29 octobre 2014

Violences antifas : il faut que cela cesse !

 

Une nouvelle flambée de violences depuis quelques jours défraie à nouveau la chronique en France. La mort d'un jeune militant, opposé à une construction d'un barrage à Sivens, donne à ces évènements un caractère dramatique qui ne peut toutefois nous empêcher de nous poser les bonnes questions.

 

Pourquoi les effectifs de Police et de Gendarmerie se retrouvent-ils dans des situations d'une aussi intense complexité ?

Les images disponibles dans les médias et sur internet révèlent que, de manière récurrente, des groupuscules entraînés, armés, n'hésitant pas à recourir à la violence contre les forces de l'ordre, mènent un activisme dangereux.

 

L'analyse du Général de division de gendarmerie Bertrand CAVALLIER dans Le Point confirme cette réalité.

 

S'il est nécessaire de pouvoir exprimer une poisition et une opposition, cela peut se mener dans le calme et la détermination. Les grandes mobilisations des années 2013 et 2014 pour la Famille l'ont démontré.

 

Cette mort tragique doit faire prendre conscience au plus haut niveau de l'Etat que le deux poids deux mesures n'est pas acceptable et qu'il faut mettre fin au laxisme.

 

J'ai déposé il y a quelques semaines, avec 39 députés cosignataires,  une Proposition de loi (voir le texte intégral ici) pour faciliter les conditions de dissolution des groupuscules violents "antifas" ou "black bloc" impliqués dans ces mouvements violents qui provoquent des tensions avec les forces de l'ordre.

 

Monsieur le Président, Monsieur le Premier ministre, Monsieur le Ministre de l'Intérieur, il est temps : il faut agir.

Revoir la Question au Gouvernement de Yannick MOREAU à Manuel VALLS pour la dissolution des groupuscules violents antifas.


29 octobre 2014

Soutien aux professions réglementées : je relaie la Question au Gouvernement de mon collègue le Député Jacques MYARD.

 

Je relaye ici bien volontiers la Question aux Gouvernement de mon collègue Jacques MYARD, député-maire de Maisons-Laffitte, posée mardi 28 octobre dans l'Hémicycle de l'Assemblée nationale et dont je partage l'esprit.

 

M. le président. La parole est à M. Jacques Myard, pour le groupe de l’Union pour un mouvement populaire.

 

M. Jacques Myard. Monsieur le ministre Macron, votre politique économique de réforme pour la relance consiste-t-elle, d’abord, à trouver des boucs émissaires ?

 

J’en veux pour preuve votre charge contre les pharmaciens et les notaires. Les premiers concourent directement à la sécurité médicale de Français : avec les génériques, ils font gagner – madame Touraine le sait – 2 milliards d’euros à la sécurité sociale.

 

Contrairement aux grandes surfaces qui s’installent en périphérie, ce sont des commerces de proximité situés en centre-ville. Les officines couvrent tout le territoire.

 

Les notaires assurent la sécurité juridique des Français qu’ils conseillent, eux, gratuitement. (Applaudissements sur plusieurs bancs du groupe UMP)

 

Ils assurent un service public sur tout le territoire et collectent gratuitement 22 milliards d’euros pour l’État. Une paille !

 

Ce n’est pas leur monopole qui coûte cher, ce sont les taxes de l’État. Partout en Europe où ce système a été prétendument libéralisé, les honoraires se sont envolés, comme aux Pays-Bas où ils ont connu une hausse de plus de 30 %.

 

La Chine et le Vietnam s’apprêtent à adopter notre système de notariat. Les litiges naissant à la suite d’actes notariés représentent, en France, quatre pour mille, contre 30 % en Angleterre.

 

Alors, monsieur le ministre, n’écoutez pas vos amis banquiers à la cervelle lavée à la mode des méthodes anglo-saxonnes !

