BREXIT : YANNICK MOREAU LANCE UN SIGNAL D'ALARME AVANT UN GIGANTESQUE PLAN SOCIAL POUR LA PÊCHE FRANÇAISE

Alors que la campagne présidentielle s'enlise, la mise en œuvre du Brexit annonce un gigantesque plan social, sans précédent, pour les pêcheurs français.

Yannick MOREAU, député de la Vendée littorale et secrétaire national LR à la Mer et à la Pêche, tire une nouvelle fois le signal d'alarme : "les pêcheurs français vont être les premières victimes du Brexit si celui-ci est mal négocié. Les efforts du ministre Vidalies ne suffiront pas à défendre les intérêts français : il faut une prise de conscience nationale, relayée au plus haut niveau de l'Etat, et que ce sujet soit débattu par les candidats à l’élection présidentielle."

"Alors que les professionnels de la Pêche se sont organisés pour évaluer les conséquences du départ du Royaume Uni de l'Union européenne, le Gouvernement français est très en retrait" s'inquiète Yannick MOREAU.

"La question de la Pêche doit figurer dans le mandat de négociation donné à la Commission européenne, dans une vision globale de la négociation. C'est le principe de la coopération entre les Etats membres qui serait menacé si tel n'était pas le cas" avertit Yannick MOREAU, pour qui le maintien de la répartition des quotas est un point essentiel.

"Cette négociation sera difficile : le Gouvernement français actuel et le suivant devront être déterminés pour que la pêche française ne soit pas sacrifiée au profit d'un mauvais compromis. La question de l'accès au marché unique des produits de la mer britanniques devra être posée, puisque le Royaume-Uni est aujourd’hui très dépendant de ses clients européens".

"Cette négociation du Brexit peut aussi être une opportunité de renouveler la politique de la Pêche, vers plus de lisibilité et de stabilité, avec notamment l'instauration de quotas pluriannuels." conclut-il. 

0 commentaires

PUBLICATION D'UNE NOUVELLE "STRATÉGIE MARITIME" À 70 JOURS DE LA FIN DU MANDAT : UN COUP D'ÉPÉE DANS L'EAU DE MER

PUBLICATION D'UNE NOUVELLE "STRATÉGIE MARITIME" À 70 JOURS DE LA FIN DU MANDAT : UN COUP D'ÉPÉE DANS L'EAU DE MER

 

Yannick MOREAU, député de la Vendée littorale, Secrétaire national « LR » à la Mer et à la Pêche, dénonce la publication en catimini de la « Stratégie nationale pour la Mer et le Littoral » au Journal Officiel de ce jour.

 

« Cette publication intervient curieusement au lendemain de la clôture de la session parlementaire. Cela prive les députés de pouvoir interroger la ministre de l’Environnement par une Question orale, notamment sur la pauvreté du texte final, particulièrement en ce qu'il sous-estime l’importance économique de la Mer » s’étonne le député Yannick MOREAU.

 

« Cette manœuvre n'est pas à la hauteur des enjeux. Elle montre le peu d’intérêt du Gouvernement pour la Mer, alors que le poids de l'économie bleue s'élève à 270 milliards d'euros, 820.000 emplois et représente 14% du PIB français, selon une étude réalisée par le Boston Consulting Group (BCG) pour la Fondation de la Mer, et publiée par Les Echos cette semaine » dénonce Yannick MOREAU.

 

« Quelle pourra donc être la force d’une telle Stratégie alors qu’il ne reste que 70 jours de mandat à François HOLLANDE ? Elle est morte-née à peine publiée, et déjà classée aux Archives nationales. » ajoute Yannick MOREAU.

 

« Avec cette SNML, le Gouvernement aura confirmé son addiction au « syndrome du colloque » qui multiplie les instances et les concertations, sans jamais prendre de décision. Preuve en est qu’en 5 ans de mandat de Mme Royal et M. Hollande, aucune éolienne offshore n’a été installée au large des côtes françaises » conclut Yannick MOREAU.

 

Pour le député de la Vendée littorale, membre du groupe de travail présidentiel de François FILLON, « la France dispose d’un levier insoupçonné de croissance et d’emploi avec la Mer. Le prochain Président de la République devra lancer, avec tous les acteurs de la Mer, un vrai projet d’avenir dans ce domaine dès le début de son quinquennat ».

 

Yannick MOREAU

Député de la Vendée littorale

Secrétaire national LR à la Mer et à la Pêche 

0 commentaires

LE GRAND DÉPART 2018 DU TOUR DE FRANCE, DE LA VENDÉE LITTORALE, EST UNE EXCELLENTE NOUVELLE !

Pour Yannick Moreau, député de la Vendée littorale, pouvoir garder deux jours le Tour de France en Vendée permettra non seulement de partager cette grande fête populaire avec l’ensemble des Vendéens mais constituera un coût de projecteur très utile à l’économie touristique vendéenne.

 

Un an après l’arrivée du Vendée Globe, la Vendée capte un nouvel événement international pour le plus grand bonheur des Vendéennes et des Vendéens. Bravo.

L’agglomération des Sables d’Olonne qui a eu la chance d’accueillir un départ en 2011 se réjouit que d’autres secteurs de Vendée puissent profiter de cette extraordinaire dynamique et se tient à la disposition du Département et des organisateurs pour faciliter et promouvoir ce bel événement.

 

Yannick Moreau conclut : « Avec le Vendée Globe, le Tour de France et le Puy du Fou, ce qui est bon pour la Vendée est bon pour les Sables d’Olonne; et ce qui est bon pour les Sables d’Olonne est bon pour la Vendée. »

 

Yannick Moreau

Président

Les Sables d’Olonne Agglomération

Député de la Vendée littorale

 

0 commentaires

LA LUTTE CONTRE LE CYBER DJIHADISME RETARDÉE

Le Conseil constitutionnel a invalidé les dispositions pénales qui prévoient 2 ans de prison et 30.000 euros d'amende pour la consultation régulière de sites internet faisant l'apologie du terrorisme.

 

Dans le respect des décisions de justice, élément fondamental de l'État de Droit, le député de la Vendée Yannick MOREAU, Secrétaire national "Les Républicains", s'inquiète des conséquences d'une telle décision et du mauvais signal envoyé.

Après la censure de 48 dispositions du Projet de Loi "Egalité et Citoyenneté" par le Conseil Constitutionnel en janvier, l'amateurisme du Gouvernement se répète une nouvelle fois, et sur un sujet éminemment sensible.

 

Alors qu'un projet d'attentat a été déjoué ce matin à Montpellier et qu'un militaire de l'opération Sentinelle a été attaqué la semaine dernière au Louvre, les incantations du Gouvernement dans la lutte contre le terrorisme ne sont pas à la hauteur.

Preuve en est également l'angélisme de la majorité socialiste qui a refusé, dans les débats parlementaires de cette semaine, de renforcer les conditions de légitime défense des particuliers ou d'armement des policiers municipaux.

 

Pour gagner la guerre déclarée par les barbares islamistes à nos sociétés, il faut une réponse déterminée, ferme, juridiquement fondée.

 

Ce nouvel incident législatif montre, une nouvelle fois, l'urgence d'une alternance en mai prochain.

0 commentaires

LA RÉÉCRITURE DE LA LOI LITTORAL VA PERMETTRE DE REVENIR À L'ÉQUILIBRE INITIAL DE LA LOI QUI VOULAIT TOUT À LA FOIS PROTÉGER, AMÉNAGER, ET METTRE EN VALEUR LE

Yannick MOREAU, député de la Vendée Littorale, Secrétaire nationale LR à la Mer, est intervenu à l’Assemblée nationale mardi 31 janvier pour défendre la protection, l’aménagement et la mise en valeur du territoire lors du débat en seconde lecture de la proposition de loi relative à l’adaptation des territoires littoraux au changement climatique.

 

Lors de son intervention dans l’Hémicycle, Yannick MOREAU a salué « la combattivité des parlementaires Les Républicains », Gilles LURTON (35), Philippe LE RAY (56) et Yannick MOREAU (85) qui ont permis « de faire avancer le gouvernement » vers « une nouvelle rédaction de la proposition de loi littorale, qui concilie la protection, l’aménagement et la mise en valeur du littoral ».

 

Yannick MOREAU encourage « les sénateurs à soutenir en deuxième lecture les avancées déterminantes de la loi littorale» en ce qui concerne notamment « les constructions ou installations nécessaires aux activités agricoles, forestières ou de culture marine « et le « comblement raisonnable des dents creuses dans les hameaux des communes du littoral », lors du prochain vote qui aura lieu au Sénat.

 

« La loi littoral ainsi rédigée permet un juste équilibre entre protection et mise en valeur du littoral » et aura des « conséquences positives sur l’économie verte et bleue » précise Yannick MOREAU.


0 commentaires

Tromelin : Réaction du député Yannick MOREAU

Yannick MOREAU, député de la Vendée littorale et Secrétaire national LR à la Mer et à la Pêche, salue le retrait des discussions sur l'accord de cogestion de l'île de Tromelin de l'ordre du jour de l'Assemblée nationale.

 

« La conférence des Présidents et le représentant du Gouvernement ont entendu les très vives oppositions des parlementaires, issues de toutes les sensibilités de l'Assemblée nationale » indique Yannick MOREAU, seul député LR à avoir déposé un amendement de suppression du projet de ratification, consigné par son collègue LR Laurent FURST.

 

« C'est une marque de sagesse, que je salue, et qui montre bien que nos arguments étaient fondés : une procédure de cogestion, exceptionnelle au regard du droit international, entérinait de fait une violation et, en réalité, un démembrement de notre souveraineté » poursuit Yannick MOREAU.

 

« La France possède un domaine maritime immense, qu'elle ne sait pas exploiter. J'espère que la prise de conscience autour de l'importance, même symbolique, de Tromelin, entraînera plus largement un réveil de notre ambition maritime collective » conclut Yannick MOREAU.

 

Yannick MOREAU

Député de la Vendée littorale

Secrétaire national LR à la Mer et à la Pêche

0 commentaires

PUBLICATION DES CHIFFRES DE L'INSEE : LA VENDÉE LITTORALE ET RÉTRO-LITTORALE PLÉBISCITÉE

Avec 35 700 habitants de plus en 5 ans, la Vendée dans son ensemble prouve son dynamisme et son attractivité.

 

Le député est particulièrement satisfait des résultats qu'il constate sur la frange littorale et rétro littorale du Département :

 

"C'est le résultat d'un engagement de tous : d'abord nos élus locaux qui ont fait du logement une priorité, mais aussi les milliers de bénévoles qui font battre le coeur de nos communes et participent à l'incroyable dynamique associative vendéenne."

 

Au coeur de la Vendée littorale, Olonne sur Mer (avec + 4%, soit 4 fois la croissance vendéenne) et "Les Sables d'Olonne Agglomération" (avec + 2%) se montrent particulièrement dynamiques et voient leur qualité de vie et leur attractivité plébiscitées.

 

Yannick MOREAU n'oublie pas les acteurs économiques du territoire qui "en maintenant et en créant des emplois permettent à des jeunes de venir s'installer, vivre et travailler en Vendée Littorale".

 

Il tient à souligner en ce sens le rôle prépondérant des communes rétro-littorales qui permettent à de nombreuses familles de vivre à proximité de leur emploi. 

 

"Une population qui s'accroît, ce sont des écoles qui se maintiennent et des commerces qui se développent".

 

Le député voit dans ce dynamisme démographique non seulement une volonté de venir s'installer en bord de mer, mais une véritable adhésion aux valeurs et à la culture vendéenne.

 

"Quand on choisit de venir vivre en Vendée littorale, on en épouse son style de vie, on en embrasse ses traditions".

 

Yannick MOREAU se dit fier de cette mentalité vendéenne "accueillante et volontaire ".

 

Yannick MOREAU

Député LR de la Vendée Littorale 

0 commentaires

POUR 2017 JE VOUS SOUHAITE UN NOUVEAU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE !

La santé, le bonheur, la réussite, tels sont les vœux que je formule pour vous et vos proches.

 

Mais en cette année d'élection présidentielle, prenons conscience qu'il ne saurait y avoir durablement de bonheur et de réussite individuels sans bonheur et réussite collectifs, sans bonheur public ni réussite nationale.

 

Pour que la France se relève, qu'elle soit forte au cœur d'une Europe forte, vraiment européenne, vraiment protectrice, je vous souhaite et nous souhaite un nouveau président de la République. Je vous souhaite et nous souhaite l'élection et la réussite de François Fillon.

 

Pour la droite, 2017 sera l'heure de vérité. Les Français ne veulent plus de demi-mesures mais des résultats.

 

Votons pour une droite courageuse, responsable, forte. Une droite qui relève, protège et libère le pays. Voilà l'enjeu de cette année décisive.

 

Bonne année 2017 ! Vive la Vendée ! et Vive la France !

 

Yannick Moreau

Député LR de la Vendée littorale

0 commentaires

TAC et QUOTAS 2017 : UN BILAN EN DEMI TEINTE POUR LES PÊCHEURS FRANÇAIS

Yannick Moreau, député de la Vendée littorale et secrétaire national Les Républicains à la mer et à la pêche, était à Bruxelles en ce début de semaine pour soutenir la pêche artisanale française lors du conseil des ministres européens qui arbitre chaque année les TAC et quotas.

 

« Après plus de 48 heures de négociations, la "roulette bruxelloise" a fini de tourner et a livré son verdict scellant le sort des pêcheries, des armements et des familles de marins pêcheurs français » déclare Yannick Moreau.

 

Le bilan est en demi-teinte :

 

Côté positif, la profession et le gouvernement français, soutenu par des parlementaires de tous les bords politiques, ont réussi à écarter les mesures irréalistes envisagées sur le bar par la Commission. Les ports atlantiques s'en sortent plutôt bien. Le millésime 2017 leur est une nouvelle fois favorable et récompense les efforts entrepris par la profession pour s'adapter et gérer la ressource.

 

Côté négatif, les mesures drastiques prises en Manche mettent en péril de nombreuses entreprises de pêche. C'est toute une filière et une économie qui souffre et lutte pour sa survie, menaçant des milliers d’emplois directs et indirects.

 

C'est en réalité le système de fixation de ces TAC et quotas qu'il faut intégralement remettre à plat. Pour donner une lisibilité aux armements et associer plus étroitement les scientifiques et les pêcheurs à la négociation, il est urgent que les discussions se fassent désormais pour des cycles pluriannuels de 2 ou 3 ans. On ne peut jouer, chaque année, l'avenir de centaines d'armements et de familles et de milliers d'emplois à "la roulette bruxelloise".

 

« François Fillon et les parlementaires de la mer mobilisés pour le développement de cette économie d'avenir pour la France littorale demandent à l'Europe de donner de l'air aux pêcheurs français et de les soutenir dans leurs efforts d'adaptation et de construction de navires plus adaptés et plus économes » conclut Yannick MOREAU.

 

Yannick MOREAU

Député de la Vendée Littorale

Secrétaire national LR à la Mer et à la Pêche

0 commentaires

Négociations des Tac et quotas 2017 : LA PÊCHE ARTISANALE FRANÇAISE RETIENT SON SOUFFLE

A l'heure où je dois quitter Bruxelles et les représentants des marins pêcheurs pour rejoindre l'Assemblée nationale et le discours de politique générale du nouveau premier ministre, rien n'est encore joué pour les armements, les marins et les familles françaises qui vivent de la pêche et font vivre nos ports...

 

Avec le 1er compromis présenté ce matin peu avant 10H seule la question du "bar sud" semble avoir été traitée raisonnablement. La pression retombe. Les pêcheurs de cette espce emblématique respirent un peu mais devront être particulièrement vigilants et disciplinés pour ne pas risquer des mesures sévères l'année prochaine.

 

Pour toutes les autres espèces, la négociation et la Commission sont très dures... Rien ne devrait pouvoir être conclu avant la nuit prochaine.

 

Nos espoirs reposent sur le minnistre de la pêche, soutenu par les nombreux professionnels présents cette année à Bruxelles et François Blanchet, Christophe Priou Daniel Fasquelle qui le motivent à ne rien lâcher.

 

La nouveauté de ce conseil européen 2016, c'est que tous les pays présents à la table des négociations désapprouvent l'attitude inflexible et fermée de la Commission... 

À suivre... 

0 commentaires

Primaire : la victoire de la droite

 

A l’heure où on croyait que les Français désespéraient de la droite française, qu’il n’y avait plus d’espace ni d’avenir entre le centre et le Front national, ce premier tour de la primaire fait triompher les idées, les projets et les candidats d’une droite affirmée et offensive.

 

Si je suis naturellement déçu pour Nicolas Sarkozy dont j’apprécie l’énergie et la chaleur, je me réjouis du succès populaire de ce scrutin et de la victoire des idées de droite.

 

C’est donc très logiquement que pour ma part je voterai pour François Fillon dont je partage le diagnostic et l’ambition radicale de réforme de notre pays.

 

Après cinq années de socialisme, la situation de notre pays ne peut s’accommoder de demi-mesures. Le projet de François Fillon me paraît le plus à même de relever la France et de la mettre sur les rails de la sécurité et de la prospérité.

 

Yannick Moreau

Député LR de la Vendée littorale

 

0 commentaires

Cérémonies patriotiques du 11 novembre

Officier de Réserve de la Marine Nationale, Yannick MOREAU, Député de la Vendée littorale, assistera demain aux commémorations du 11 novembre en uniforme militaire. Il sera présent à Saint-Jean de Monts (9h30) et aux Sables d’Olonne (11h30).

 

A ses yeux, « c’est un honneur de porter l’uniforme, de participer ainsi au rayonnement de la Marine Nationale et de l’esprit de Défense ».

 

Le 11 novembre marque cette année le centenaire des combats de Verdun et de la Somme. C'est aussi l'occasion de transmettre, dans la mémoire nationale, le souvenir des hommes et des femmes morts pour la France, comme ce fut encore le cas cette semaine au Mali.

 

La Marine Nationale, c’est 40 000 hommes et femmes engagés aux quatre coins du monde pour notre sécurité.

 

La Marine Nationale, c’est un moyen d’affirmer notre souveraineté sur les 11 millions de km² de notre espace maritime.

 

La Marine Nationale, c’est une présence croissante dans la sécurité du commerce extérieur où 90% du transport des marchandises transite par la mer.

