliquant ICI.

 

Vous trouverez également un article du Point en cliquant ICI.


2 juin 2014

L’avenir de l’UMP¨est de définir une ligne politique de Droite.

 

Tout comme il existe des partis de Centre-Droit et du Centre, la vie politique française doit compter sur l'existence d'un parti clairement à Droite : l'UMP.

 

Faire croire aux Français que l'avenir de l'UMP serait au Centre est une grave erreur que je dénonce et combattrai.

 

Les Français ne veulent plus de ces combinaisons politiciennes décidées nationalement et qui, pour d'aléatoires succès aux élections, brouillent les messages et diluent les convictions.

 

L'avenir de l'UMP est de définir une ligne politique de Droite, portant des valeurs de Droite comme la liberté, le mérite, la famille, le respect de la Nation et de la souveraineté populaire, la fraternité, etc.

 

L'avenir de l'UMP est de se préparer dès à présent à engager, le moment venu, une politique courageuse de Droite au service de nos compatriotes et de notre pays.

 

Si l'UMP ne s'assume pas et ne se reconstruit pas à droite, elle se laissera déborder par sa droite et par sa gauche et n'aura plus aucune raison d'être.

 

La situation désastreuse de la France commande une réaction énergique et des solutions radicales.

 

Le redressement durable de la France ne surviendra pas avec des solutions et des idées molles.

 

Avec Guillaume Peltier présent en Vendée le 5 juin prochain pour une réunion publique à Olonne sur Mer à 19H, nous nous battrons pour que l'UMP incarne une Droite forte, une droite populaire et courageuse non pas seulement dans l'opposition mais à l'épreuve de l'exercice des responsabilités.

 

Yannick MOREAU

Député de la Vendée littorale