 

Vous voulez faire des réformes. Je vais vous en susurrer quelques unes à l’oreille. Réformez la durée du temps de travail ! Réformez la fiscalité spoliatrice qui fait fuir les Français à l’étranger pour y créer des emplois ! Dites à vos amis et camarades gauchistes qu’ils relisent Marx, qui est lui un apologiste du grand capital !

 

Alors, monsieur le ministre, quand allez-vous cesser de casser ce qui marche ?

 

  - La question de Jacques MYARD en vidéo est accessible ICI -

 

M. le président. La parole est à M. le ministre de l’économie, de l’industrie et du numérique.

 

M. Emmanuel Macron, ministre de l’économie, de l’industrie et du numérique. Vous avez parfaitement raison, monsieur le député, d’exprimer des inquiétudes. (Exclamations sur les bancs du groupe UMP)

 

Je les ai prises en compte dès ma prise de fonction, puisqu’en ce qui concerne aussi bien les pharmaciens que les notaires, le projet caricatural qui aurait pu être celui du Gouvernement, et contre lequel vous vous exprimez, n’a pas été retenu. En effet, ce n’est pas ce que nous faisons.

 

J’ai eu l’occasion, la semaine dernière, d’échanger avec plusieurs députés, dans le cadre de la mission d’information que préside Mme Cécile Untermaier, comme je l’avait fait avec Richard Ferrand, que le Gouvernement a chargé d’un rapport sur le sujet.

 

J’ai pu constater qu’il pouvait y avoir, avec des parlementaires de droite et de gauche, un dialogue constructif pour l’avenir du pays, en vue de réformer ces professions réglementées.

 

Mais je ne peux pas vous laisser dire, monsieur le député, que nous allons supprimer l’exclusivité des actes authentiques ou de la vente de médicaments en officine, parce que, nous l’avons dit, nous ne le ferons pas. Une communication faite en conseil des ministres l’a indiqué.

 

Je ne peux pas vous laisser dire non plus, parce que ce n’est pas le cas, qu’il s’agit d’un projet de dérégulation ou de libéralisation ou d’un projet allant à l’encontre du maillage territorial.Cette réforme est conduite, depuis le début, monsieur le député, dans un esprit d’efficacité et de concertation qui consiste à réformer ces différentes professions avec les professionnels et avec les parlementaires.

 

Je ne peux pas davantage accepter votre argument qui consiste à dire que la France ne peux se réformer qu’en privant les plus faibles de droits ou en cassant certains droits.

 

Oui, une réforme des professions réglementées est possible. Les notaires, la population du notariat, l’accès à celui-ci peuvent aujourd’hui se moderniser.

 

Pour ne citer qu’un seul exemple, on peut faire mieux avec des moyens plus modernes et plus républicains. Nous poursuivrons ce projet, loin de la caricature que vous venez d’en faire, monsieur le député.


29 octobre 2014

Questions au gouvernement : justice des mineurs dans le cadre du PLF 2015.

 

Hier après-midi, dans le cadre de l'examen du Projet de Loi des Finances pour 2015 nous avons examiné les éléments relatifs au budget de la Justice. En tant que Secrétaire national de l'UMP à la réforme de la Justice, je suis intervenu plus particulièrement pour interroger Christiane Taubira, Garde des Sceaux, sur la réforme de l'ordonnance de 1945 sur la justice des mineurs.

 

Vous retrouverez cette question en vidéo en cliquant ICI.

 

Aujourd'hui, on peut constater la non réponse de Madame Taubira à la question sur son projet de suppression des tribunaux correctionnels pour mineurs.

 

Ma question porte sur le financement de la justice des mineurs et notamment sa mise en œuvre à l’aune du projet de loi annoncé pour 2015.

 

Les mineurs d’aujourd’hui représentent à eux seuls 18,8% de la délinquance, 50% des mis en cause en matière de violence aux personnes et de vols violents. Ils sont de plus en plus précoces et leur réitération très fréquente, plus de la moitié (53%) comptabilisant 7 infractions par personne.