 

Pour en savoir plus sur la Préparation Militaire Marine aux Sables d’Olonne : http://prepa-militaire-marine-les-sables.over-blog.com/

 

Pour en savoir plus sur les métiers de la Marine Nationale : http://www.etremarin.fr/tous-les-metiers

0 commentaires

Assises de la mer : « Le quinquennat pour rien du capitaine de pédalo »

Le Président de la République est présent ce mardi 8 novembre aux 12ème Assises de la Mer à La Rochelle où il prononce un discours. Si sa démarche avait été sincère, qu'aurait-il pu dire si ce n’est reconnaître que, pour les questions maritimes, voilà 5 années pour rien ?

 

Devant 2.000 acteurs du milieu maritime, si le Chef de l’Etat s'est gargarisé de l’adoption d’une pompeuse nouvelle «Stratégie nationale pour la mer et le littoral », il n'est naturellement pas revenu sur les conditions ubuesques dans lesquelles celle-ci a été imposée au forceps par les acteurs économiques et les élus locaux aux avocats gouvernementaux défendant une vision punitive et idéologique de l’écologie.

 

François HOLLANDE peut également mettre à son crédit les avancées –réelles– de la proposition de loi « économie bleue » adoptée dans un large consensus au Parlement. Il ne pourra faire oublier que son initiative était celle d’un député frondeur, fortement soutenu par tous les professionnels du monde maritime et par quelques députés de l’opposition. Si ce texte technique permettra de régler des problèmes réels, les décrets d'application n'ont toujours pas été signés.

 

Yannick Moreau regrette la perte de temps considérable pour élaborer un « programme opérationnel » pour l’utilisation du FEAMP (Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche). La France s’est privée pendant la période 2014-2020 d’une enveloppe de 588 millions d’euros qui pouvait servir de levier considérable pour développer sa croissance et ses emplois. Etrangement, les premiers euros arriveront peut-être aux pêcheurs et professionnels français dans les premiers mois de l’année 2017…

 

Pourtant, c'est dès le mois de juin 2012 qu’il fallait lancer les grands chantiers ! La vérité, c’est qu’à la fin du mandat de François HOLLANDE, la transition énergétique des énergies marines renouvelables n’aura toujours pas été mise en œuvre. Au moment où le président discourt sur la côte atlantique, aucune éolienne n'est installée en Mer. Aucune ne le sera avant la fin du mandat de M. Hollande et de Mme Royal.

 

Selon Yannick Moreau,  la France peut redevenir une grande nation maritime. Le nouveau chef de l’Etat devra porter, dès les premiers jours de son mandat, cette grande ambition pour la France et pour le monde. Nous pouvons doubler le potentiel économique de notre pays, et atteindre d’ici 15 ans, un million d’emplois maritimes et littoraux.

 

Yannick MOREAU

Député de la Vendée littorale

Secrétaire national Les Républicains à la Mer et à la Pêche

0 commentaires

HOMMAGE À JEAN MARTINET

 

C'est avec une grande tristesse que j'ai appris le décès de mon ami Jean Martinet.

 

Toute sa vie, Jean a été au service des autres, de Notre Dame de Monts, de la Vendée et de la France.

 

Engagé, droit, généreux, Jean Martinet a exercé ses responsabilités successives avec une exemplarité qui a souvent inspiré mon propre parcours, lorsque j'étais jeune chargé de mission auprès de Philippe de Villiers ou plus récemment dans mes responsabilités parlementaires.

 

A sa famille, ses proches, je veux exprimer mes sincères condoléances. Sa joie de vivre, son humanité, sa force de conviction nous manquent déjà beaucoup.

 

La Vendée perd un homme bon et l'un de ses plus fidèles serviteurs.

0 commentaires

HONNEUR ET RESPECT À NOS POLICIERS, GENDARMES ET FORCES DE SÉCURITÉ

Partout en France se multiplient depuis plusieurs jours des manifestations et des rassemblements de policiers en colère. Ce ras-le-bol est légitime. Depuis plusieurs mois tous les avertisseurs sont au rouge. Jusqu'au plus haut niveau de la hiérarchie policiers et gendarmes avertissent de la lassitude et de la colère qui montent.

...

 

"Présent à plusieurs manifestations de soutien des policiers, je veux redire tout mon soutien et mon respect aux forces de l'ordre qui sont, tous les jours, en première ligne pour défendre notre sécurité et nos libertés" indique Yannick MOREAU, député de la Vendée littorale.

 

Policiers, gendarmes et militaires engagés sur le Territoire national doivent savoir que les Français et les responsables politiques les soutiennent. Le manque d'écoute constaté depuis plusieurs années et la baisse des moyens alloués sont en totale contradiction avec les objectifs affichés de lutte contre l'insécurité et le terrorisme islamiste.

 

Pire encore, c'est le manque de cohérence dans la chaîne pénale qui provoque aujourd'hui ce sentiment d'abandon et de découragement des fonctionnaires de Police et des gendarmes. Multirécidivistes, les délinquants et criminels franchissent progressivement tous les stades de la violence sans être vraiment condamnés ni incarcérés, bénéficiant systématiquement de remises de peine qui les remettent en liberté.

 

"8 mois avant l'élection présidentielle -car sentant la tension augmenter- le Gouvernement annonce en catastrophe un grand plan de création de places de prison, alors qu'il avait interrompu l'action énergique de Nicolas SARKOZY pour faire en sorte de régler la situation des 100.000 peines toujours en attente d'exécution" ajoute Yannick MOREAU.

 

"Il faut regarder les faits : le gouvernement s'est bercé d'illusions laxistes, notamment avec le funeste texte de "réforme pénale" défendu par Madame TAUBIRA et que j'ai combattu pied à pied à l'Assemblée nationale en déposant plus de 100 amendements" rappelle Yannick MOREAU.

 

Yannick MOREAU plaide ainsi pour une modification des règles de légitime défense : "la philosophie socialiste ne protège pas nos forces de l'ordre. Il est urgent de changer cela. La Force et le respect de l’ordre public doivent revenir aux représentants de la loi. Plus que jamais, la Force doit revenir à la loi. La France n’est pas le pays de la loi du plus fort mais celui de l’Etat de droit."

 

Yannick MOREAU

Député LR de Vendée Littorale

0 commentaires

LA DISPERSION DE LA "JUNGLE DE CALAIS" NE SERVIRA À RIEN TANT QUE...

La dispersion de la "jungle de Calais" ne servira à rien tant que les nos frontières seront ouvertes aux quatre vents de la mondialisation djihadiste. En matière de contrôle des frontières, il est plus que temps d'agir vraiment et de fermer le robinet de l'immigration économique irrégulière. En période d'état d'urgence, le contrôle de nos frontières nationales devrait être une priorité et une réalité.

 

La dispersion de la "jungle de Calais" ne servira à rien tant que le gouvernement refusera de reconnaître que les "migrants de Calais" ne sont pas tous des "réfugiés de guerre" pouvant relever du statut de "demandeur d'asile" mais, en grande partie, des immigrés économiques venus chercher en Europe et en Grande-Bretagne de meilleurs conditions de vie que nous ne sommes malheureusement pas en mesure de leur offrir.

 

La dispersion de la "jungle de Calais" ne servira à rien tant que nos gouvernants resteront obnubilés par le traitement social des conséquences des vagues migratoires et n'oseront pas s'attaquer clairement aux causes. Comment ne pas faire preuve d'humanité avec les hommes, femmes et enfants présents sur notre territoire ? Comment ne pas accorder l'asile à ceux qui peuvent relever de ce statut ? Mais accueillir, dans tous les départements de France des immigrés irréguliers sans discernement ni volonté de traiter le problème à la source et aux frontières est clairement irresponsable.

 

La dispersion de la "jungle de Calais" ne servira à rien tant que l'Etat ne désactivera pas les catalyseurs de l'immigration irrégulière : regroupement familial, aide médicale d'Etat, etc.

 

La dispersion de la "jungle de Calais" ne servira à rien tant que 95% des déboutés du droit d'asile ne seront pas renvoyés dans leur pays d'origine. 

 

Sur l'ensemble des immigrés irréguliers, un gros tiers accède au statut de demandeur d'asile et peut bénéficier de la tradition d'accueil bien légitime de la France à l'égard des peuples persécutés à travers le monde. Près de deux tiers sont déboutés et ont vocation à être reconduits dans leur pays. Or, par faiblesse et manque de volonté de nos gouvernants, 95% d'entre eux restent sur le territoire en situation irrégulière. C'est inacceptable et irresponsable car l'énergie et l'argent public que l'Etat et les Français y consacrent sont autant de forces en moins pour accueillir dignement celles et ceux qui sont d'authentiques réfugiés ou des travailleurs en situation régulière.

 

La dispersion de la "jungle de Calais" ne servira à rien tant que nos gouvernants n'auront pas la lucidité de reconnaître que la France de ce début de XXIème siècle, confrontée à des difficultés considérables qui éprouvent des millions de compatriotes en détresse, n'a pas les moyens d'accueillir toute la misère du monde.

 

Yannick Moreau

Député LR de la Vendée littorale

0 commentaires

NON À UNE PRIMAIRE DE LA DROITE, DU CENTRE ET DE LA GAUCHE

À 6 semaines de la primaire de la droite et du centre, on entend un certain nombre de voix s’élever pour élargir ce scrutin aux électeurs de gauche.

 

Je voudrais rappeler aux candidats qui ont voulu cette primaire, qui en ont défini les règles et les modalités de vote, qu’il s’agit d’un mode de scrutin pour choisir le candidat de la droite et du centre à l’élection présidentielle du printemps prochain.

 

Pour pouvoir voter les 20 et 27 novembre prochains, il faudra signer une charte attestant que l’électeur SE RECONNAÎT DANS LES VALEURS DE LA DROITE ET DU CENTRE.

 

Dans ces conditions précises et connues de tous les candidats à cette primaire, je suis choqué que des candidats, prêts à tout pour tenter de faire battre Nicolas Sarkozy, invitent les électeurs de gauche à voter à la primaire de la droite et du centre et souhaitent ainsi la transformer en primaire de la droite, du centre et de la gauche.

 

Je lance un appel aux électeurs traditionnels de la droite et du centre : « NE VOUS LAISSEZ PAS VOLER VOTRE PRIMAIRE par les électeurs de la gauche, exigez des candidats de respecter les règles qu’ils ont eux-mêmes édictées, choisissons librement le meilleur candidat de la droite et du centre, le meilleur candidat pour relever la France ».

 

Yannick Moreau

Député LR de la Vendée littorale

0 commentaires

Primaire de la droite : les députés et sénateurs veulent un programme « bleu océan ».

Alors que la campagne pour la primaire de la droite et du centre est sur le point d’être lancée, 25 députés et sénateurs se réunissent pour formuler des propositions autour de la Mer.

 

3 mois après l’adoption de la proposition de loi socialiste « pour une croissance bleue », les parlementaires, engagés auprès de tous les candidats à la primaire, pointent à nouveau les insuffisances de cette loi technique et administrative.

 

« La France a besoin de porter une ambition affirmée pour place la Mer au centre de ses priorités stratégiques » plaident les parlementaires qui vont proposer leurs mesures à tous les candidats.

 

« Ces idées sont le fruit de plusieurs mois d'échanges réguliers, pour confronter nos expériences et déterminer les axes prioritaires affirment les parlementaires », réunis par le député de la Vendée Yannick MOREAU, par ailleurs Secrétaire national "Les Républicains" à la Mer et à la Pêche.

 

Les parlementaires se sont répartis en sous-groupes de travail consacrés aussi bien à la formation des marins, à la compétitivité des ports, au rôle des collectivités, à la fiscalité ou encore à l'effort de Défense, à la pêche et à l'aquaculture, à la place des Outre-Mer ou encore au tourisme bleu.

 

« Nous voulons servir d'aiguillon, pour la primaire et pour la campagne présidentielle. Depuis 2012 la France n'a plus de cap, les Français sont ballotés. Il faut redresser la barre. La Mer est un formidable gisement de croissance et d’opportunités.

 

La France dispose d’un gigantesque territoire maritime. Elle a vocation à devenir une puissance maritime de premier rang. A nous de nous en donner les moyens pour voir l’avenir de la France en bleu océan.

 

Yannick MOREAU 

Député de la Vendée littorale

pour le groupe de travail des parlementaires de la Mer

0 commentaires

DÉPLACER LE PROBLÈME DES MIGRANTS DE CALAIS EST UNE ERREUR QUI NE RÉGLERA RIEN.

En ne voulant pas contrôler les frontières nationales, en refusant de différencier les migrants  économiques des vrais réfugiés politiques, en ne renvoyant pas chez eux les immigrés clandestins (selon la cour des comptes, 96% des demandeurs déboutés du droit d'asile restent sur le territoire national), en continuant à fournir prestations et logements à des immigrés sans travail ni titre de séjour, en refusant de reconnaître que la France et les Français n’ont plus les moyens d’accueillir toute la misère du monde, en ne désignant pas clairement nos ennemis et en refusant de les combattre avec nos alliés objectifs au Moyen-Orient, le président François Hollande amplifie les vagues migratoires au lieu de les endiguer et de les repousser.

 

En voulant ventiler la « jungle de Calais » aux quatre coins du pays, le président Hollande ne règle pas le problème, il le déplace avant qu’il ne se recrée quelques semaines plus tard au même endroit. 

 

Dans notre pays les migrants économiques sont bien traités et trop rarement renvoyés dans leur pays. Or, la solidarité nationale devrait d’abord s’adresser aux réfugiés politiques victimes de la barbarie islamique.

 

Les chrétiens d’Orient par exemple en Irak et en Syrie sont en danger de mort. Combien sont accueillis provisoirement sur le territoire national ? 

 

La réalité c’est que le nombre de visas qui leur sont accordés est en nette baisse par rapport à 2014 et 2015. La réalité c’est qu’il leur faut près d’un an pour recevoir une réponse administrative à leur demande de visa. 

 

La réalité c’est que le gouvernement dépense plus d’énergie à traiter l’immigration économique irrégulière et incontrôlée sur notre sol qu’à secourir les minorités quotidiennement victimes des barbares islamistes en Orient.

 

Disperser en province les migrants économiques illégaux de la jungle de Calais n’est pas seulement inefficace et illusoire, c’est moralement très contestable au regard de la solidarité prioritaire que nous devrions manifester à l’égard des personnes qui cherchent à entrer légalement en France pour échapper quelque temps à la barbarie islamiste en Orient.

 

Yannick Moreau

Député de la Vendée littorale

Secrétaire national Les Républicains

0 commentaires

AVIS À TOUS CEUX QUI COMPRENNENT MAL MON SOUTIEN À NICOLAS SARKOZY.

Mes convictions personnelles ne sont pas solubles. Ni dans la famille politique que j'ai choisie en 2013 "Les Républicains", ni dans le soutien à tel ou tel candidat. Je suis et demeure un homme libre, épris de ma liberté.

 

Ce qui guide mon choix c'est l'intérêt de la France.

 

Vous croyez peut-être que le FN est la meilleure solution pour reconstruire et relever notre pays ? C'est votre droit. Ça n'est pas ma conviction. Je pense que le FN national-socialiste de Marine Le Pen et Florian Philippot est une impasse dangereuse qui accélérerait le déclin de notre pays.

 

Vous croyez peut-être que la gauche vaut mieux que la droite et vous êtes prêt(e) à faire confiance à de nouvelles têtes macronisées ? C'est votre droit. Ma conviction est tout autre. Le socialisme a fait beaucoup plus de mal à la France au cours des quatre dernières années que toutes les erreurs ou renoncements cumulés des ministres de droite et du centre depuis la Vème République.

 

Vous rêvez d'un(e) autre candidat(e), jeune, nouveau(elle), inspiré(e), à la fois moderne et fidèle aux valeurs traditionnelles de la droite française ? Moi aussi j'en rêve mais, malheureusement, ce candidat n'est pas en lice et n'apparaîtra pas magiquement dans les mois qui viennent.

 

Au final, si l'on place l'intérêt national au-dessus de toute autre considération, je pense que l'avenir de la France sera en de meilleures mains si ce sont "Les Républicains" qui réussissent à conquérir la confiance des Français.

 

Et au sein des Républicains, au coeur de la "primaire" (que je n'ai pas choisie mais qui est là et s'impose à tous les pragmatiques), qui est en mesure de porter l'espoir de l'alternance ? Alain Juppé ou Nicolas Sarkozy. Entre les deux, pour moi c'est clair je choisis Nicolas Sarkozy. 

 

Oh bien sûr nous ne sommes pas d'accord sur tous les sujets. Mais dans les moments difficiles auxquels nous devons faire face, la France a besoin d'un chef énergique, courageux et expérimenté. Je soutiens donc clairement Nicolas Sarkozy. C'est un soutien réel, constant et exigeant. Il est à mes yeux le meilleur des candidats en lice. Je souhaite sa victoire et m'engagerai de toutes mes forces pour que la droite ne soit pas seulement courageuse en campagne mais bien plus encore courageuse à l'épreuve des responsabilités. 

 

Si la droite française parvenait à reconquérir la confiance des Français, ce serait L'HEURE DE VÉRITÉ. Le moment où jamais de prouver qu'elle ne reculera pas, que nous ne reculerons plus, que nous oserons enfin réformer et relever notre pays. Ce sera notre dernière occasion de le faire.

 

Mon choix de soutenir Nicolas Sarkozy n'est pas un blanc-seing. C'est une décision réfléchie et exigeante pour faire gagner la France.

0 commentaires

ENTRE JUPPÉ ET SARKOZY, Y'A PAS PHOTO, POUR MOI CE SERA SARKO.

1er septembre 2016

 

En présence d'une "primaire" présélectionnant le candidat de la droite, et en l'absence d'un homme ou d'une femme providentiel(le) qui incarnerait parfaitement le renouveau d'une droite populaire et de convictions auquel j'aspire, la question qui se pose désormais aux Français est de choisir, parmi les candidats en lice, celui ou celle qui sera le plus à même de protéger les Français et de remettre énergiquement notre pays sur les rails de la prospérité.

 

Dans ce contexte, et quelles que soient les qualités respectives et indiscutables des Bruno Le Maire, François Fillon, Jean-François Copé ou Hervé Mariton, à trois mois de l'échéance, seuls Alain Juppé et Nicolas Sarkozy paraissent en mesure d'obtenir la confiance des Français de la droite et du centre.

 

Et bien pour moi les choses sont claires, entre Juppé et Sarkozy, y'a pas photo, je soutiens Sarko.