 

Alors que la réponse pénale pèche par sa lenteur avec un délai moyen étant de 18 mois entre les faits et le jugement et que l’évolution de cette délinquance appelle une réforme de l’ordonnance de 1945, votre projet de loi annoncé pour le premier semestre 2015 prévoit de supprimer la sanction en instaurant la césure du procès comme un principe de la justice des mineurs.

 

Nous confirmez-vous vos intentions, évoquées par la directrice de la protection judiciaire de la jeunesse, d’établir l’impunité pour les délinquants de moins de 13 ans, de rendre automatique la césure du procès et  hypothétique la peine, d’étendre la justice des mineurs aux majeurs et de supprimer les tribunaux correctionnels pour mineurs, crées en 2011 pour juger les auteurs de + de 16 ans de délits graves commis en récidive et punis d’au moins 3 ans de prison alors que les violences aux personnes occasionnées par des mineurs ont augmenté de 48% ces dix dernières années ?


28 octobre 2014

Examen de la deuxième partie du “projet de loi des finances 2015”.


Nous commençons l'examen de la deuxième partie du "projet de loi de finances 2015" consacré cet après-midi, ce soir et cette nuit à la JUSTICE.

 

Une légère augmentation des moyens "en trompe l'oeil"... notamment en raison de la mise en oeuvre de la réforme pénale et de sa mesure la plus idéologique : "la contrainte pénale".


28 octobre 2014

Tribune dans la Revue Parlementaire : “réduire le congé parental ne créera aucune économie”.

 

Retrouvez la Tribune, publiée dans La Revue Parlementaire d'octobre 2014, pour la défense du libre choix des parents et le maintien du congé parental.


24 octobre 2014

Réunion publique avec Laurent Wauquiez le 6 novembre pour la campagne de Nicolas Sarkozy à la Présidence de l’UMP à La Roche sur Yon

 

Rejoignez l'évènement sur Facebook !

 

Dans le cadre de la campagne de Nicolas SARKOZY à la présidence de l’UMP, Yannick MOREAU, Député de la Vendée littorale, invite les militants et sympathisants vendéens à venir nombreux à la réunion publique de Laurent WAUQUIEZ, le jeudi 6 novembre 2014. (19h30 – Salle du Bourg-sous-la-Roche - 80, rue Emile Baumann à la Roche-sur-Yon).

Après avoir lancé la campagne interne de Nicolas SARKOZY en Vendée et la collecte des parrainages, Yannick MOREAU se réjouit de l’accueil en Vendée d’une grande réunion publique, étape importante dans cette campagne.

 

Selon lui, la Droite française a besoin de l’autorité de Nicolas SARKOZY  pour se reconstruire et offrir enfin une alternative crédible à la gauche au pouvoir qui abîme la France, désespère et révolte les Français.

 

"Nicolas SARKOZY est l'homme de la situation. La Droite et la France ont besoin de lui. Je soutiens sa candidature et lui fais confiance pour remettre la Droite en ordre de marche et construire le redressement de notre pays. C’est un réel plaisir d’accueillir Laurent WAUQUIEZ en Vendée. Laurent fait partie de cette nouvelle génération d’élus qui promeut une "droite des valeurs" sans laquelle le redressement pérenne de la France serait illusoire” ajoute Yannick MOREAU.

 

La Vendée a toujours été au rendez-vous de la mobilisation pour Nicolas SARKOZY, elle le démontrera autour de Laurent WAQUIEZ le 6 novembre et de manière plus nette encore le jour du vote interne pour Nicolas SARKOZY le 29 novembre prochain.

 

Yannick MOREAU

Député de la Vendée littorale


24 octobre 2014

Journées d’Etudes 2014 de l’ANEL à la Rochelle : favoriser la Croissance Bleue et anticiper les Risques.

 

J'étais hier à La Rochelle, pour participer aux Journées d'Etudes de l'Association Nationale des Elus du Littoral (ANEL).

 

Plusieurs tables rondes se sont succédées autour de la "Croissance Bleue" mais aussi de l'évaluation des Risques spécifiques à nos territoires, sur les atouts pour la France d'une facade maritime aussi importante ou encore sur les différentes possibilités de gestion d'un port.


22 octobre 2014

1ère partie du PLF : Yannick Moreau vote contre “un mauvais budget, sans réforme de fond, qui aggrave les déficits, oppresse encore les classes moyennes, sans donner des perspectives de croissance”.

 

Yannick MOREAU, député de la Vendée littorale et membre de la Commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale, a voté contre la 1ère partie du projet de loi de Finances pour l’année 2015 concernant le volet « Recettes ».

 

« Une nouvelle fois le budget de notre pays va être voté avec un déficit prévisionnel considérable de 80 milliards d'euros. Je suis né en 1975. Depuis cette année, tous les budgets sont votés en déficit. Le nouvel alourdissement de nos déficits et de notre dette pénalise durablement notre pays et en particulier, les jeunes générations. Le redressement des finances publiques devra être une priorité absolue pour les années à venir. A titre personnel, c’est l’une de mes priorités ».

 

En alourdissant encore les impôts sur les classes moyennes, le Gouvernement de M. VALLS pénalise d'hypothétiques perspectives de retour à la croissance » indique Yannick MOREAU.

 

« L’hypothèse de croissance du PIB  d’1%, annoncée par le Gouvernement, me paraît –hélas- exagérée. L’INSEE a d’ailleurs dû baisser sa prévision de croissance. Dès lors les prévisions du Gouvernement ne sont pas sincères et nous serons obligés de voter une loi de finances rectificative dans quelques mois » dénonce Yannick MOREAU.

 

Incapable de tenir ses engagements et de faire les réformes structurelles dont notre pays a besoin, le Gouvernement laisse filer la dette et se cache la tête dans le sable.

 

« En continuant le matraquage contre les familles et les classes moyennes, les prélèvements fiscaux deviennent en réalité inopérants. Le manque à gagner s’est ainsi élevé cette année à 11 milliards d’euros en raison d’une règle simple : trop d’impôts tue l’impôt. Même chose pour les entrepreneurs, artisans et commerçants qui attendaient de vraies mesures de simplification normative et fiscale et pour qui le Gouvernement n'a prévu que le CICE à l'effet différé ».

 

Yannick MOREAU dénonce les artifices fiscaux mis en œuvre dans la première partie de ce projet de loi de finances 2015 : « Le Gouvernement fait croire qu’il baisse les impôts quand dans le même temps il maintient tout une série de taxes qui devaient disparaître. Autre exemple significatif, la suppression de la 1ère tranche de l’Impôt sur le Revenu alors qu’il faudrait au contraire élargir la base à davantage de contribuables. L'élargissement de l'assiette des contribuables est financièrement nécessaire et moralement souhaitable. C'est une question d'équité républicaine. Tous nos compatriotes, quel que soit leur niveau de revenu doivent contribuer à la vie collective, même symboliquement. »

 

Yannick MOREAU

Député de la Vendée littorale

Membre de la Commission des Affaires économiques


17 octobre 2014.

Laurent Wauquiez sera en Vendée le 6 novembre 2014 pour soutenir Nicolas Sarkozy à la présidence de l’UMP.

 

Laurent Wauquiez sera en Vendée le 6 novembre 2014 pour soutenir Nicolas Sarkozy à la présidence de l'UMP, à la Salle du Bourg sous la Roche à 19h30.


16 octobre 2014

QAG : légaliser les salles de shoot”, la triple erreur du Gouvernement.

 

Retrouvez la vidéo de ma Question au Gouvernement en cliquant ICI.

 

Ma question s'adresse à Monsieur le Premier Ministre.