 

A l'heure où la France est en danger, où nos libertés et notre identité sont menacées, les Français ont besoin d'un vrai chef à la tête de l'Etat. Nicolas Sarkozy a l'expérience, l'énergie et le courage nécessaires pour relever la France. Après un premier mandat dont il a su tirer les leçons, je suis convaincu qu'il saura donner "tout pour la France".

 

Les 20 et 27 novembre, tous les Français de la droite et du centre qui le souhaiteront pourront voter à la primaire et donc sélectionner notre candidat aux présidentielles.

Attaché à l'espoir de la victoire de ma famille politique, je soutiendrai le vainqueur de cette primaire quel qu'il soit et m'engagerai pleinement pour que ce vainqueur soit Nicolas Sarkozy.

 

Rendez-vous à La Baule le 4 septembre prochain et bientôt en Vendée pour rencontrer Nicolas Sarkozy et choisir, parmi les candidats en lice, celui qui sera le plus utile pour la France.

 

Yannick Moreau

Député LR de la Vendée littorale

0 commentaires

Gens du voyage : les nuisances estivales commencent. Pour éviter un drame, il faut légiférer et agir.

Dimanche 12 juin, un rassemblement de gens du voyage s’est installé illégalement dans le stade de football, près du collège des Pays de Monts, à Saint-Jean-de-Monts.

 

Alors que l'été tarde à arriver, les nuisances provoquées par les indélicatesses des gens du voyage sont déjà là.

 

« Tout se passe comme si certains Français étaient plus égaux que d’autres ! ».

 

Les mots que j’adressais il y a un an sont hélas, d’une triste actualité. Une nouvelle fois des terrains publics ou privés sont pris d’assaut par des personnes ne respectant ni les lois du droit, ni celles de la courtoisie. Cela démontre, s’il en était encore besoin, que le droit actuel ne répond pas à la réalité des débordements causés par les gens du voyage. Les nouvelles dispositions que veut mettre en œuvre la majorité socialiste, donnant plus de droits aux gens du voyage sans rappeler leurs devoirs vis-à-vis des riverains, trouvent un cinglant démenti.

La situation n’a que trop duré.

 

Oui, face à ces débordements à répétition, provoquant légitimement l’exaspération des habitants et des élus, il faut une réponse de fermeté. C’est ce que j’ai proposé à plusieurs reprises, par des propositions de lois et des amendements, y compris dans le texte "Egalité et citoyenneté" discuté la semaine dernière à l’assemblée nationale, sans que les socialistes ne saisissent cette dernière occasion avant la période estivale.

 

Pour les maires de bonne volonté, je propose notamment la majoration des amendes (1.000€ par jour et par véhicule au-delà de 36h d’occupation illégale), ainsi que la confiscation des véhicules si l’occupation illégale dépasse les 72h, et la réduction à 24h du délai de prononciation de la mise en demeure d’expulsion par le Préfet. 

  

Yannick Moreau

Député LR de la Vendée littorale

Secrétaire national Les Républicains

0 commentaires

CONSTRUISONS L'EUROPE DE DEMAIN !

L'Europe de Maastricht, de Bruxelles et de Lisbonne est morte avec le vote des Britanniques la semaine dernière. 

 

L'idée européenne, généreuse au départ, a été confisquée par des technocrates hors-sol, promoteurs du libre-échangisme et de l'économie financière les plus débridés. 

L'idéal européen s'est abîmé en se heurtant aux oukazes de la CEDH et à la volonté des peuples dont les aspirations et les votes ont été ignorés.

 

Le géant européen s'est révélé bien fragile faute de fondation culturelle solide et de patience pour grandir.

 

L'Europe est à la croisée des chemins. Il nous faut la refonder, la réinventer, la réconcilier avec les peuples européens, la mettre au service des peuples européens. L'Europe ne peut plus se construire sans eux, contre eux, mais doit renaître pour eux, avec eux.

 

 

L'EUROPE DE DEMAIN doit avoir du sens. Elle doit assumer son héritage, ses racines judéo-chrétiennes, sa géographie, sa mission protectrice des peuples et nations européens. L'Europe de demain sera vraiment européenne, c'est-à-dire plus europhile à l'égard de nos partenaires naturels tels que la Russie et plus claire avec la Turquie qui n'a rien à faire en Europe, ni géographiquement, ni culturellement. Arrêtons de nous tromper et de tromper nos partenaires.

 

L'EUROPE DE DEMAIN doit être démocratique, respecter les nations européennes au lieu de les combattre et de les soumettre. L'Europe de demain doit être plus ressérée, plus efficace, plus agile et plus concentrée sur des actions prioritaires pour les peuples européens. L'Europe de demain sera celle des cercles concentriques et des libres coopérations. L'Europe de demain n'aura pas besoin de commissaires orgueilleux mais de services publics au service des peuples européens, de leur économie, de leur sécurité, et de leur avenir.

 

L'EUROPE DE DEMAIN doit être protectrice. Elle doit défendre nos frontières, nos économies, nos emplois, nos compatriotes contre les menaces extérieures. Ouvert aux quatre vents de la mondialisation et des vagues migratoires, le continent européen se retrouve aujourd'hui l'espace le moins protégé au monde. Les commissaires européens et autres gourous libre-échangistes ont réussi à faire de nous les dindons de la mondialisation et de la finance planétaire. Cela ne peut plus durer. Protégeons-nous. Protégeons nos industries, nos filières, nos emplois, ni plus ni moins que les Américains ou les Chinois.

 

L'EUROPE DE DEMAIN sera un projet partagé et porté par les peuples européens qui lui donneront son élan et sa légitimité par la voie de référendums nationaux dans chacun des pays membres.

 

L'EUROPE DE DEMAIN a besoin de la France. L'Europe de demain a besoin d'un chef d'Etat français à la hauteur des enjeux et de la situation. Elle ne l'a manifestement pas aujourd'hui.

 

La construction de l'EUROPE DE DEMAIN dépendra assez largement du choix, en 2017, du président de la République et d'un projet qui servira de fondations à l'Europe que nous voulons.

 

Yannick Moreau

Député LR de la Vendée littorale

0 commentaires

GPA ET MARCHANDISATION DU CORPS HUMAIN : UNE OCCASION MANQUEE ET LA FAUTE D’UNE MAJORITE HYPOCRITE.

 

Mardi 21 juin, j’ai voté en faveur des deux propositions de loi de mes collègues Valérie Boyer et Philippe Gosselin dont l’objet était de renforcer les sanctions contre le recours aux « mères porteuses » qui contourne notre droit actuel dépassé par l’évolution des techniques et de constitutionnaliser le principe « d'indisponibilité du corps humain ».

 

Ces deux propositions de Lois, dont je suis cosignataire, avaient été présentées en Commission des Lois puis en séance publique jeudi dernier. J’étais présent lors de ces deux sessions et suis intervenu pour les défendre.

 

Malgré de belles déclamations contre l’esclavagisme reproductif, l’hypocrisie politicienne l’a emporté. Après avoir déserté les débats, les socialistes ont fui leurs responsabilités en abandonnant les femmes exploitées.

 

Alors qu'en théorie, la loi française interdit le recours aux mères porteuses, en pratique le gouvernement et la jurisprudence reconnaissent les effets de GPA conclues à l'étranger, alors même que le Conseil Constitutionnel les caractérise comme des "fraudes à la loi" manifestes. Les arguties et les diversions ne sont pas à la hauteur de notre responsabilité de législateur.

 

La France doit lutter par tous les moyens contre la GPA, promouvoir la dignité et le respect de toutes les femmes. Nous ne pouvons pas transiger avec le principe d'indisponibilité du corps humain, principe cardinal de la protection de la dignité humaine.

  

Manuel VALLS n’a pas tenu ses engagements d'octobre 2014 sur la promotion d'une initiative internationale de lutte contre la GPA. Le Premier ministre n’a pas, sur le territoire national, défendu bec et ongle l'interdiction et la non-reconnaissance totale des mères porteuses et de ses effets. C’est ce que nous avons redit avec mes collègues également membres de l’Entente parlementaire pour la Famille dans une Lettre ouverte.

 

Les services de l'Etat doivent engager des poursuites judiciaires contre les entreprises étrangères qui se livrent à ce commerce illicite dans les grands hôtels parisiens.

 

Cette pratique pseudo-moderniste est indigne du pays des droits de l'Homme.

 

Yannick MOREAU

Député de la Vendée

Membre de l’Entente parlementaire pour la Famille.

0 commentaires

BREXIT OR NOT BREXIT ? THIS IS THE QUESTION

Quelles seront les conséquences du vote des Britanniques sur le Brexit ? Nul ne le sait vraiment. 

 

Inutile de se faire des noeuds au cerveau avant l'heure puisque le vote souverain du peuple britannique s'imposera à nous. Nous devrons nous y adapter.

 

Une chose est sure en revanche, que ce soit "Yes" or "No", ce référendum NOUS DONNE L'OCCASION DE REFONDER L'EUROPE pour qu'elle soit + démocratique, + protectrice et + européenne.

 

"+ démocratique" car le pouvoir ne peut rester + longtemps entre les mains de technocrates non élus qui se mêlent de tout sans jamais réellement rendre de comptes. C'est aux élus et aux peuples européens de reprendre l'avenir de l'Europe en mains.

 

"+ protectrice" car ses frontières ne peuvent plus rester + longtemps ouvertes aux quatre vents des migrations et de la mondialisation. L'espace européen doit être protégé à ses frontières extérieures, ni davantage ni moins que tous les espaces politiques et commerciaux mondiaux.

 

"+ européenne" c'est-à-dire + europhile à l'égard de nos partenaires naturels tels que la Russie et + clair avec la Turquie qui n'a rien à faire en Europe, ni géographiquement, ni culturellement.

0 commentaires

" L'économie de la Vendée littorale ne dit pas merci à la CGT ".

Yannick MOREAU, Député de la Vendée littorale, dénonce les grèves et blocages à répétition qui entravent et mettent en difficulté l'économie littorale en général, et touristique en particulier.

 

Pour le Député "l'activisme d'une infime partie de syndicalistes animés par des considérations politiciennes de défense de leurs intérêts particuliers met à mal le travail de ceux qui se lèvent tôt, de ceux qui entreprennent et prennent des risques".

 

"La clientèle étrangère qui représente une part importante du chiffre d'affaires de l'hôtellerie en avant saison déserte notre pays."

 

En cause pour le Député, les pénuries d'essence, les manifestations, les grèves et les scènes de violences urbaines. 

 

"En voulant défendre leurs intérêts, les syndicats participent à l'affaiblissement voire à la fermeture d'entreprises et donc à la destruction d'emplois".

 

"Le tourisme est la 1ère source d'activité économique de la Vendée littorale. Nous ne pouvons pas laisser les chefs d'entreprises et leurs salariés dans l'incertitude face à des syndicats radicalisés et violents."

 

Yannick MOREAU en appelle au Gouvernement pour remettre de l'ordre dans le pays et faire cesser la chienlit provoquée par la CGT.

 

Yannick MOREAU

Député de la Vendée littorale

0 commentaires

OUI J'AI VOTÉ LA CENSURE DU GOUVERNEMENT DE M. HOLLANDE.

Oui j'ai censuré ce gouvernement qui est tellement fier de sa RÉFORMETTE du code du travail qu'il refuse de la laisser s'enrichir du débat démocratique parlementaire.

 

Oui j'ai censuré le gouvernement du MENSONGE qui nous explique de manière indécente que "ça va mieux".

 

Oui j'ai censuré le gouvernement de la DÉCONSTRUCTION des repères fondamentaux de notre société (école, justice, famille, drogue, etc.). Oui j'ai censuré M. Peillon, Mme Touraine, Mme Najat Vallot Belkacem, M. Cahuzac, Mme Taubira.

 

Oui j'ai censuré le gouvernement de l'ÉCHEC dans la lutte contre le chômage, les déficits publics, et la maîtrise de nos frontières.

 

Oui j'ai censuré le gouvernement DU DÉCLASSEMENT DE LA FRANCE dont le rayonnement international s'évanouit et dont l'économie va bientôt passer au 9ème rang mondial.

 

OUI j'ai censuré ce gouvernement À BOUT DE SOUFFLE dont l'agonie va plonger la France dans une très longue année stérile et improductive.

 

Oui j'ai censuré ce gouvernement dont l'arrogance et l'aveuglement ne lui permettent plus de constater qu'il ne dispose plus de majorité pour gouverner et d'en tirer la seule conclusion qui s'impose : démissionner et dissoudre l'Assemblée nationale.

 

Oui j'ai censuré le gouvernement pour dire aux Français et aux Vendéens qu'une autre politique est possible, que d'autres priorités pourraient permettre de redresser le cap, que d'autres personnalités pourraient ré-ouvrir en 2017 un chemin d'espérance pour la France.

 

Yannick Moreau

Député LR de la Vendée littorale

0 commentaires

Consommation de drogues dans les centres d'accueils pour toxicomanes : NON à un nouveau recul de la santé publique !

Yannick MOREAU, député de la Vendée littorale et Secrétaire national « Les Républicains », s'inquiète d'une recommandation de la Fédération Française d'Addictologie, parue dans son rapport rendu public le 18 avril. Celle-ci préconise en effet « d'autoriser la consommation de drogues dans les centres d'accueil pour toxicomanes ».

 

Particulièrement impliqué comme orateur du groupe Les Républicains lors des débats sur l'expérimentation des « salles de shoot », qui s'avère être une légalisation déguisée, le député Yannick MOREAU dénonce « un nouveau recul de la santé publique, glissant un peu plus vers la dépénalisation de l'usage de stupéfiant ». Selon lui « une telle mesure serait tout simplement irresponsable et contreproductive ».

 

Pour Yannick MOREAU « La réponse face à la toxicomanie n'est pas l'accompagnement dans l'enfer de la dépendance mais bien le soin. C'était le sens des amendements que j'ai défendus à l'Assemblée nationale pour soutenir les centres de désintoxication et de sevrage, une méthode qui a fait ses preuves ».

 

Yannick MOREAU rappelle que « selon les estimations pour l'année 2015 de l'Observatoire National Interministériel de la Sécurité Routière, 25% des accidents mortels sont liés à la consommation de stupéfiants. Alors que la semaine dernière nous apprenions une dramatique hausse du nombre des tués sur la route de +14%, la ligne Gouvernementale doit être extrêmement claire et ferme », pointant du doigt les propos irresponsables de Jean-Marie LE GUEN, Secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement.

 

A moins de 400 jours de la fin du mandat de la majorité socialiste, Yannick Moreau appelle le Gouvernement à ne pas céder aux sirènes des partisans de la dépénalisation de la consommation de drogues.

 

Selon Yannick MOREAU « Cette surenchère idéologique permanente en période pré-électorale est aussi irresponsable qu'indécente ; irresponsable car le message d'une dépénalisation progressive de la consommation de drogue est catastrophique pour notre jeunesse et la santé publique. Indécente car l'énergie de nos dirigeants serait mieux employée à œuvrer pour le redressement des comptes publics, la libération du marché du travail et le retour de la croissance. »

0 commentaires

Chalutage en eaux profondes : le bon sens l'emporte sur l'idéologie écologiste

Yannick MOREAU, Député de la Vendée littorale et Secrétaire national « Les Républicains » à la Mer et à la Pêche, se réjouit du vote, hier soir en séance à l'Assemblée nationale, d'un amendement rétablissant le chalutage en eaux profondes déposé par lui-même, avec ses collègues « Les Républicains » Gilles LURTON (Députe d’Ille-et-Vilaine), Daniel FASQUELLE (Députe du Pas de Calais) et Yves FOULON (Député de la Gironde).

 

Selon Yannick MOREAU « C'est une bonne nouvelle. L'inquiétude était vive pour tous les professionnels de la Mer qui se sont mobilisés très largement pour rappeler les vrais enjeux économiques et techniques de cette pratique ».

 

Yannick MOREAU s'inquiète de la cacophonie gouvernementale qui a régné lors des débats : « Encore une fois, le gouvernement ne fait pas confiance aux pêcheurs et semble pris en otage par les écologistes ». Contrairement à ses engagements initiaux, le gouvernement s'est déclaré neutre ce qui prouve « le malaise et l’incohérence de la majorité au pouvoir autour des questions maritimes ».

 

En effet, l'interdiction du chalutage en eaux profondes adoptée en commission, basée sur des données erronées, n'était pas en cohérence avec les discussions européennes en cours sur la révision de l’encadrement de cette activité.

 

Pour Yannick MOREAU « la sagesse et le bon sens des députés l'a emporté face à l’idéologie écologiste. Mais nous resterons vigilants car ce n’est pas la première tentative ».

 

0 commentaires

NOTRE DAME DES LANDES : UN AÉROPORT DÉFAVORABLE À LA VENDÉE, DEVENU LE SYMBOLE DE L'EFFONDREMENT DE L'AUTORITÉ DE L'ÉTAT.  

Trop loin, trop cher, trop inaccessible, trop nanto-nantais, trop pénalisant pour l'économie vendéenne, et particulièrement pour l'économie touristique, fleuron de notre économie, je n'ai jamais eu de sympathie particulière pour le projet d'aéroport de Notre Dame des Landes.

 

Même avec un nouveau pont sur la Loire à l'ouest de Nantes, pourtant indispensable avec ou sans nouvel aéroport, ce projet pharaonique ne peut avoir que des conséquences défavorables à l'attractivité et au dynamisme vendéens.

 

Je n'en suis pas moins consterné par l'attitude du président de la République qui, incapable de trancher et d'arbitrer entre les composantes antagonistes de sa majorité présidentielle, a décidé de ne pas décider en laissant les Français de l'ouest choisir l'avenir de ce projet à travers une consultation référendaire.

 

QUAND ON EST LE CHEF DE L'ÉTAT, on n'a pas le droit de laisser des zadistes braver les décisions de justice et privatiser les terrains d'autrui. On n'a pas le droit de choisir de ne pas faire exécuter des décisions de justice dont 155 d'entre elles ont été favorables au projet. ON N'A PAS LE DROIT DE NE PAS CHOISIR ENTRE "L'ÉTAT DE DROIT" ET LA "CHIENLIT".

 

L'aéroport de Notre Dame des Landes est un fiasco, un scandale, et le symbole ultime d'un président de la République qui n'assume pas ses responsabilités de "chef" de l'Etat, garant de l'Etat de droit.

 

Yannick Moreau

Député de la Vendée littorale

0 commentaires

Encore 15 mois pour les Français à subir les délires de Najat VALLAUD-BELKACEM, les oukases de Ségolène ROYAL et l’aveuglement de Marisol TOURAINE !

Communiqué de Presse

 

Yannick MOREAU, député de la Vendée littorale, réagit à l’annonce du nouveau Gouvernement.

 

 

Encore 15 mois pour les Français à subir les délires de Najat VALLAUD-BELKACEM, les oukases de Ségolène ROYAL et l’aveuglement de Marisol TOURAINE !

   

A 14 mois de la fin de son mandat, le Président de la République, dont 75% des Français estiment que sa réélection n’est pas souhaitable, jette donc les dernières forces de la gauche (ou de ce qu’il en reste) dans la bataille.

Après les grandes annonces des prétendus « gouvernements de combat », c’est une armée mexicaine qui se profile en faisant entrer, pour quelques mois, toutes les subdivisions électorales de 2012.

 

Ce nouveau gouvernement est-il composé dans la recherche de l’intérêt supérieur de la France ? Où s’agit-il d’une énième opération de sauvetage d’un président qui a échoué sur tout ?

 

Quelques jours après le départ de Mme TAUBIRA, c’est un parfum de IVème République agonisante qui souffle sur notre pays.

 

Le retour de Jean-Marc AYRAULT et de 3 ministres écologistes est à cet égard un paradoxe symptomatique, tant on sait par exemple les divisions et les atermoiements sur l’aéroport de Notre-Dame des Landes.

 

La multiplication des portefeuilles ministériels, 38 !, illustre cette incapacité du Président de la République à trancher et déterminer une politique courageuse et déterminée pour redresser la France. Par exemple, on peut déplorer l’incapacité de penser notre immense espace maritime comme une opportunité majeure pour la France au XXIème siècle, en le maintenant sous la tutelle du ministre de l’Ecologie au lieu de le placer dans la dynamique de Bercy.

 

Ce remaniement offrait au Président de la République une occasion, la dernière, de prendre conscience de la situation explosive que notre pays traverse, tant sur le plan du chômage que de celui de la sécurité, de l’immigration ou de la perte des valeurs. Ce n’est pas le cas. 

 

La droite française doit en tirer toutes les conséquences pour se préparer dans ces prochains mois. Pour ma part, je poursuis mon action de député de l’opposition, fidèle à mes valeurs, et au travail engagé pour participer à la définition d’un programme et d’un projet de redressement pour la France. 

 

Yannick MOREAU

Député de la Vendée littorale

Secrétaire national LR à la Mer et à la Pêche

0 commentaires

Déchéance de nationalité : je vote pour.

En janvier 2015, je demandais, au cours d'une question gouvernement, la mise en œuvre du principe de déchéance de la nationalité. 

Un an après, je n'ai pas changé d'avis. 

Face au terrorisme il ne doit pas avoir d'hésitation. L'intérêt de la France ne doit pas être otage de combats politiciens.

C'est pour cela que, avec les réserves que j'ai déjà exprimé, j'ai voté pour la réforme constitutionnelle en première lecture.

Je fais confiance à mes collègues du Sénat pour corriger les excès introduits en première lecture par la majorité.

Communiqué de presse de député Yannick MOREAU - Examen à l'Assemblée nationale de la PPL "économie bleue".

Yannick MOREAU, député de la Vendée Littorale, secrétaire National « Les Républicains » à la Mer et la Pêche est intervenu à plusieurs reprises à l’Assemblée nationale, mardi et mercredi, pour défendre des amendements à l’occasion de la lecture en 1ère séance de la Proposition de Loi « Economie Bleue ». 

 

Lors de son intervention à la tribune de l’Hémicycle au cours de la « Discussion générale », le député de la Vendée littorale Yannick MOREAU a énuméré « les nombreux atouts français dans le domaine maritime » et surtout « leur formidable potentiel de développement ». Yannick MOREAU a par ailleurs salué « les sauveteurs, parmi lesquels la Marine nationale, (qui) viennent de mettre hors d’état de nuire le navire roulier en perdition Modern-Express ».

 

Cependant Yannick MOREAU déplore que « la proposition de loi d’origine, cohérente et volontariste, ait été dépecée de nombre de ses dispositions pertinentes par l’action conjointe du Gouvernement et de la commission du développement durable, qui se sont rangés à l’avis de l’administration ».

 

Yannick MOREAU regrette également que la proposition de loi telle que présentée ne constitue pas « une loi Macron de la mer, un Plan Marshall des Océans. Cette proposition de loi n’est pas à la hauteur de l’ambition maritime que la France doit porter collectivement. Ce texte ne reflète pas l'ambition de faire de la mer l’avenir de la terre ».

 

Pour améliorer le texte, Yannick MOREAU a donc déposé plusieurs amendements, proposant entre autres la liberté pour un marin de choisir sa protection sociale ou bien un service minimum dans les transports maritimes.

 

Les députés présents, de tous les bords politiques, ont adoptés un amendement que Yannick MOREAU avait déposé concernant la lutte contre l’abandon des navires de plaisance chez les professionnels du nautisme (la « déchéance de propriété »). Selon Yannick MOREAU, cela prouve bien que « la mer n'est pas de gauche ou de droite ; elle est bleue ».

 

Yannick MOREAU appelle ses collègues députés à faire preuve d’audace en considérant la Mer comme un gisement d'opportunités et de croissance pour peu que nous ayons la sagesse de la protéger.

 

Yannick MOREAU

Député de la Vendée littorale

Secrétaire national LR à la Mer et à la Pêche

0 commentaires

Les Français ne regretteront pas le départ de Mme TAUBIRA : l’enjeu est maintenant d’inverser la courbe de l’insécurité en France.

 

Communiqué de presse du Député Yannick MOREAU* (Secrétaire national LR 2013-2015 à la réforme de la Justice. Il était l’un des orateurs du groupe LR contre la réforme pénale. Yannick MOREAU avait obtenu en juin 2014 la démission du conseiller spécial de Mme TAUBIRA pour conflit d’intérêt).

 

 

Les Français ne regretteront pas le départ de Mme TAUBIRA :

l’enjeu est maintenant d’inverser la courbe de l’insécurité en France.

 

La démission de Christiane TAUBIRA  est une bonne nouvelle pour notre pays. 

 

Tout au long de ces derniers mois, je n’ai cessé d’appeler le Président de la République et le Premier ministre à clarifier leur position, à mettre fin aux ambiguïtés et à la cacophonie au sein du Gouvernement.

 

Que de temps perdu !

 

A 466 jours de la fin du mandat de François HOLLANDE, ce départ tardif laisse peu d’espoir pour réparer tout le mal qui a été fait par la Garde des Sceaux.

 

Les Français ne regretteront pas Christiane TAUBIRA, qui restera pour eux la ministre du laxisme :

 

Les policiers et les gendarmes, « lâchés » par une politique pénale laxiste, exaspérés par la faillite de la chaîne pénale qui transforme parfois le petit dealer en braqueur ou même en terroriste.

 

Les victimes des crimes et délits, qui subissent une double peine quand 100.000 condamnations à la prison sont toujours en attente d’exécution.

 

Les millions de familles de France qui, manifestant pacifiquement en 2013, ont été méprisées et violentées alors que dans les zones de non droit se préparaient des actes de guerre sur notre sol. 

 

Les juges, dont 75% d’entre eux estiment que leur ministre (CSA juin 2015) était « insuffisamment ferme avec les délinquants », eux aussi victimes de logiques claniques au sein de la magistrature et de ses syndicats tout-puissants.

 

Les jeunes de France, qui à force de voir notre pays se fracturer, se mettent dans la tête de folles idées et basculent dans l’autodéfense communautaire ou le fanatisme islamiste.

 

Les prisonniers eux-mêmes, dont les conditions de détention n’auront pas été améliorées, faute de création de places de prison suffisantes.

 

Plus qu’un changement de poste, c’est un changement radical de politique qu’il faudra mettre en œuvre pour redresser la France. Il est urgent de réarmer pénalement l’Autorité judiciaire pour inverser la courbe de l’insécurité en France et lutter enfin efficacement contre les menaces communautaristes et djihadistes.

 

Le nouveau Garde des Sceaux doit briser le totem qui voudrait que « la prison est le problème », alors qu’elle est une solution incontournable.

 

En qualité de député de l’opposition, j’appelle et soutiendrai un « Plan Marshall des Prisons », qui construirait 30.000 places nouvelles afin d’apporter une réponse pénale et pénitentiaire à tous les délits qui le méritent.

Je ne regretterai pas Madame TAUBIRA.

 

 

 

Yannick MOREAU

Député LR de la Vendée littorale

 

Député Yannick MOREAU* (Secrétaire national LR 2013-2015 à la réforme de la Justice. Il était l’un des orateurs du groupe LR contre la réforme pénale. Yannick MOREAU avait obtenu en juin 2014 la démission du conseiller spécial de Mme TAUBIRA pour conflit d’intérêt).

0 commentaires

FRANÇOIS BLANCHET ET YANNICK MOREAU ONT RASSEMBLÉ UNE ÉQUIPE POUR DONNER UN NOUVEL ÉLAN AUX "RÉPUBLICAINS" EN VENDÉE LITTORALE

Samedi 30 janvier prochain, les adhérents des Républicains éliront leurs représentants au sein des instances locales, départementales et nationales.

 

Retrouvez ci-dessous notre LETTRE COMMUNE et la LISTE des CANDIDATS que nous soutenons particulièrement pour ces élections internes.

0 commentaires

OLONNE SUR MER À L'HONNEUR

Entre 2008 et 2013 - tiens tiens - Olonne sur Mer a été la commune la + attractive de Vendée et a gagné 1270 habitants.

 

Merci à tous les Olonnais, bénévoles associatifs, entrepreneurs, artisans, commerçants, agents publics, élus qui par leur dynamisme et leur engagement font notre exceptionnelle qualité de vie !

 

Mais l'attractivité d'Olonne doit beaucoup à celle propre des Sables d'Olonne, ville-phare de la Vendée littorale, et à toutes les communes du Pays des Olonnes qui forment ensemble une agglomération de rêve, la destination touristique atlantique qui monte.

 

En cette nouvelle année, je souhaite à notre agglomération et à tous ses habitants de savoir tirer pleinement parti de cette attractivité et de cette qualité de vie pour la transformer en nouvelle dynamique économique, en nouveaux emplois et nouvelles opportunités.

 

Vive le Pays des Olonnes et Vive la Vendée !

 

Sources : INSEE et Ouest-France du 2 décembre 2015

Ouest-France du 2 janvier 2016.
Ouest-France du 2 janvier 2016.
0 commentaires

Regard sur mon action parlementaire en 2015, en quelques chiffres :

Alors que s'achève cette difficile année 2015, je tiens à partager avec vous quelques éléments de mon bilan d'activité comme député de la Vendée littorale.

 

Depuis que vous m'avez accordé votre confiance en juin 2012, je n'ai eu de cesse de m'opposer aux mesures dangereuses mises en oeuvre par le gouvernement et à proposer les mesures utiles pour le redressement de notre pays.

 

Cette année encore, les statistiques établies par le site indépendant " nosdeputes.fr " relèvent que je fais partie des 100 députés les plus actifs (sur 577) aussi bien dans mon rôle de législateur que dans le contrôle de l'exécutif.

 

Quelques chiffres concernant mon action en 2015 :

  • 65 réunions de la commission des Affaires économiques et 44 interventions (questions aux intervenants, remarques, échanges),
  • 1.185 amendements déposés et co-signés,
  • 101 interventions dans les débats en séance dans l'Hémicycle,
  • 41 questions écrites déposées pour interroger le gouvernement,
  • 4 questions orales au Gouvernement (sur la politique pénale de Mme Taubira en janvier, les salles de shoot en mars, les gens du voyage en juin et l'économie maritime en décembre),
  • 3 propositions de loi : en janvier 2015 pour rendre publics les avis du Conseil d'Etat, en mars 2015 contre les occupations illégales de terrains par les gens du voyage avec ma collègue Annie Genevard (député du Doubs) et en novembre pour étendre à 20 ans (au lieu de 10) la durée d'exercice maximum de la fonction de juge anti-terroriste.
  • 43 co-signatures de propositions de loi à l'initiative de mes collègues.

 

Parmi les textes emblématiques de cette année, je suis intervenu à plusieurs reprises sur la délimitation des nouvelles régions et leurs compétences, mais aussi sur le Projet de loi de Finances pour 2016 ou encore la loi "Fin de Vie". Sur ce dernier texte, extrêmement sensible, j'ai tenu à rappeler mon opposition à l’euthanasie mais également l'urgence d'amplifier le développement des soins palliatifs dans notre pays. Le débat n'est pas clos, et je suis favorable à ce que le consensus difficilement trouvé lors de la Loi Léonetti demeure.

 

J'ai également été actif sur la "Loi Macron", dont je considère qu'elle est une addition de mesures catégorielles sans vision d'ensemble pour débloquer les problèmes de compétitivité ou de flexibilité. Pourquoi avoir choisi de cibler des professions dynamiques au lieu de s'attaquer aux freins que rencontrent les PME et les artisans français ? J'avais en ce sens posé, en mai 2014, une question sur les seuils sociaux au ministre du Travail : le sujet n'a hélas pas bougé.

 

Le groupe "les Républicains" a par ailleurs souhaité que je sois l'un de ses deux représentants au sein de la mission d'information consacrée à la situation de l'élevage en France. Un secteur touché par la crise mais aussi par des réglementations complexes et sur lesquelles notre marge de manœuvre est réduite en raison de l'influence de l'Union européenne.

 

Mais c'est bien sur la montée de l'islamisme en France et au Moyen-Orient, avec les attentats de janvier et de novembre, qui a fortement marqué cette année législative. Comment oublier les minutes de silence mais aussi les Marseillaises entonnées à plein poumon par l'ensemble de la représentation nationale ? C'est là un souvenir très fort qui me restera de cette année 2015 et de mon mandat parlementaire.

 

Nos élites commencent à comprendre que notre pays est attaqué et que pour se défendre il faut mener une guerre sans merci à la barbarie islamiste.

 

C'est pour mieux comprendre cette situation complexe que je me suis rendu en Syrie en novembre 2015, avec une délégation parlementaire. Afin de dresser un état des lieux par moi même de la situation sur place, et notamment du sort des Chrétiens d'Orient qui me préoccupe depuis longtemps. Ce séjour a renforcé ma détermination, et c'est pour cela que j'ai voté pour le prolongement de l'opération CHAMMAL, les frappes aériennes en Syrie (qui ne régleront pas tous les problèmes) contre l'organisation Etat Islamique.

 

J'ai également voté en faveur de l'instauration de l'état d'urgence dans notre pays. Il faut cependant reconnaître que ces moyens -mis tardivement en oeuvre- ne suffisent pas à éradiquer le terrorisme : on ne peut pas gagner une guerre avec les moyens de la paix. C'est pour cela que j'ai déposé, après les attentats du 13 novembre, une proposition de loi pour permettre la prolongation des juges d'instruction anti-terroristes jusqu'à 20 ans (contre 10 ans aujourd'hui). Avec les 64 députés cosignataires, nous estimons que la menace a évolué, est devenue plus mobile, et qu'il est important de pouvoir remonter et démanteler des filières dans un temps long.

 

C'est dans le même esprit de pouvoir faire un constat personnel, libre et indépendant, que je me suis rendu en Russie dont je considère qu'elle doit être un grand partenaire économique et diplomatique, pour la France et pour l'Europe.

 

Nommé Secrétaire national "Les Républicains" à la Mer et la Pêche en avril 2015, j'ai été amené à rencontrer au long de ces derniers mois la plupart des acteurs maritimes de notre pays (Assises de l'économie de la Mer à Marseille, Salon Nautique à Paris, négociations annuelles à Bruxelles des quotas de Pêche).

 

A l'Assemblée nationale, que ce soit au sein de la Commission Affaires économiques ou des groupes d'études spécialisés ("Mer, pêche et souveraineté maritime", "Protection et développement du littoral", "Arctique, Antarctique et Terres australes et antarctiques françaises" et "Politique portuaire"), comme sur le terrain, je plaide pour que la France se souvienne qu'elle possède le 2ème plus vaste domaine maritime mondial. Un potentiel incroyable de découvertes scientifiques, énergétiques, et un vivier de croissance.

 

A ce titre, j'ai notamment plaidé pour un rapprochement institutionnel des groupes d'études du Sénat et de l'Assemblée dédiés à la Pêche. Ces deux groupes ne travaillent actuellement pas ensemble. Comment s'étonner ensuite que la France n'arrive pas en position de force pour les négociations annuelles à Bruxelles sur les TAC et quotas ?

 

Je suis également intervenu sur le dossier sensible des occupations illégales de terrains publics et privés. C'est ainsi que j'avais déposé une première proposition de Loi en octobre 2014, j'ai redéposé en mars 2015 une deuxième proposition en (avec ma collègue Annie Genevard, député du Doubs, et 106 députés cosignataires). Ce texte, choisi par le groupe "Les Républicains" dans le cadre de la journée trimestrielle d'examen parlementaire réservée a l'opposition, a été débattu le jeudi 08 octobre 2015. Le dogme centralisateur de la majorité a malheureusement été plus fort que le pragmatisme des élus enracinée, et ce texte n'a pas été adopté.

 

A la veille des vacances de estivales, le Gouvernement a cherché à faire passer en catimini un projet de loi sur les droit des étrangers. Un catalogue de mesures sans contrepartie. Que devient la République quand l'équilibre des droits et des devoirs n'est pas respecté ? Je me suis vivement opposé à ces annonces laxistes, et vous pouvez retrouver cette vidéo sur ma chaîne Youtube.

 

Vidéo disponible en cliquant ICI.

 

Par ailleurs, je suis fortement intervenu (25ème député le plus actif) dans la discussion, en commission et en séance, du projet de loi de santé. J'ai ainsi déposé 147 amendements, par exemple contre la généralisation du tiers payant ou encore contre les salles de shoot, sujet pour lequel j'ai été désigné orateur du groupe "les Républicains". J'ai dénoncé la déresponsabilisation des patients contenue dans ce texte, qui seront amenés à percevoir la santé et les médicaments comme des biens de simple consommation, ainsi que la fonctionnarisation de la médecine qui aboutira à fragiliser nos territoires ruraux.

Les chiffres en vert indiquent les catégories dans lesquelles je suis l'un des 100 députés les plus actifs (sur 577).
Les chiffres en vert indiquent les catégories dans lesquelles je suis l'un des 100 députés les plus actifs (sur 577).
0 commentaires

Quotas de Pêche 2016 : Yannick Moreau répond à Neptune FM

J'ai répondu aux questions de la radio "Neptune FM" à propos de la négociation annuelle des quotas de Peche pour 2016. 