 

Ce matin, le Conseil des ministres a adopté le projet de loi de santé, et, par son article 9, la légalisation des "salles de shoot", rebaptisées "espace de réduction des risques par usage supervisé".

 

Malgré le glissement sémantique, les faits sont là, le gouvernement a décidé de légaliser les "salles de shoot" non plus seulement à Paris... mais sur l'ensemble du territoire national !

 

On nous dit "pour 6 ans" mais combien de millions d'euros y seront consacrés au détriment des politiques de prévention précoce, bien insuffisantes dans notre pays ?

 

Monsieur le Premier Ministre, légaliser le "salles de shoot" est UNE TRÈS GRAVE ERREUR.

 

9 pays seulement ont tenté cette aventure. Partout c'est un échec.

 

Plus qu'une erreur, légaliser les "salles de shoot" est une FAUTE.

 

UNE FAUTE CONTRE NOTRE JEUNESSE à qui vous adressez un terrible signal de banalisation de la drogue qui pourrait désormais être légalement consommée dans certains endroits "protégés" de la République.

 

UNE FAUTE CONTRE NOS FORCES DE L'ORDRE qui, au péril de leur vie, luttent sans relâche contre le trafic de drogue.

 

UNE FAUTE CONTRE LES FAMILLES frappées par le fléau de la drogue et qui attendent autre chose du gouvernement qu'un message de laxisme et de fatalisme.

 

M. le Premier Ministre, dans la crise que nous traversons, la légalisation des "salles de shoot" est-elle vraiment une priorité nationale ?

 

Combien vont coûter aux contribuables ces 6 années de soi-disant "expérimentation" ? Où allez vous trouver l'argent ?

 

M. le Premier Ministre, arrêtez de chercher à masquer l'échec économique de votre gouvernement par des rideaux de fumée idéologiques !

 

Arrêtez de tout banaliser et de déconstruire jour après jour les repères fondamentaux de notre société.

 

Avec 100 collègues nous déposerons cet après-midi une résolution parlementaire pour contrer cette initiative gouvernementale inopportune, inefficace et dangereuse pour l'avenir de notre pays.


14 octobre 2014

Les professionnels des Travaux Publics donnent de la voix devant l’Assemblée nationale. Je leur ai renouvelé mon soutien cet après-midi.

 

Les professionnels des Travaux Publics donnent de la voix devant l'Assemblée nationale. Je leur ai renouvelé mon soutien cet après-midi.

 

L'Etat, incapable de se réformer, décide de pénaliser les collectivités territoriales en multipliant les transferts de compétences sans pour autant y joindre les moyens financiers correspondants. La conséquence en est simple : une réduction constante des moyens des communes et des départements qui ne peuvent plus investir dans l'avenir de nos territoires.

 

Les travaux publics sont pourtant des investissements utiles à tous, en particulier pour nos communes touristiques pour lesquelles l'accès est une priorité.

 

Ce sont actuellement 60.000 emplois menacés, principalement dans des PME de moins de 20 salariés.

 

J'appelle le Gouvernement, et en particulier la ministre de l'Ecologie Madame ROYAL et le ministre du Budget, à entendre les propositions constructives des professionnels du secteur :

 

- Assurer le fléchage de 2 centimes d'euros de la taxe du le gasoil vers le budget de l'Agence de financement des infrastructures de transport de France, pour inciter à l'entretien des voies terrestres et ferroviaires. Cela permettrait d'assurer la réalisation de l'A831, indispensable pour poursuivre le désenclavement de la Vendée.

 

- Favoriser le remboursement de la TVA aux collectivités locales l'année de l'investissement, comme cela s'est déjà fait par le passé et qui avait permis de passer des creux difficiles.


10 octobre 2014

Yannick Moreau, député de la Vendée littorale, membre de la mission parlementaire sur l’évaluation de l’écotaxe, se réjouit de l’annonce du report de ce dispositif controversé.