Une mauvaise nouvelle pour la pêche française en général et pour la pêche vendéenne en particulier.

Négociation des quotas de Pêche 2016 : réaction du député Yannick MOREAU, Secrétaire national Les Républicains à la Mer et à la Pêche.   

Yannick MOREAU, député de la Vendée littorale et Secrétaire national « les Républicains» à la Mer et à la Pêche réagit à l’annonce de l’accord sur les quotas de Pêche pour 2016, annoncé dans la nuit à Bruxelles.

 

« Les fortes inquiétudes exprimées par les acteurs de la pêche et relayée par les élus n’ont été que partiellement entendues : les baisses de quotas français pour la sole du Golfe de Gascogne et de la Manche sont limitées (-10% et -14%, contre 37% annoncés), et le moratoire sur le bar pour les ligneurs et fileyeurs a été ramené à 2 mois au lieu de 6. C’est nouveau coup dur pour la Pêche Vendéenne, dépendante de la sole, première espèce en valeur des criées vendéennes » souligne le député Yannick MOREAU, qui était présent à Bruxelles avec le député « Les Républicains » Daniel Fasquelle lundi et mardi pour soutenir les professionnels français.

 

« Par ailleurs, les TAC (Total Autorisé de Capture) pour d’autres espèces (langoustine, lieu jaune, baudroie) sont maintenus, et une petite augmentation pour l’anchois, la cardine et le merlu a été obtenu. L’intense négociation pour défendre l’intérêt de la France et de ses pêcheurs, au-delà des clivages partisans, ne doit pas cacher qu’il ne s’agit que d’un demi-succès”. Une fois encore la Commission européenne a joué à faire peur en annonçant des diminutions drastiques pour imposer ses chiffres : les Français ne veulent plus de ces méthodes » estime-t-il.

 

« Nous ne pouvons toutefois pas nous satisfaire du système actuel : Les Républicains appellent à une modification structurelle du fonctionnement actuel des négociations sur les quotas de pêche. Nous devons mettre fin au caractère annuel de ces négociations s’apparentant à une véritable “roulette bruxelloise” qui met en danger de mort, chaque année, des dizaines de milliers d’emploi. Aucun autre secteur professionnel ne supporterait une remise en cause annuelle de son travail. » indique le député Yannick Moreau, qui avait posé une Question au Gouvernement en ce sens le 2 décembre à Manuel VALLS. 

 

« Les Pêcheurs français, depuis des années, ont fait des efforts considérables pour améliorer leur méthodes et participer à la protection de la ressource. Ces efforts ont été partiellement pris en considération dans ces négociations. Mais il est plus que jamais urgent de les considérer comme des entrepreneurs et non comme des braconniers. Malheureusement l’annonce du maillage au 80 pour les plus de 12 mètres ne va pas dans ce sens. Dans cette période de crise et de doute, la Mer est plus que jamais l’avenir de la Terre » conclut Yannick MOREAU.

 

Yannick MOREAU

Député de la Vendée littorale

Secrétaire national LR à la Mer et à la Pêche

0 commentaires

Y. Moreau, député LR de la Vendée littorale, félicite Bruno Retailleau et son équipe pour avoir tourné la page de onze années de socialisme en région des PDL

L'élection de la liste d'union de la droite et du centre à la tête de la région des Pays de la Loire fait naître un grand espoir et une exigence.

 

Un grand espoir pour la Vendée rurale et littorale trop longtemps écartée des priorités régionales socialistes qui privilégiaient le soutien aux grandes agglomérations socialistes ligériennes.

 

Une exigence, celle de réussir à faire de la région des Pays de la Loire un bouclier de croissance et une aire de prospérité. Dotée de nouvelles compétences, la région sera en première ligne sur le front de la croissance et de l'emploi. Dans un environnement national et international morose, notre région doit faire mieux et contribuer à libérer les énergies et les emplois.

 

Le Pays des Olonnes et la Vendée littorale savent pouvoir compter sur Bruno Retailleau, Pauline Mortier, Maxence de Rugy, François Blanchet, Sabrina Garnier, Sandra Deborde et toute leur équipe pour faire de la région un accélérateur de notre croissance littorale.

 

Cette victoire électorale régionale ne saurait toutefois faire oublier les résultats préoccupants du premier tour et le message de défiance de nombreux électeurs à l'égard de la politique et des politiques.

 

C'est dans l'affirmation claire et cohérente de nos convictions et de nos valeurs, et dans notre capacité à démontrer que l'action publique et politique peut concrètement améliorer la vie de nos compatriotes que se trouvent les réponses au désespoir et aux attentes d'un trop grand nombres de Vendéens et Ligériens.

 

Une nouvelle page de l'histoire de la région des Pays de la Loire s'ouvre cette semaine. Collectivement et aux côtés de l'équipe de Bruno Retailleau, retroussons-nous les manches pour qu'elle signe le retour de l'emploi, de la ruralité vivante et de la croissance maritime et littorale.

 

Yannick MOREAU

Député de la Vendée littorale

 

www.yannickmoreau.fr 

0 commentaires

Fusion aux Olonnes, parlons vrai !

Le maire du Château d'Olonne a beau jeu de dire qu'une fusion à 2 est un "gâchis", lui qui, en refusant une fusion à 3 au 1er janvier 2016, a fait perdre 6 millions d'euros de dotations publiques aux 3 communes.

 

La vérité c'est qu'aucun obstacle technique, juridique ou administratif n'empêche la commune du Château d'Olonne de fusionner dans 25 mois, le 1er janvier 2018, avec Les Sables d'Olonne et Olonne sur Mer ; pas même la nécessité d'organiser une consultation des habitants du Château qui reste largement souhaitable et réalisable dans les mois qui viennent.

Rien n'empêche cette fusion à 3. Rien, sauf un vrai manque de volonté du maire du Château d'Olonne et de ses adjoints.

 

Ce manque de volonté saute pourtant aux yeux. Tout le monde a bien compris que les élus du Château d'Olonne, quoi qu'ils en disent a posteriori, ont repoussé et repoussent toujours à plus tard la fusion inéluctable des 3 communes des Olonnes.

 

Pour ceux qui en voudraient quelques preuves complémentaires, voici deux exemples symboliques parmi d'autres qui démontrent que, depuis 18 mois, la ville du Château d'Olonne ne se place pas sincèrement dans une logique de réunification des trois communes.

 

1er exemple : les multiples décisions non concertées concernant l'acquisition d'un logiciel spécifique pour le service jeunesse, la non-acquisition d'un logiciel déjà exploité par les services techniques des Sables et d'Olonne, ou encore la non-concertation concernant le vote isolé de nouveaux abattements fiscaux en 2014, ou bien la décision unilatérale d'augmenter le tarif des tickets de cantine accentuant encore les différences avec les communes voisines. Des décisions légitimes à l'échelle du Château d'Olonne mais qui, décidées sans concertation avec les voisines, ne témoignent pas d'un grande volonté ou anticipation de fusion.

 

2ème exemple : la création soudaine et non concertée d'un poste de cadre à l'office de tourisme du Château d'Olonne.

 

Parlons vrai. La fusion à 3 est inéluctable. Qu'elle se réalise en une fois au 1er janvier 2018, ou en deux temps si la ville du Château d'Olonne préfère prendre plus de temps pour réfléchir, elle se fera.

 

Parlons vrai. La fusion est un acte libre et volontaire. La municipalité du Château est libre de penser avoir raison toute seule contre ses partenaires d'Olonne et des Sables. La municipalité du Château est libre de refuser de rejoindre la dynamique enclenchée par Les Sables et Olonne. Mais qu'elle l'assume au lieu de se plaindre des conséquences de la décision libre que le maire, sa 1ère adjointe et leur équipe ont prise librement.

 

Parlons vrai. Les Sables et Olonne avancent à 2 mais ne ferment pas la porte au Château d'Olonne qui, au prochain mandat, après les élections municipales de 2020, pourra rejoindre la dynamique créée par la nouvelle ville des Sables d'Olonne, ville de 30 000 habitants, moteur de l'agglomération des Olonnes et de la Vendée littorale.

 

Yannick Moreau, 1er adjoint au maire d'Olonne, chargé de la fusion.

0 commentaires

58 députés LR et UDI déposent une proposition de Loi pour étendre renforcer l'action des juges antiterroristes

Ce mardi 8 décembre, 58 députés "les Républicains" et "UDI" déposent une proposions de loi organique, à l'initiative du Député Yannick MOREAU (LR, Vendée), visant à "étendre à 20 ans le délai maximum de service pour les juges d'instruction affectés à l'anti-terrorisme, contre 10 ans aujourd'hui" indique l'exposé des motifs.

"Alors que notre pays fait face à une situation d une exceptionnelle gravité confronté à ce nouveau type de terrorisme, le terrorisme individuel, très mouvant , très rapidement " opérationnel " , nous devons tout mettre en œuvre pour pouvoir agir vite afin de prévenir un maximum d attentats d avoir lieu " déclare Yannick MOREAU à l'initiative de la proposition.

 

" Actuellement, au bout de 10 ans les juges antiterroristes sont réaffectés ailleurs et dans d autres domaines . Or ce sont eux qui connaissent le mieux les dossiers et filières djihadistes . Combien de mois , peut d’être d’années, perdus avant qu un nouveau juge antiterroriste se familiarise complètement avec un dossier complexe ? Pouvons-nous nous permettre aujourd’hui ce temps là ? ajoute Yannick MOREAU.

 

" Alors  que nos services de renseignements et un grand nombre de magistrats travaillent sur ces questions avec un remarquable professionnalisme , des logiques comptables et des automatismes inadaptés privent aujourd’hui l’État de serviteurs lucides et déterminés pour mener cette guerre judiciaire et sécuritaire "   

 

" Il convient  de mettre fin au déséquilibre actuel de la loi , en retrouvant un juste équilibre entre le principe originel d inamovibilité voulu par Napoléon en 1799 et la fragmentation excessive des carrières opérée par Mme Guigou en 1998" indiquent les 58 cosignataires de cette proposition de loi organique. 

 

"Notre proposition de loi permettra ainsi aux professionnels particulièrement expérimentés de mettre leur science des organisations et filières djihadistes au service de la sécurité de leurs compatriotes " conclut le Député Yannick MOREAU.

0 commentaires

Yannick Moreau vote CONTRE le Projet de loi de Santé. 

Selon lui, ce projet de la majorité socialiste porte un mauvais coup aux médecins et aux professions médicales. Qu'ils soient médecins, chirurgiens, dentistes ou para-médicaux, les professionnels de santé ne demandent rien d'autre que le respect et la reconnaissance de leur rôle au service de nos concitoyens. 


Yannick MOREAU exprime sa plus vive opposition : « ce projet de Loi aura réussi à coaliser contre lui toutes les forces vives de notre pays, par sa complexité et son dogmatisme rigide. 


« Comment peut-on imaginer que cette réforme puisse avoir un impact positif alors que les acteurs essentiels de notre système de Santé ont été méprisés ? Ce procédé est récurent de l'action du gouvernement socialiste » ajoute le député Yannick MOREAU, qui a été orateur du groupe Les Républicains sur l'article 9 concernant les « salles de shoot ».


Selon Yannick MOREAU, « la généralisation du tiers-payant, clairement refusée par les médecins, va entraîner une bureaucratisation préjudiciable à notre réseau de soins. La vocation première des médecins est de soigner, pas de remplir des papiers ou de se transformer en annexes de la sécurité sociale». Du reste, le tiers payant n'est pas source d'importantes économies d'échelle et surtout fait rentrer les patients dans une logique déresponsabilisante de consommation des soins.


Présent en commission et séance lors des débats pendant plus de 40 heures Yannick MOREAU a déposé 137 amendements sur ce texte. Il s'associera au recours parlementaire devant le Conseil Constitutionnel.

0 commentaires

3 QUESTIONS DIRECTES À YANNICK MOREAU SUR LA "FUSION" ET LA "COMMUNAUTÉ D'AGGLOMÉRATION DES OLONNES

Qu'attendez-vous de la création d'une communauté d'agglomération aux Olonnes ?


Cette nouvelle collectivité qui remplacera deux communautés de communes et un syndicat mixte permettra d'abord de faire des économies. Elle permettra aussi de concevoir enfin des projets à la bonne échelle, c'est-à-dire à celle du bassin de vie et d'emploi des Sables, et non plus seulement à celle de la ville agglomérée intra-muros. En étant optimiste, on pourrait penser que la communauté d'agglomération signera la disparition progressive des querelles picrocholines entre Les Sables, Le Château et Olonne.


Et la fusion des communes ? ce sera à 2 ou à 3 ?


L'objectif partagé est une fusion à trois. Au moins, là-dessus, tout le monde est d'accord. Le problème c'est que deux communes sont pressées de se marier et de fonder un nouveau foyer et l'autre pas pressée du tout puisqu'elle considère qu'une fusion au 1er janvier 2018 serait précipitée. Pour ma part j'ai toujours pensé que 25 mois était un délai largement suffisant pour élaborer un projet et le soumettre à la population par référendum ; pour qui veut vraiment aboutir.


Le mariage est une union pleinement volontaire. Il n'est pas question pour Olonne et Les Sables de forcer Le Château si cette dernière préfère réfléchir plus longtemps avant de s'engager définitivement. Le mariage entre Olonne sur Mer et Les Sables d'Olonne aura lieu le 1er janvier 2018, les bancs ont été publiés par délibérations municipales en début d'été.


Quant au Château d'Olonne, elle est libre de prolonger les fiançailles et de raccrocher les wagons quand elle sera décidée à le faire, et la ville nouvelle des Sables d'Olonne à l'accueillir.


La fusion de nos 3 communes est nécessaire et inéluctable. Simultanément ou en deux temps, mais elle se fera.


Pourquoi faire des collectivités plus grandes autour des Sables d'Olonne ?


Le paysage territorial évolue. Les dotations de l'Etat baissent drastiquement et nous devrons apprendre progressivement à nous débrouiller seuls sans compter sur d'éventuels subsides venus d'ailleurs. Face à cette situation, nous devons prendre notre avenir en main et le construire à une échelle suffisamment large pour avoir une taille financière critique qui nous permette d'agir et d'investir.


En créant une communauté d'agglomération de 52000 habitants, à l'échelle concrète de notre bassin d'emploi, et une ville-centre de 30 ou 45 000 habitants qui en sera le moteur, nous nous donnons plus de chances de cultiver l'exceptionnelle qualité de vie du Pays des Olonnes. Nous nous donnons plus de chances de développer l'économie et l'emploi. Unis nous serons plus forts pour faire de l'agglomération des Sables d'Olonne et des Olonnes la locomotive touristique et économique de la Vendée.

0 commentaires

Frappes aériennes en Syrie : je vote pour mais il faut agir plus fort.

0 commentaires

J'AI DÉCIDÉ DE ME RENDRE EN SYRIE AVEC L'ASSOCIATION "SOS CHRÉTIENS D'ORIENT"

Le drame syrien et le massacre des Chrétiens d'Orient nous concernent toutes et tous.

 

Avec des millions de réfugiés au Moyen-Orient et des centaines de milliers de morts civils et militaires, le drame syrien et le massacre des Chrétiens d'Orient nous concerne toutes et tous.

 

Cette tragédie, aux portes de l'Europe et aux sources de notre civilisation, nous commande d'agir pour que le peuple syrien retrouve le chemin de la paix.

 

Ce chemin est étroit et nécessite l'engagement de chacun.

 

Pour ma part, humble député à l'Assemblée nationale et membre actif du groupe parlementaire sur les Chrétiens d'Orient, j'ai décidé de me rendre en Syrie cette semaine avec des collègues députés et un responsable de l'association "SOS Chrétiens d'Orient".

 

Le but de ce déplacement est de m'informer, rencontrer et échanger pour aiguillonner à mon retour l'opinion publique et la politique extérieure de la France.

 

La toute première urgence est militaire. C'est le combat international uni et massif contre les barbares islamistes de Daech.

 

La deuxième urgence est diplomatique et humanitaire. Il s'agit de dialoguer avec toutes les parties en présence pour organiser une transition civile, démocratique, pragmatique en Syrie; et de venir en aide aux millions de Syriens en grande détresse.

 

Ces deux urgences sont le double sens de mon déplacement en Syrie cette semaine.

 

Yannick Moreau

Député LR de Vendée littorale

0 commentaires

Yannick MOREAU, député de la Vendée littorale, réagit à l’annonce du soutien du Ministre de l’Ecologie de l’interdiction du chalutage au-delà de 800 m. 

Alors que le Gouvernement Français devrait encourager et valoriser la pêche et les pêcheurs Français, cette nouvelle décision risque, une nouvelle fois, de fragiliser l’ensemble de la profession.

 

Depuis plusieurs années, la notion d’eau profonde ne cesse d’être modifiée au désavantage des pêcheurs. Comment ce ne qui n’était pas profond il y a 5 ans pourrait l’être aujourd’hui ?

 

La limitation de la pêche sur les bandes côtières est également contre-productive : plutôt que de diluer  l’effort, tout est fait aujourd’hui pour le concentrer.

 

Depuis des dizaines d’années, les pêcheurs ont engagé des efforts et des investissements importants pour se mettre en conformité et préserver l’éco-système.


Les pêcheurs qui sont avant tout des "entrepreneurs" doivent enfin être considérés par l’Etat comme des partenaires, y compris pour les questions écologiques et non des "prédateurs" comme se plaisent à les décrire certains écolo-bruxello-bobo.


Yannick Moreau

Député LR de la Vendée littorale

www.yannickmoreau.fr

0 commentaires

LETTRE OUVERTE au Commissaire enquêteur. Enquête publique PPRL Baie de Bourgneuf

Monsieur le Commissaire Enquêteur,


En ma qualité de Député de la Vendée Littorale, je tiens à vous faire parvenir mes observations dans le cadre de l’enquête publique en cours sur le Plan de Prévention des Risques Littoraux de la Baie de Bourgneuf.


A de nombreuses reprises, j’ai été alerté par des habitants du littoral nord-ouest vendéens, inquiets des conséquences que pourrait avoir sur leur vie quotidienne ce projet de PPRL s’il s’appliquait dans sa version actuelle.


Il s’agit notamment des habitants des polders de la Crosnière à Beauvoir sur mer, des abords du Gois mais plus généralement de toute la zone comprise entre la Barre de Monts et les polders de Bouin. Si le projet de classement du Gois et de ces abords à l’UNESCO les inquiète, le projet de PPRL les affole.