Yannick Moreau, député de la Vendée littorale, membre de la mission parlementaire sur l'évaluation de l'écotaxe, se réjouit de l'annonce du report de ce dispositif controversé.

 

« Nos points d'accord avec Madame Royal sont suffisamment rares pour que je souligne publiquement le bien-fondé de cette décision » réagit Yannick Moreau.

 

« Membre de la mission parlementaire sur l'écotaxe, j'ai voté contre le rapport final et demandé la suppression de ce dispositif. » ajoute Yannick Moreau, par ailleurs membre de la commission des affaires économiques de l'Assemblée nationale.

 

C'est le bon sens et le pragmatisme qui doivent l'emporter : cette taxe complexe est devenue contre-productive, le prototype même de l'usine à gaz. Dans une période où nous cherchons de la croissance et de l'emploi, complexifier la vie de nos entrepreneurs est une mauvaise idée.

 

« Je forme le vœu que Madame Royal ait la même lucidité sur d'autres grands sujets de transports, comme l'A 831. » conclut Yannick Moreau.

 

Yannick MOREAU

Député de la Vendée littorale

Membre de la mission parlementaire sur l’écotaxe

Membre de la commission des Affaires économiques


10 octobre 2014

Projet gouvernemental de réforme des professions réglementées.

 

Yannick MOREAU, Député de la Vendée littorale, membre de la Commission des Affaires économiques, réagit au projet gouvernemental de réforme des professions réglementées.

 

En l’état, ce projet ne répondrait à aucun des trois objectifs qui lui est assigné : pas d’économie réalisée, pas de générateur de croissance supplémentaire et pas de meilleur aménagement de l’équilibre du territoire.

 

Il aboutirait au contraire à une augmentation forte des tarifs et des frais d’acte de ces différentes professions et serait vécu comme un véritable coup de massue par les professionnels concernés.

 

Selon Yannick MOREAU, « Ce n’est pas en mettant à terre les professions libérales (notaires, architectes, pharmaciens, avocats, etc.) que nous règlerons les problèmes économiques de notre pays. Ce projet porte la marque de l’idéologie soixante-huitarde qui imprègne encore nombre de nos gouvernants et parlementaires de gauche. A l’évidence, certains ressentent un vrai plaisir à s'attaquer à ces professions, sur fond de lutte des classes.

 

Multiplier les contraintes envers des professions qui ont un rôle important à jouer dans nos territoires ne contribuera pas au retour de la croissance. Cette réforme n’est en aucun cas une priorité. La priorité pour  l'Etat est d'engager la diminution de la dépense publique, la réduction de nos déficits, et d’engager enfin les réformes structurelles dont notre pays a besoin.

 

Yannick MOREAU

Député de la Vendée littorale


9 octobre 2014

“Murs des cons”, la présidente du syndicat de la magistrature déboutés.

 

La chambre d'instruction vient de débouter la présidente du syndicat de la magistrature qui souhaitait faire arrêter l'instruction menée au sujet du "mur des cons".

 

Il s'agit d'une bonne nouvelle qui devrait permettre à un grand nombre de français d'obtenir des réponses aux questions qu'ils se posent légitimement concernant cette affaire.

 

Cette affaire est le symbole d'une justice coupée des réalités : en mettant même des parents de victimes sur ce mur, les magistrats du Syndicat de la Magistrature -qui avaient appelé à battre Nicolas SARKOZY en 2012- ont décrédibilisé cette vision de la justice politisée.

 

A plusieurs reprises, en tant que Secrétaire national de l'UMP chargé de la réforme de la justice, je me suis prononcé pour l'interdiction de la syndicalisation professionnelle des magistrats.

 

C'est une condition essentielle du regain de la confiance des français en leur justice.

 


7 octobre 2014

Audition de Jean-Noël TRONC, président de la SACEM.

 

Audition en commission ÉCO à l'Assemblée de M. Jean-Noël TRONC, président de la SACEM.

 

Vraiment surpris par l'ordre du jour de notre commission qui devrait se fixer d'autres priorités pour le redressement économique de notre pays.

 

La question de la réforme des "professions réglementées" censée redonner de la croissance (?) devrait être aujourd'hui l'une de nos priorités de travail.

 

Pour ma part, je ne crois pas une seconde que c'est en mettant à terre les professions libérales (notaires, architectes, pharmaciens, avocats, etc.) que nous règlerons les problèmes économiques de notre pays.

 

L'urgence pour l'Etat est d'engager la diminution de la dépense publique ! et la réduction de nos déficits !

 

L'urgence est d'engager les réformes structurelles dont notre pays a besoin.

 

Dans l'idéologie soixante-huitarde qui imprègne encore nombre de nos gouvernants et parlementaires de la gauche plurielle, je comprends bien le plaisir que certains pourraient prendre à s'attaquer à ces professions "bourgeoises" mais ça n'est vraiment pas la priorité.


7 octobre 2014

Union des 3 villes soeurs des Olonnes, la fusion soumise aux troix conseils municipaux.

 

Lundi 13 octobre au soir, chacun des conseils municipaux des 3 villes soeurs des Olonnes sera amené à approuver une délibération marquant notre engagement à unir nos communes avant la fin du mandat.

 

Voilà un premier pas solennel, inédit, symbolique, le même soir, à la même heure, dans chacune des communes du Pays des Olonnes.

 

Merci à Joël Mercier, Didier Gallot, et leurs équipes pour cet acte fort qui engage notre agglomération et lui offre des perspectives nouvelles.

 

L'Union des 3 villes soeurs des Olonnes en une commune nouvelle que nous nous engageons aujourd'hui à créer avant 2020 est, pour moi, la réponse la plus adaptée et la plus responsable aux défis de notre temps.

 

A suivre...


5 octobre 2014

Fête “du grand festin”.

 

Fête "du grand festin" autrefois "fête du thon" qui a dû être rebaptisée car, depuis que l'Europe leur a interdit de le pêcher, les Islais n'ont plus le coeur à fêter le thon.

 

Une belle soirée sur l'Ile avec François-Xavier Dubois au coeur de cette grande fête populaire remarquablement organisée par les associations et bénévoles de l'Ile.

 

Le thon c'est bon ! ;-)


2 octobre 2014

Bravo Bruno Retailleau

 

Communiqué de Presse

L’accession de Bruno Retailleau à la présidence du groupe UMP du Sénat est la conclusion d’un parcours parlementaire sans faute et le fruit de son énergie et de son talent personnels.

 

Cette nouvelle et grande responsabilité, à Paris, au coeur de nos institutions, constitue une opportunité pour notre famille politique d’adopter un positionnement clairement à droite fondé sur les valeurs essentielles au redressement de notre pays que sont notamment le rétablissement de la liberté d’entreprendre, la défense de la valeur cardinale de la famille et l’amour de la France.

 

L’UMP qui élira prochainement son nouveau président pourra compter sur l’énergie de Bruno Retailleau pour moderniser le Sénat afin qu’il prenne une part essentielle dans la reconquête de la confiance de nos compatriotes.

 

Je souhaite bon vent à Bruno Retailleau pour servir le bien commun et servir au mieux la France que nous aimons.

 

Yannick Moreau

Député de la Vendée littorale


02 octobre 2014

1ère réunion d’information et d’échanges avec les agents des 4 collectivités du Pays des Olonnes

 

1ère réunion d'information et d'échanges avec les agents des 4 collectivités du Pays des Olonnes (3 communes et une communauté de communes). Plus de 350 agents présents sur les 1 000 pour cette première réunion très intéressante pour tout le monde.

 

Nous construisons une ville nouvelle de 45 000 habitants, ville-phare de la Vendée littorale.

 

LA FUSION DES TROIS VILLES SOEURS DES OLONNES EST EN MARCHE.