Depuis des siècles, les habitants ont avec succès défendu, exploité et protégé ces immenses étendues gagnées sur la mer. Aujourd’hui ils y vivent, ils y travaillent. Le projet de PPRL s’il s’inscrit dans un objectif que nous partageons tous de protection des populations, ne doit s’envisager sans une adhésion de ces mêmes populations. Il est en effet souvent illusoire de vouloir protéger les personnes contre leur gré. Les habitants et les exploitants des polders en particulier et du littoral en général ont une culture du risque, car ils vivent au quotidien avec ce risque. Ils en mesurent l’intensité, ils en évaluent la gravité.


La majorité de ces espaces existent aujourd’hui car ils ont été bâtis hier par l’homme et qu’ils sont quotidiennement entretenus par lui. Un PPRL qui exclurait l’homme serait voué à l’échec car il signerait la disparition de ces milieux remarquables.


Je souhaite que l’expérience acquise par l’ensemble de ces personnes puisse être entendue et prise en compte pour l’élaboration d’un PPRL réaliste, assurant une protection efficace tout en permettant à l’ensemble de ces secteurs de pouvoir continuer à vivre et se développer.


Je souhaite que les activités comme l’agriculture, l’ostréiculture, la pêche et tous les acteurs économiques soient écoutés et protégés.


Je souhaite que le PPRL qui verra le jour soit évolutif, qu’il intègre un programme précis de travaux ainsi qu’un échéancier de réalisation.


Je souhaite enfin que ceux qui vivent au quotidien sur le littoral puissent y rester et y vivre en toute sécurité.


Yannick MOREAU

Député de la Vendée littorale 

0 commentaires

RSI : face aux dysfonctionnements, il est urgent d'agir !

Le fonctionnement du régime social des indépendants (RSI) pose des problèmes majeurs à plus de 5,4 millions de professionnels indépendants. Dans un contexte de morosité économique, il est urgent de simplifier notre système pour inciter à l’activité et relancer la croissance économique.

 

Engagé aux côtés des entrepreneurs et attentif à leurs revendications, je ne peux que dénoncer la situation insoutenable à laquelle ils doivent faire face : modes de prélèvements inadaptés, délais de traitement irraisonnables, manque de lisibilités des règles ou encore doubles prélèvements.

 

Ces dysfonctionnement mènent bien souvent à des situations ubuesques, dénoncées par de nombreux chefs d’entreprises comme des rappels de cotisations déjà payées, des pénalités devant être payées à cause d’un changement sans raison de leur adresse par le RSI, des attentes de plusieurs années pour toucher leur pension de retraite ou des difficultés pour joindre simplement un interlocuteur.

 

Le budget de fonctionnement annuel de ce service public est exorbitant aux vues son efficacité. Il s’élevé à 560 millions d’euros, soit 17% de plus que le système précédant alors que l’objectif initial était une diminution de 12,5% des coûts de gestion. Il demande ainsi une participation accrue des affiliés, qui doivent malgré eux supporter l’accroissement des coûts de fonctionnement.

 

Le déséquilibre grandissant entre les devoirs exigés par la bureaucratie administrative et les droits des indépendants doit être résorbé. Il faut lutter contre des mesures à outrances engagées par des technocrates déconnectés de toutes réalités. J’appelle à une simplification du système qui passe par une plus grande cohérence.

 

Ce sujet, au centre de notre économie nécessite des mesures rapides et efficaces, que le Gouvernement et la majorité ne semblent pas être prompt à prendre. Ils ont ainsi rejeté la demande formulée par mes collègues « Les Républicains » d’une mission parlementaire sur le sujet, préférant par exemple se concentrer sur une problématique, semble-t-il bien plus urgente : la modification constitutionnelle permettant la ratification de la charte des langues régionales.

 

Après avoir interpellé la ministre des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes sur le mécontentement des affiliés au RSI dès le 10 mars dernier, je soutien aujourd’hui mes collègues députés « Les Républicains », Bruno LE MAIRE et Julien AUBERT. Je suis ainsi cosignataire de leur proposition de loi portant sur la réforme du régime social des indépendants. Le fond d’indemnisation qu’elle prévoit, permettrait aux cotisants victimes d’un préjudice d’obtenir sa réparation. Pour une plus grande sécurité et pour renforcer les obligations d’équilibre budgétaire, la Cour des Compte devra certifier les comptes du RSI. Enfin, pour une plus grande égalité et liberté, les cotisants auront désormais la possibilité de choisir entre le régime RSI et le régime général de la sécurité sociale.

 

Il est urgent d’agir pour offrir une situation viable aux acteurs indépendants de l’économie afin de relancer celle-ci. 

0 commentaires

Pour assurer l'avenir et la sécurité de la SNSM, je dépose un amendement.

Le député Yannick MOREAU, secrétaire national des Républicains à la Mer à la Pêche, a déposé un amendement pour assurer le financement de la SNSM.

Parce que les bénévoles de la société nationale de sauvetage en mer (SNSM) sont des acteurs incontournables de la sécurité maritime, et que leur avenir financier est aujourd'hui menacé, le député (LR) de Vendée Yannick MOREAU a déposé un amendement pour garantir un financement durable de leurs activités de prévention et d'assistance.

« Le code général des impôts prévoit que les parcs éoliens offshore, qui verront le jour dans les années à venir, contribuent fiscalement à des projets concourant au développement durable des autres activités dont notamment la plaisance. Mais la Loi est actuellement muette sur la répartition de celle-ci. » indique le député Yannick MOREAU.

« Je propose, avec le soutien de 25 députés, d'utiliser ce vide juridique pour le mettre au service d'un réel besoin de nos littoraux : assurer les conditions matérielles de ceux qui réalisent 6.000 interventions par an pour notre sécurité et notre économie touristique balnéaire. Ce n'est pas une nouvelle taxe, mais une précision » ajoute Yannick MOREAU.

Le député de la Vendée littorale rappelle qu'il avait pris cet engagement lors de l'assemblée générale de la SNSM en Vendée au mois de mars 2015.

Le député Yannick MOREAU note que cette idée a fait son chemin jusqu'au plus haut sommet de l'État. Le Premier ministre a en effet indiqué qu'il réfléchissait également à une proposition en ce sens, lors du Comité interministériel de la Mer le 22 octobre dernier. 

Pour autant, le député reste prudent : « je reste vigilant, car des promesses aux actes il y a une différence. Cet amendement parlementaire est un engagement concret. Il faut que le Premier ministre aille dans ce sens car il reste encore plusieurs années avant que ces parcs éoliens ne sortent de mer et que les recettes fiscales générées puissent être utiles aux bénévoles de la SNSM. La période législative actuelle (avec le Projet de Loi de Finances) y est propice et permettrait de graver dans le marbre la sécurité et la pérennité du financement de la SNSM : il faut passer aux actes. » conclut Yannick MOREAU.

0 commentaires

CHOQUÉ par le meeting du président turc Erdogan à Strasbourg le 4 octobre dernier, j'ai saisi le 1er Ministre d'une QUESTION ÉCRITE

CHOQUÉ par le meeting du président turc Erdogan à Strasbourg le 4 octobre dernier, j'ai saisi le 1er Ministre d'une QUESTION ÉCRITE.


En voici le texte original (à la 3ème personne comme l'exige le formalisme de ce type de saisies parlementaires) : "

M. Yannick MOREAU, député de la Vendée littorale, appelle l’attention de M. le Premier ministre sur la question de l’autorisation en France et plus précisément à Strasbourg d’un meeting du Président turc Erdogan le 4 octobre dernier.


Violant directement les règles coutumières diplomatiques en prononçant un discours de politique intérieure aux allures de meeting de campagne à moins d’un mois des élections législatives turques, le Président turc porte atteinte à la souveraineté française.


Faisant l’apologie des conquêtes ottomanes, présentant son pays en défenseur de la « vraie civilisation », accusant l’Europe d’être affectée par « la xénophobie, l’islamophobie et le racisme », M. Erdogan participe à une exacerbation communautariste, qui n’est pas la bienvenue dans le contexte actuel appelant à une unité contre le terrorisme.


La position ambigüe de la Turquie vis-à-vis de Daesh, rend inadmissible un tel d’un discours dans notre pays.


Comment peut-on accepter que des islamistes en cravate organisent, sur le territoire national, une manifestation à ce point anti-républicaine que les hommes et les femmes venues assister aux provocations de de M. Erdogan ont été séparés les uns des autres dans la fosse du zénith de Strasbourg ?


Par conséquent, Yannick MOREAU lui demande de bien vouloir lui indiquer comment un tel discours peut être légalement organisé sur notre territoire"

0 commentaires

Les 120 ans de la Coopération maritime.

Jean-Loup VELUT, secrétaire général de la Coopération maritime, développe les enjeux à venir pour les professionnels de la Mer.
Jean-Loup VELUT, secrétaire général de la Coopération maritime, développe les enjeux à venir pour les professionnels de la Mer.

Mardi 29 septembre se tenait à Paris l'Assemblée générale des 120 ans de la Coopération maritime, au Musée de la Marine du Trocadéro.

Un moment fort qui réunit les représentants des 150 coopératives et 1.300 navires, dans une période compliquée et sans certitude du réel intérêt du Gouvernement pour tout ce qui touche au maritime.

Stéphane DIAGANA, le grand champion d'athlétisme, est venu partager sa riche expérience de sportif de haut niveau. Un éclairage intéressant pour comprendre les clés de "la performance durable". Un enjeu pour toutes les professions.
Stéphane DIAGANA, le grand champion d'athlétisme, est venu partager sa riche expérience de sportif de haut niveau. Un éclairage intéressant pour comprendre les clés de "la performance durable". Un enjeu pour toutes les professions.

Un invité d'honneur, Stéphane DIAGANA, grand champion d'athlétisme (8 fois champion du monde, champion d'Europe, 2 fois champion du Monde), est venu témoigner des qualités à travailler pour acquérir ce niveau d'excellence.

Un éclairage intéressant qui met en lumière l'importance du travail en équipe, savoir mobiliser ses ressources, l'exigence de la discipline personnelle, du travail, ou encore l'équilibre à cultiver entre le rêve et les réalités.


Mon collègue le député (PS) Arnaud LEROY est également intervenu pour présenter la proposition de loi sur la "croissance bleue" qui sera débattue prochainement à l'Assemblée. Un texte intéressant s'il survit aux idéologues et aux technocrates.

0 commentaires

Défense contre la mer : il faut plus de pragmatisme !

M. Yannick Moreau, député de la Vendée littorale, appelle l'attention de Mme le Ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'énergie sur la complexité et l'absence totale de pragmatisme des procédures administratives en vigueur en matière de défense contre la mer, et particulièrement pour ce qui concerne l'élaboration des Plans de Prévention des Risques Littoraux.


5 ans après le drame de Xynthia, ces procédures de "PAPI", "PSR", "PPRL", "TRI" sont tellement lourdes et complexes, tellement déconnectées de l'expérience humaine locale acquise au fil des siècles en matière de défense contre la mer, que de trop rares digues vendéennes ont pu être reconstruites ou confortées. Alors qu'il reste des dizaines de kilomètres d'ouvrages de défense à travailler, les acteurs publics et les forces vives concernées sont englués dans des procédures abracadabrantesques qui suscitent l'incompréhension générale.


Prenons l'exemple du PPRL de l'Île de Noirmoutier en cours d'élaboration. L'Etat, maître d'oeuvre et prescripteur du PPRL, fonde ses hypothèses de risque de submersion et ses cartes d'aléa sur des "brèches forfaitaires" dont le concept abscons est déconnecté de la réalité voire même de toute vraisemblance (si l'on va même jusqu'à considérer que des vagues pourraient frapper simultanément la côte ouest et la côte est de l'île et que les brèches feraient nécessairement 50 ou 100 mètres de longueur !) est tiré d'une modeste circulaire de juillet 2011 dont la valeur juridique est éminemment contestable.


Face à de tels enjeux pour la vie et le développement des communes insulaires, déjà confrontées à de très nombreuses contraintes réglementaires et environnementales, M. Yannick Moreau demande à Mme le Ministre sur quelle base scientifique et légale l’Etat peut-il fonder et imposer une doctrine pouvant conduire à la vitrification d'un territoire de Vendée littorale.


Yannick Moreau

Député de la Vendée littorale

0 commentaires

Report de la baisse des charges : une nouvelle reculade du Gouvernement qui va accroître le chômage.

 Communiqué de presse


Report de la baisse des charges : une nouvelle reculade du Gouvernement qui va accroître le chômage.


Yannick MOREAU, député de Vendée littorale et membre de la commission des affaires économiques à l’Assemblée nationale, dénonce le report de la baisse des charges prévue dans le cadre du Pacte de responsabilité.


Le mercredi 16 septembre, le Gouvernement a présenté les grandes lignes du projet de loi de finances pour l’année 2016 et annoncé par la même occasion le report des baisses des charges qui pèsent sur les entreprises. La baisse des charges portant sur les salaires au-delà de 1,6 Smic initialement prévue au 1er janvier 2016 n’aura pas lieu avant le 1er avril 2016.


Yannick MOREAU, député de Vendée littorale, dénonce cette nouvelle reculade du Gouvernement sur l’application du Pacte de responsabilité annoncé le 31 décembre 2013 par le Président de la République. Cette annonce intervient deux semaines après le mea culpa du Président de la République sur la TVA sociale qu’il regrette d’avoir supprimée et ne fait qu’entretenir le flou sur la position de ce Gouvernement à l’égard de la politique de réduction des charges patronales.


Les revirements successifs du Gouvernement ne sont pas nouveaux. Ils contribuent à la dévalorisation de la parole publique et à la méfiance vis-à-vis de l’action des responsables politiques. Cette reculade aura – hélas – des conséquences directes sur l’emploi en désincitant une nouvelle fois les entrepreneurs à embaucher. Décidément, il est temps que les socialistes arrêtent d’abîmer la France.


A moins de trois mois des élections régionales des 6 et 13 décembre, les socialistes font une nouvelle fois la démonstration qu’on ne peut pas leur faire confiance.


Yannick MOREAU

Député de la Vendée littorale 

0 commentaires

Vagues migratoires : traiter les causes est plus efficace que de déplorer les effets.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

VAGUES MIGRATOIRES : TRAITER LES CAUSES EST PLUS EFFICACE QUE DE DÉPLORER LES EFFETS

 

Le totalitarisme islamique de Daech menace notre civilisation et étend le règne de sa terreur jour après jour.

 

Notre première responsabilité de membre permanent du conseil de sécurité de l'ONU est de prendre la tête d'une initiative internationale et militaire pour combattre et éradiquer la barbarie islamiste en Irak et en Syrie.

 

Notre responsabilité de pays de culture judéo-chrétienne est de venir en aide in situ aux chrétiens d'Orient et aux autres minorités qui subissent les persécutions et les exactions massives de Daech.

 

Notre responsabilité c'est aussi de dire que la France, avec ses milliards de déficits publics et ses millions de chômeurs, n'est pas "l'Eldorado" que les passeurs souvent complices des terroristes décrivent aux réfugiés.

 

Notre responsabilité c'est d'être vigilant sur le profil réel des migrants en vérifiant, avant leur entrée sur le sol européen et national, que des terroristes islamistes ennemis de la France ne se dissimulent pas à l'intérieur de ces vagues massives de "réfugiés".

 

Notre responsabilité de pays européen est d'arrêter les discours et les politiques d'appel à la migration tels que ceux prononcés à Berlin ou à Paris. Notre responsabilité est de combattre Daech pour permettre aux familles persécutées de vivre chez elles.

 

Notre responsabilité immédiate est certes de faire preuve d'une grande fermeté à nos frontières européennes et nationales mais aussi de fraternité à l'égard des familles présentes sur notre territoire et qui peuvent légitimement prétendre au statut de "réfugiés".

 

Notre responsabilité est enfin de dire aux familles bénéficiant de la solidarité nationale qu'aux droits reçus correspondent des devoirs d'intégration aux valeurs fondamentales de notre pays.

 

Le moment venu, lorsque la France se placera enfin à la pointe du combat militaire contre Daech au Proche et au Moyen Orient, je propose que nous invitions les réfugiés d'Irak et de Syrie à s'engager au sein de nos forces armées pour participer activement à la libération de leur peuple et de leur Nation.

 

Yannick Moreau

Député LR de la Vendée littorale

0 commentaires

"CHANGEMENT DANS LA CONTINUITÉ" À OLONNE SUR MER, JE PASSE LE RELAIS DE "MAIRE" À FLORENCE PINEAU POUR ME CONSACRER PLEINEMENT À LA FUSION ET À LA CONSTRUCTION

"CHANGEMENT DANS LA CONTINUITÉ" À OLONNE SUR MER, JE PASSE LE RELAIS DE "MAIRE" À FLORENCE PINEAU

POUR ME CONSACRER PLEINEMENT À LA FUSION ET À LA CONSTRUCTION D'UNE NOUVELLE VILLE ET D'UNE NOUVELLE AGGLOMÉRATION + FORTES ET + DYNAMIQUES.


C'est avec émotion que j'ai rédigé une lettre à toutes les Olonnaises et à tous les Olonnais.


Dans cette lettre publiée ci-dessous, je partage les raisons de cette décision mûrement réfléchie. 


Florence Pineau, qui travaille avec moi depuis 6 ans, deviendra bientôt la 1ère femme maire d'Olonne sur Mer; et moi son 1er adjoint en charge de la "fusion".


Je vous remercie de votre bienveillance et de votre soutien.

Yannick Moreau

0 commentaires

Yannick Moreau soutient la candidature de la France à l'organisation de l'Exposition universelle de 2025.

Yannick Moreau soutient la candidature de la France à l'organisation de l'Exposition universelle de 2025.

 

Venez découvrir, en présence de Yannick Moreau,  François Blanchet et de Jean-Christophe Fromantin, le film de présentation de l'enjeu et des orientations de la candidature de la France.

 

"Imaginons 2025 "


http://www.expofrance2025.com/





Jeudi 3 septembre 2015 à 19h00

Cinémarine

Place de la Félicité à Saint-Gilles-Croix- de-Vie

 

Renseignement par téléphone : 02.51.04.06.56

Renseignement par email : permanence@yannickmoreau.fr

0 commentaires

Soutien aux éleveurs et aux agriculteurs Français

Yannick MOREAU, Député de la Vendée littorale, apporte son soutien aux éleveurs et aux agriculteurs qui font face à une crise sans précédent dans laquelle les prix ne couvrent même plus les coûts de production, alors même que les charges et les normes sont en croissance constante. 


Depuis plusieurs mois, le Gouvernement est régulièrement interpellé par les représentants des agriculteurs et les élus d'opposition sur la situation très grave de milliers d’entreprises agricoles au bord de la faillite du fait de l’effondrement des prix.


En dépit de ces alertes, le Ministre de l’agriculture est resté trop longtemps aux abonnés absents et se réveille à peine pour esquisser un plan d’urgence tardif et insuffisant.


Yannick MOREAU demande au Gouvernement de prendre les mesures urgentes qui s’imposent : allègements de charges, moratoire sur les mises aux normes…Il faut également une réflexion de fond sur la fixation des prix et sur l’embargo russe pour lequel le Gouvernement de Monsieur LE FOLL porte une lourde responsabilité. L’Etat doit aussi proposer une stratégie d’investissement en faveur de la modernisation et l’innovation dans les exploitations agricoles.


Avec plusieurs dizaines de ses collègues, Yannick MOREAU a cosigné une proposition de résolution parlementaire demandant la création urgente d’une commission d’enquête afin d’examiner les conditions de fixation des prix en agriculture. 

Ne cédons pas à la tentation de la désignation de boucs émissaires et travaillons sur le fond pour redonner de vraies perspectives d'avenir à la "ferme France".

 

Yannick Moreau

Député Les Républicains de la Vendée littorale

0 commentaires

Ma réaction au projet de loi relatif au droit des étrangers en France

Yannick MOREAU, Député de la Vendée littorale, est intervenu hier, à 23h, à l’Assemblée Nationale lors de la discussion générale du  Projet de loi relatif au "droit des étrangers" en France, que le gouvernement a décidé de mettre à l'ordre du jour de l'Assemblée un 21 juillet, en catimini, au cœur de l'été.


Parmi les mesures les plus critiquables, la priorité donnée à l’assignation à résidence, à la place du centre de rétention administrative pour les déboutés du droit d’asile. Il sera encore plus compliqué de renvoyer dans leur pays les immigrés sans droit ni titre sur le territoire national. Au moment où la France traverse une crise économique, sociale et identitaire sans précédent, le gouvernement ne trouve rien de plus urgent à faire que d'accorder de nouveaux droits aux étrangers vivant sur le territoire national.


Par ailleurs, la délivrance d’une carte d’étranger malade à tous ceux qui ne peuvent accéder à un système efficace de soins dans leur pays au système de soins dans leur pays est un nouvel appel international à l’immigration.


Les Français qui travaillent dur,  cotisent ou souffrent de la précarité et des soubresauts de notre économie apprécieront le sens des priorités du Gouvernement.


Le Député appelle à une prise de conscience et une rupture totale sur la politique d’immigration. De toute évidence, la France n'a plus les moyens d'accueillir toute la misère du monde, il faut donc supprimer les pompes aspirantes de l'immigration. ( AME, Prestations sociales et familiales, ETC)


Même si la Vendée reste relativement à l'écart des problématiques liées à l'immigration incontrôlée que notre pays subit, il est urgent de prendre conscience de notre incapacité à financer et accueillir une immigration subie.


La vraie générosité ne consiste pas à accueillir sans limite, elle commande de regarder les conditions d’accueil de notre pays, aujourd’hui saturées, avec responsabilité et lucidité.


Avec l’opposition et Les Républicains, Yannick MOREAU aura à cœur de promouvoir une politique ferme visant à réduire massivement l’immigration, comme le souhaite l’immense majorité des Français. Le temps est venu d’ inverser la courbe de l’immigration dans notre pays.


Yannick Moreau

Député Les Républicains de la Vendée littorale

0 commentaires

Grèce : plan de sauvetage ou plan de "com" de François Hollande ? Je voterai contre

Après avoir lu attentivement les conclusions du "Sommet de la zone euro" sur la base desquelles notre président "audacieux" et auto-satisfait se targue d'avoir obtenu un "accord" entre les pays de la zone euro et, par voie de conséquence, d'avoir sauvé la Grèce et l'Europe, j'arrive à la conclusion que M. Hollande est un pro de la "com" qui voudrait cet après-midi faire passer aux députés des vessies berlinoises pour des lanternes athèniennes.


Je ne voterai donc pas le "satisfecit" que MM. Hollande et Valls attendent de l'Assemblée nationale, et je m'en explique.


I - Sur la forme : on nous demande de ratifier un "accord" à l'Assemblée après une débat au titre de l'article 50-1 de la constitution... Or, IL N'Y A PAS D'ACCORD.


le vote de l'Assemblée est INUTILE pour la poursuite des négociations avec la Grèce


L'article 50-1 prévoit que "le Gouvernement peut faire, sur un sujet déterminé, une déclaration qui donne lieu à débat, et peut, s'il le décide, faire l'objet d'un vote sans engager sa responsabilité". C'est dire l'enjeu du vote de cet après-midi, décidé deux jours auparavant sur la base d'une déclaration que nous découvrirons aujourd'hui mais dont nous pouvons anticiper qu'elle sera à la gloire de François Hollande "l'audacieux"...


Nous ne sommes pas là dans le cadre des votes formels et solennels de ratification des traités internationaux prévus par l'article 53 de notre constitution.


En tout état de cause, le fonctionnement des institutions européennes ne nécessite naturellement pas le vote régulier de l'Assemblée, sauf à modifier les traités européens, ce qui n'est pas le cas ici.


le vote de l'Assemblée est INUTILE puisque les Grecs se prononceront après, dans la soirée ou la nuit, pour dire si ils acceptent la feuille de route écrite par les pays de la zone euro.


On amuse la classe politique, les médias et le peuple français avec un "débat" et un "vote" qui n'a aucun effet sur la poursuite des discussions et qui pourrait même, quelques heures plus tard, être contredit par le parlement grec. Tout ceci est "normal".


le vote de l'Assemblée est une SUPERCHERIE car on veut nous faire voter sur un "accord" qui, en réalité, n'existe pas.


Depuis deux jours, les médias ne cessent de proclamer les louanges de M. Hollande qui a pesé de tout son poids pour arracher un "accord" au "Sommet de la zone euro" de la dernière chance... La réalité est toute autre. Il suffit de lire le texte de la déclaration de fin de sommet. Ce que la grande majorité des journalistes n'a pas fait. Je l'ai fait pour eux, et pour vous. Qu'y lit-on ?


"Ce n'est qu'après - et immédiatement après - que les quatre premières mesures susmentionnées (NDLR : notamment augmentation TVA, réforme système de retraites) auront fait l'objet d'une mise en oeuvre au plan juridique et que le Parlement grec aura approuvé tous les engagements figurant dans le présent document, avec vérification par les institutions et l'Eurogroupe, QU'UNE DÉCISION POURRA ÊTRE PRISE DONNANT MANDAT AAUX INSTITUTIONS DE NÉGOCIER UN PROTOCOLE D'ACCORD.


Cette décision SERAIT prise SOUS RÉSERVE de l'achèvement des procédures nationales et à condition que les conditions préalables prévues à l'article 13 du traité instituant le MES soient réunies..."


Autrement dit, on est loin du début réel des négociations, et encore plus loin d'un accord entre l'Eurogroupe et la Grèce. Tout au plus le Sommet de la zone euro n'a-t-il pas voulu se quitter sans montrer que le fil du dialogue n'était pas rompu.


Vous l'aurez compris, tout cela c'est de la mousse, de l'encens pour célébrer la prétendue victoire "audacieuse" du président de la République, victoire factice puisque rien n'est décidé, sauf des conditions préalables à l'ouverture d'âpres négociations qui pourraient, éventuellement, le cas échéant, déboucher sur un accord...


II - Sur le fond de ce prétendu "accord"


Malheureusement, la feuille de route est trop lourde pour offrir de vraies chances de succès.


La potion est amère mais est-elle acceptable pour les Grecs et leurs gouvernants ?

C'est tout autant l'amertume de la potion rendue nécessaire par l'impéritie des gouvernements grecs successifs que le mode d'administration décidé par le "tribunal" européen réuni le week-end dernier qui est en cause. On s'apprête à demander à une Grèce à genoux de faire en six mois les réformes que la France n'a pas réussi à faire en vingt ans.


On oublie au passage d'évoquer la question de la réduction de la dette grecque qui n'est même pas mentionnée dans la déclaration finale du "Sommet de la zone euro" alors même que le FMI a raison de rappeler qu'il s'agit d'une question centrale pour un futur plan de sauvetage.


Je crains malheureusement que les conditions préalables à l'ouverture des négociations, tout comme les perspectives de réformes urgentes en contrepartie desquelles l'Union européennes accepterait de verser ses milliards d'aides, ne soient pas réalistes.


Pourquoi donc mettre la barre si haute ? Quel intérêt ? Faire porter la responsabilité de l'échec du "sauvetage" aux gouvernants grecs pour qui je n'ai par ailleurs pas de sympathie particulière ?


Le moment venu, François Hollande devra rendre des comptes.


Malheureusement, l'Union européenne méprise une nouvelle fois les résultats univoques d'un référendum national. Or, L'EUROPE NE PEUT SE CONSTRUIRE CONTRE LES PEUPLES.


Que le résultat d'un référendum national convienne ou non aux pays membres et aux institutions de l'Union européenne, il doit être respecté. L'Union et le système européens ne peuvent avoir raison contre les peuples. L'Europe se construira avec les peuples européens ou se déconstruira.

Voilà un nouveau signal d'alerte qui doit conforter notre détermination à réformer en profondeur nos institutions européennes.


La mise sous tutelle financière, économique et politique de la Grèce au profit d'institutions européennes peu démocratiques n'est pas conforme à la conception que je me fais des démocraties nationales et de la démocratie européenne.


Il est par exemple écrit dans la déclaration finale de la zone euro :


"Le gouvernement DOIT consulter les institutions et CONVENIR AVEC ELLES de tout projet législatif dans les domaines concernés dans un délai approprié AVANT DE LE SOUMETTRE à la consultation publique ou AU PARLEMENT."


Je n'accepterai jamais qu'une telle mise sous tutelle soit imposée à la France, je ne peux donc l'accepter pour la démocratie grecque, fondatrice de notre identité et de notre civilisation.


CONCLUSION


Pendant que la France ploie sous le fardeau des réformes que le président de la République et son gouvernement n'ont pas le courage d'entreprendre, François Hollande impose à d'autres ces mêmes réformes d'orthodoxie budgétaire, de diminution de la sphère publique, de remise à plat du système de retraites, etc.


"Faites comme je dis mais pas comme je fais"


Tout ceci n'est pas sérieux.


Je ne donnerai donc pas de chèque en blanc à François Hollande cet après-midi à l'Assemblée.


Je ne lui donnerai aucun satisfecit. Je ne le remercie pas de l'impasse dans laquelle il plonge la Grèce et l'Europe.


Je ne le remercie pas non plus de mobiliser l'Assemblée sur ce vote de diversion qui retardera d'autant les réformes indispensables au redressement de notre pays.


Yannick Moreau

Député Les Républicains de la Vendée littorale

0 commentaires

La crise agricole nécessite des actions urgentes

La situation des agriculteurs est plus que tendue. Les prix poursuivent leur chute et ne couvrent pas les coûts de production : sur la dernière année, le prix du lait payé au producteur est en recul de 13% ; le prix de la viande baisse avec une diminution record pour la viande de porc à hauteur de 17,6% ; le prix du blé est en repli de 14% notamment. Les charges restent élevées. La guerre des prix de la grande distribution pénalise les prix à la production. La trésorerie des agriculteurs vire au rouge. De plus, des maux français s'agitent; tout d'abord, l'inflation des normes, qui met à mal les résultats des exploitants agricoles et leur capacité d’entreprendre.


A côté, notre droit fait encore plus que ce que la règle européenne demande ; des obligations plus contraignantes sont introduites. Une réaction urgente du Gouvernement est nécessaire désormais.


L'appel à un grand débat national sur l’agriculture sera-t-il entendu ?


Cela afin qu’une nouvelle politique des prix soit mise en place et que les producteurs ne soient plus la variable d’ajustement ; cela afin de promouvoir l’origine France qui permettra de donner un nouvel avenir aux produits français soumis à des contraintes qui pénalisent les coûts de production ; cela afin d’établir une stratégie d’investissement de l’Etat en faveur de la modernisation et l’innovation dans les exploitations agricoles.


Le monde agricole a besoin de considération et d’actes, c’est urgent !

 

Angélique DELAHAYE et Jean-Pierre VIGIER

Secrétaires Nationaux à l’Agriculture

0 commentaires

Rapport sur Xynthia : l'heure n'est plus au commentaire mais à l'action

Yannick MOREAU, Député de la Vendée littorale, réagit à la publication du rapport du Sénat sur les suites de Xynthia. Il déplore vivement l’absence de travaux depuis cinq ans alors que des dizaines de kilomètres de digues auraient dû être confortées, rehaussées ou créées.


Selon lui, l’Etat n’a pas pris la mesure de la situation : « Tout se passe comme si rien ne s’était passé ».  Aucune mesure équilibrée de protection n’a été mise en place et la complexité extrême des procédures administratives paralyse l'action des maîtres d'ouvrage. Pourtant, l’évaluation préliminaire des risques d’inondation (EPRI) réalisée par l’État en 2012 révèle que près d’1 Français sur 4 est potentiellement exposé à un risque lié à la mer.


Sur la question des plans de prévention des risques littoraux (PPRL), Yannick MOREAU regrette que les paramètres d’évaluation du risque choisis arbitrairement par l’Etat soient aussi déconnectés de l’expérience humaine et de toute réalité connue.


S’agissant du financement des ouvrages de défense contre la mer, à force d’asphyxier les collectivités territoriales, on les prive progressivement de leur capacité à agir conformément aux responsabilités qui sont les leur et qui vont encore s'accroître avec la réforme de la décentralisation. L’enveloppe prévue par l’Etat de 500 millions d’euros est loin d’être suffisante pour traiter le linéaire de digues indiqué (1200 km).


Enfin, Yannick MOREAU s’étonne des commentaires de la député PS Sylviane BULTEAU sur les retards dans l’exécution des travaux :


« Qu’a-t-elle fait depuis 3 ans pour accélérer ces travaux et préserver les capacités d'investissement des collectivités locales alors que, dans le même temps, le Gouvernement Valls a achevé d'engluer les élus du littoral français et les propriétaires de digues dans un magma de procédures d'une complexité kafkaïenne».


Yannick Moreau

Député de la Vendée littorale

Secrétaire National Les Républicains chargé de la Mer 

0 commentaires

Abandon de l’A831 : un crime contre l’emploi !

Yannick MOREAU, Député de la Vendée littorale dénonce l’abandon du projet d’autoroute A831. Il s’agit, selon lui d’un mauvais coup pour notre territoire.

 

- Mauvaise nouvelle pour la Vendée et le Sud-Vendée : Les vendéens attendaient depuis des années l’aboutissement de ce projet pourtant vital pour l'économie et l'attractivité de la façade atlantique. Il représentait un espoir concret de développement pour un territoire très largement frappé par la crise et la désindustrialisation de notre pays. Après le retard de la rénovation de la ligne SNCF Saint-Gilles-Challans-Nantes, la Vendée doit face à un nouvel abandon de l’Etat.

- Mauvaise nouvelle pour la crédibilité des élus à porter des projets structurants pour l’avenir de leur territoire.

- Mauvaise nouvelle pour la crédibilité des gouvernants qui donnent et reprennent leur parole au gré du vent et des caprices de ministres qui jettent d'un trait de plume des dizaines de millions d'euros d'études à la poubelle.


L’abandon de l'Etat est un immense gâchis et un signal fort au terme duquel les territoires et les régions ne pourront demain compter que sur eux-mêmes pour se développer et porter des projets structurants. Avec Bruno RETAILLEAU, notre candidat d’union de la droite et du centre, nous proposerons notre vision ambitieuse de la région Pays de la Loire, capable de porter des projets structurants pour pallier ces renoncements et tourner nos territoires vers l’avenir.

 

Yannick MOREAU

Député de la Vendée littorale

Maire d’Olonne sur Mer

1 commentaires

[Communiqué de presse] GPA : Yannick MOREAU dénonce sa légalisation par la Cour de Cassation.



Communiqué de presse

 

GPA : Yannick MOREAU dénonce sa légalisation par la Cour de Cassation.

 

 

Yannick MOREAU, député de la Vendée littorale et membre de l'entente parlementaire pour la Famille, s'inquiète vivement de la décision de la Cour de cassation de Paris sur la Gestation par Autrui (GPA) qui autorise l'inscription à l'état civil des enfants nés par GPA à l'étranger, sous réserve d'un test de filiation biologique.

« Alors même que la pratique de la GPA est légalement interdite en France, la Cour de cassation ne peut orchestrer elle-même le contournement de la loi. Cette décision s’apparente à un coup d'état des juges qui prennent la place du législateur. Un sondage OpinionWay paru hier relevait que pour 65% des Français, une retranscription à l’état civil des naissances à l’étranger par GPA ouvrirait la voie à une légalisation. Cette décision légitime malheureusement l'exploitation de mères porteuses et la marchandisation du corps humain. » explique-t-il.

Yannick MOREAU dénonce une aliénation et un commerce du corps humain injustifiés et injustifiables aux yeux de la loi : Loin d'être des enfants apatrides et fantômes comme veut le faire croire Mme TAUBIRA, ces enfants ont la nationalité et l'état civil de leur pays de naissance.

« Un signal extrêmement préoccupant est donné par la Cour de cassation. C'est une forme de tentative de légalisation masquée d'une pratique contraire aux droits de l'Homme et de l'Enfant » ajoute Yannick MOREAU, qui rappelle l'influence de la CEDH dans cette dérive.

« En juin 2014, la Cour Européenne des Droits de l'Homme avait déjà demandé à la France d'inscrire à l'état-civil les enfants nés de GPA à l'étranger, et ce, au mépris des principes fondamentaux du droit français qui consacre l' "indisponibilité" du corps humain ».

Yannick MOREAU condamne cette tentative de détournement de la loi et cette pratique qui asservit la femme à des intérêts économiques.

La France doit lutter par tous les moyens contre la GPA et promouvoir la dignité et le respect de toutes les femmes.

Notre pays doit résister aux injonctions des fossoyeurs de la dignité des femmes et aux esclavagistes du XXIème siècle qui se moquent de l'exploitation de la misère humaine à laquelle conduise la location des ventres des femmes.

Manuel VALLS doit tenir ses engagements d'octobre 2014 sur la promotion d'une initiative internationale de lutte contre la GPA. Le Premier ministre doit également, sur le territoire national, défendre bec et ongle l'interdiction et la non-reconnaissance totale des mères porteuses et de ses effets.

Cette pratique pseudo-moderniste est indigne du pays des droits de l'Homme.

 

 

Yannick MOREAU
Député de la Vendée littorale
Membre de l’Entente parlementaire pour la Famille

0 commentaires

TNT

Alors que les avancées technologiques ne cessent de progresser en développant le très haut débit mobile et la télévision numérique terrestre (TNT), certaines zones du territoire français, et notamment certains secteurs de la Vendée, demeurent à l’écart.


Force est de constater qu’il est difficile, pour certains de nos concitoyens, de bénéficier d'une réception de bonne qualité de la TNT.


Il est important de palier cette inégalité manifeste afin que la technologie actuelle soit accessible à tous les citoyens, avant d’envisager de nouvelles évolutions technologiques.


Aussi, au nom de l’égal accès de tous les citoyens aux services publics, suis-je intervenu lors de la Commission des affaires économiques du 10 juin 2015. J’ai fait valoir la nécessité que tout citoyen puisse bénéficier d’une bonne réception de la TNT.


Ce à quoi Madame Corinne ERHEL, députée socialiste et rapporteur, a répondu qu’elle proposerait à la Commission d’adopter un amendement « visant à préciser que l’aménagement du territoire doit être pris en compte dans le cadre de toute procédure d’attribution de fréquences ». Par ailleurs, Madame ERHEL a signalé qu’elle en ferait part à la Commission des affaires culturelles qui doit auditionner le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel.


Vous trouverez, en cliquant sur ce  lien, la vidéo de mon intervention lors de la Commission.

0 commentaires

Bilan de mon activité de député

Lors de mon élection en tant que député de la Vendée littorale en juin 2012, je m’étais engagé à rendre régulièrement compte aux habitants de la circonscription de mon activité parlementaire.

 

Depuis, je m’efforce de publier régulièrement des informations par le biais des réseaux sociaux, d’une newsletter et de mon site internet (yannickmoreau.fr). Les élus ont besoin de rester au contact direct de leurs concitoyens, et ceux-ci d’avoir un lien direct avec leur député.

 

A l’occasion de la moitié de mon mandat, voici un bilan de mon activité de député. Vous y trouverez les priorités qui guident mon action et mes principales interventions à l’Assemblée Nationale. Vous trouverez également le bilan de l’action du groupe UMP- Les Républicains auquel j’appartiens.

 

N’hésitez pas à me faire part de vos réactions auxquelles j’accorde une grande importance.

 

Vous pouvez compter sur mon énergie, ma disponibilité et mon enthousiasme pour continuer à servir la Vendée littorale et apporter ma pierre au redressement de notre pays.

Télécharger
Bilan mi-mandat Yannick Moreau
Bilan mi-mandat YM.pdf
Document Adobe Acrobat 2.3 MB
0 commentaires

Après en avoir délibéré hier soir, la ville d'Olonne met sur la table de l'union des communes :

Après en avoir délibéré hier soir, la ville d'Olonne met sur la table de l'union des communes :


1 PROPOSITION de projet pour la commune nouvelle et 1 PROPOSITION de "rendez-vous" au 1er JANVIER 2018 pour fusionner et créer la commune nouvelle des Sables d'Olonne, réunissant en une seule commune Olonne, Le Château et Les Sables d'Olonne.


Ce sont 2 propositions pour AVANCER.


Libre aux communes partenaires de les retenir, de les corriger, ou d'en faire de nouvelles.


L'essentiel est d'avancer. Qui n'avance pas recule.


Pour travailler collectif et pour unir nos communes le 1er janvier 2018, la ville d'Olonne sera au rendez-vous !


Je profite de ce statut pour saluer, une fois n'est pas coutume, l'attitude positive et constructive de l'opposition socialiste d'Olonne sur Mer qui, POUR LA PREMIÈRE FOIS, ne s'est pas opposée à la fusion, ni au projet présenté, ni au calendrier proposé.


C'est une prise de position inédite qui pourrait utilement inspirer les élus socialistes des Sables d'Olonne et du Château d'Olonne. Cela leur permettrait par cette occasion d'être pleinement en phase avec le gouvernement de notre pays qui promeut et encourage les fusions et les créations de commune nouvelle. 

0 commentaires

Occupation illégale par les gens du voyage : ma question au Premier Ministre

Voici ci-dessous la question que j'ai posé aujourd'hui à M. le Premier Ministre :

 

"Ma question s'adresse à Monsieur le Premier Ministre,

 

Avec les beaux jours, les gens du voyage voyagent, et " pas seulement pour aller voir des matchs de foot ".

 

En Vendée comme ailleurs, la grande majorité des collectivités prend soin de respecter les obligations légales en matière d'accueil.

 

Pourtant, chaque été, la situation est explosive tant les occupations illégales de terrains se multiplient au mépris des lois et des efforts consentis pour accueillir dignement les "grands rassemblements" estivaux.

Tout se passe alors comme si les gens du voyage avaient tous les droits, et les habitants des communes qui les accueillent juste le droit de subir et de payer ces occupations sauvages.  Tout se passe comme si certains Français étaient plus égaux que d’autres !

 

L’exaspération grandit chez les Français qui demandent plus d'équité et de rapidité dans les procédures, plus de devoirs pour les gens du voyage, et plus de droits et de moyens de défense pour les collectivités qui les accueillent.

 

C'est le sens de deux propositions de loi que ma collègue Annie GENEVARD et moi-même avons, au nom des Républicains, déposées sur le bureau de l'Assemblée nationale.

 

Ce n'est malheureusement pas le sens de la Proposition de loi socialiste dont nous allons débattre cet après-midi.

Au lieu de prévoir de raccourcir vraiment les procédures et de majorer les sanctions des occupations illégales, la proposition socialiste, prévoit toujours plus de droits pour les gens du voyage et toujours plus d'obligations et de dépenses pour les communes.

Monsieur le Premier Ministre, arrêtez de matraquer les maires de contraintes et de dépenses obligatoires nouvelles. Faites confiance aux maires de France !

 

Donnez leur les moyens de lutter, à armes juridiques égales, contre les occupations sauvages afin de garantir la propriété privée, la tranquillité publique, et l'ordre républicain.

 

Monsieur le Premier Ministre, pour que prévale l’équilibre entre les droits et les devoirs, le Gouvernement entendra-t-il les propositions des Républicains ?"

À l'issue de cette séance de Questions au Gouvernement , j'ai tenu une conférence de presse avec ma collègue Annie GENEVARD, afin de présenter la proposition de loi que nous avons déposé ensemble à l'Assemblée nationale.

0 commentaires

MESSAGE A L’OCCASION DE LA JOURNEE NATIONALE D’HOMMAGE AUX « MORTS POUR LA FRANCE » EN INDOCHINE

Photo de Pierre Ferrari
Photo de Pierre Ferrari

Le 8 juin 2015

 

En cette journée nationale dédiée aux « morts pour la France » en Indochine, notre pays a, une fois de plus, rendez-vous avec son histoire et sa mémoire combattante.

 

En près de 15 ans de combats, de 1940 à 1954, les soldats d’Indochine ont laissé derrière eux une trace indélébile de bravoure et d’abnégation.

 

Sur cette terre lointaine, des soldats de toutes les armes, des légionnaires, des coloniaux, des tirailleurs, des gendarmes, des marins, des aviateurs, des médecins, des infirmières, ont lutté avec un dévouement indéniable pour préserver l’honneur de notre pays.

 

Face à l’occupant japonais de 1940 à 1945, ils ont maintenu la présence française en Indochine. Il y a 70 ans, à l’issue du coup de force japonais mené le 9 mars 1945 sur les garnisons françaises, tandis que certains d’entre eux réussissent à se replier en Chine, d’autres sont fait prisonnier et exécutés. C’est à tous ceux-là qu’un hommage fut rendu en 1952 lorsque Edmond Grethen, grande figure de la Résistance indochinoise, fusillé à Thakhet le 16 mars 1945, fut inhumé au Mont-Valérien.

 

Contre le Vietminh, de 1946 à 1954, des combattants venus de France, d’Europe, d’Afrique du Nord et d’Afrique Noire, ont été engagés, aux côtés de leurs frères d’armes indochinois, dans des conditions extrêmes/ Ils ont lutté dans la boue des rizières, sur le sommet d’un piton calcaire, sur une piste forestière ou dans un petit poste isolé, contre un ennemi insaisissable et toujours mieux armé.

 

Ils étaient guidés par un sens du devoir et une foi infaillible en la France.

 

Les assauts, les embuscades ou les combats au corps à corps, n’ont pourtant constitué que le début de leur calvaire. Pour les survivants des derniers combats, ce furent ensuite les camps de rééducation politique, dont plus des trois quarts des prisonniers ne revinrent jamais.

 

Ce courage dont ont fait preuve les combattants d’Indochine est à ériger en exemple.

 

En cette journée nationale, souvenons-nous qu’ils furent les premiers d’une très longue lignée de soldats à intervenir loin du sol de France. Ils menèrent leur mission avec une volonté qui force le respect.

 

Aujourd’hui comme hier, sur les différents théâtres d’opérations où ils sont engagés, nos soldats défendent la République française et ses valeurs avec courage et professionnalisme. Ils accomplissent leurs missions avec une détermination qui fait honneur à leurs aînés, à l’histoire qu’ils ont écrite et à la nation toute entière.

0 commentaires

Communiqué de Presse de l’Association nationale des élus du Littoral (ANEL)

Communiqué de presse suite au conseil d'administration de l'Association nationale des élus du littoral (ANEL) : mobilisation et renforcement des moyens maritimes de la France.

Télécharger
Communiqué de presse de l'ANEL
Communiqué de Presse de l'Association n
Document Adobe Acrobat 227.0 KB
0 commentaires

Suppression de la taxe de mouillage au Sénat, une bonne nouvelle pour l'UMP.

Yannick MOREAU, député de la Vendée littorale et délégué national à la Mer et à la Pêche de l’UMP, se réjouit de la suppression de la taxe mouillage au Sénat.


La suppression de cet amendement du projet de loi NoTRe, votée en commission, a été confirmée ce matin par les sénateurs.


« Ce dispositif imaginé par le Gouvernement socialiste est en réalité un nouvel impôt déguisé. Il entraînerait des conséquences désastreuses pour l’équilibre économique de nos littoraux. » souligne Yannick MOREAU.

 

« Cette "taxe mouillage" viendrait s’ajouter aux 360 autres taxes qui minent notre pays et rendent de plus en plus utopique un véritable retour à la croissance. Encore une fois, les socialistes n’ont d’autre programme que le matraquage fiscal, en contradiction totale avec l’engagement de François HOLLANDE de ne pas créer de nouveau impôts » souligne Yannick MOREAU.


« Alors que la Mer représente un formidable levier de croissance, le Gouvernement fait peser une vraie menace sur nos côtes, en risquant très clairement de tarir le tourisme populaire, les loisirs des classes moyennes et de fragiliser l'excellence de la filière nautique. Nous serons vigilants lors du retour de ce texte à l'Assemblée nationale » ajoute Yannick MOREAU.


« Avec mes collègues députés UMP, et en particulier Yves FOULON et Marc LE FUR, nous continuerons à nous battre contre cette vision punitive et négative de l’écologie, que l’on retrouve également dans la loi de transition énergétique. » conclut Yannick MOREAU.


Yannick MOREAU

Député de la Vendée littoral

Délégué national UMP à la Mer et à la Pêche

0 commentaires

Projet de loi de transition énergétique : j'ai voté contre.

La transition écologique pourrait être une opportunité pour l'économie et pour l'environnement de notre pays.


Mais la gauche au pouvoir a décidé d'en faire l'objet de luttes idéologiques qui remettent en cause notre indépendance énergétique. Sur le dos des entreprises et des contribuables, qui seront encore et toujours les victimes de ceci.


Pourtant, les députés et les sénateurs de l'opposition ont fait des propositions claires, concrètes, pragmatiques, comme l'objectif "zéro charbon 2020", la stabilisation du potentiel nucléaire français -protectrice du pouvoir d'achat des Français-, une diminution de la part de l'énergie fossile dans le mix énergétique français pour la passer de 66 % à 50% en 2050, ou porter à 20% (contre 13% aujourd'hui) la part de l'électricité issue des énergies renouvelables d'ici 2020.


La gauche a choisi des seuils et des calendriers inatteignables. C'est pour cela qu'avec mes collègues députés j'ai voté contre aujourd'hui à l'Assemblée nationale.

0 commentaires

Yannick Moreau appelle les Vendéens à soutenir les Républicains

Six mois après l’élection de Nicolas Sarkozy à la présidence de l’UMP, notre famille politique s’est rassemblée pour se doter d’un nouveau nom, de nouveaux statuts et d’un mode de fonctionnement dans lequel tous les adhérents auront leur mot à dire pour choisir leurs présidents et surtout la ligne politique du mouvement.


Tous les Vendéens adhérents de l’UMP sont invités à voter du jeudi 28 mai à 8h au vendredi 29 mai à 18h et à participer au congrès fondateur des Républicains.


Yannick Moreau invite toutes les Vendéennes et tous les Vendéens qui veulent donner un nouvel élan à la droite française à s’engager au sein des Républicains et ainsi à participer à la reconquête de la Région des Pays de la Loire, première étape de la reconquête et du redressement de notre pays.


Pour relever la France, redonner de l’espoir aux demandeurs d’emploi comme aux entrepreneurs, il faut un changement radical de cap à la tête de la France.

Aucun changement de cap durable ne serait possible sans la construction d’une grande famille politique moderne visant à promouvoir l’essentiel de ce qui nous rassemble. Ne restons pas spectateurs du déclassement de la France, engageons-nous et adhérons aux Républicains.



Yannick MOREAU

Député de la Vendée littorale

0 commentaires

Yannick MOREAU, Député de la Vendée littorale, se réjouit du retrait des secteurs supplémentaires d’implantation des 2 parcs d’éoliens maritime au large des

Yannick MOREAU, Député de la Vendée littorale, se réjouit du retrait des secteurs supplémentaires d’implantation des 2 parcs d’éoliens maritime au large des côtes vendéennes.


Cet abandon va dans le sens des nombreuses contestations et inquiétudes défendues notamment par le Comité Régional des Pêches et les collectivités vendéennes.

 

Pour Yannick Moreau : « Si la Vendée littorale adhère à une dynamique nationale de développement d’énergie éolienne off shore à travers un projet concerté et circonscrit au large des deux îles, je le dis clairement, la Vendée littorale n’a pas vocation à accueillir toutes les éoliennes maritimes de France et de Navarre. »

0 commentaires

« Le Budget 2015 de la France est déjà périmé : vite, réagissons : »

Le Gouvernement a présenté la semaine dernière ses engagements économiques envers la Commission européenne par le « Programme de stabilité pour les années 2015 à 2018 ». Cette feuille de route ne garantit pas du tout la sincérité et donc la crédibilité de la nouvelle trajectoire des finances publiques. La raison en est simple : l’absence de courage et les petits arrangements internes à la veille du prochain Congrès du Parti socialiste.  

 

Le Gouvernement a ainsi décidé de revoir à la baisse ses prévisions de croissance pour les années 2016 à 2018 et ce, malgré un contexte extérieur pourtant favorable au redémarrage de l’activité économique. La brillante réélection de David CAMERON en atteste : 3% de croissance et une baisse du chômage de 8,3% à 5,4% ; avec 1,8 millions d’emplois créés quand le chômage dans notre pays stagne à 10%.

 

Alors que nos voisins européens ont fait les réformes de structures internes nécessaires au redécollage de leur économique, les hiérarques de la rue de Solférino poursuivent les réformes cosmétiques et les effets d’annonce. Cette annonce de baisse de la croissance trahit un éclair de lucidité (ou de cynisme ?) plus que de courage politique.

 

Les incertitudes sont tellement nombreuses, aussi bien du côté des recettes aléatoirement estimées que des dépenses qui ne cessent d’augmenter, que le budget voté pour 2015 est « déjà obsolète » comme l’indiquait le président UMP de la Commission des Finances,  mon collègue Gilles CARREZ.

 

Les exemples sont nombreux, comme les nouvelles dépenses dans le cadre de la lutte contre le terrorisme (l’extension du plan Vigipirate par l’opération « Sentinelle » mobilise ainsi 10.000 soldats avec un coût d’un million d’euros par jour), mais aussi les annonces sur le service civique, ou encore de la loi « Macron » qui ne font l’objet d’aucun financement identifié.

 

Par ailleurs, les faibles économies annoncées ne sont que des « baisses de la hausse », et ne font que compenser l’absence d’inflation. Ces annonces sont par ailleurs tendancielles, c’est-à-dire qu’elles reposent sur des opportunités (dividendes de l’Etat, ventes d’éléments du patrimoine immobilier national…) et ne sont donc pas des réponses adaptées ni durables.

 

Le Gouvernement a fait le choix de l’évitement et de l’opacité budgétaire en permanence. Il est pourtant urgent de procéder très rapidement à l’examen au Parlement d’un Projet de loi de finances rectificatives, afin de connaître et débattre publiquement de ces nombreux dérapages budgétaires (coût de la masse salariale de la fonction publique, coût de la politique migratoire et de l’asile récemment sanctionnée par la Cour des Comptes, sous-budgétisation permanente du coût véritable des OPEX) qui pèseront sur les générations futures.

 

Savez-vous que chaque Français est actuellement redevable d’une dette de 34.000 € dès sa naissance ? Cette situation n’est plus possible.

 

Notre vigilante et notre opposition déterminée lors de l’examen des Projets de loi de finances pour 2016 et 2017 ne pourront hélas suffire à corriger toutes ces erreurs : la droite courageuse, quand elle aura retrouvé la confiance des Français, devra procéder aux nombreuses réformes de structures dont notre pays a un besoin VITAL.

0 commentaires

Yannick MOREAU, député de la Vendée littorale, dénonce l’entêtement du Gouvernement sur le projet de réforme du collège, et demande son retrait.

Pour Yannick MOREAU, « il s’agit d’une obstination déraisonnable de Mme VALLAUD-BELKACEM alors que tous les voyants sont au rouge. Cette réforme part d’un postulat idéologique selon lequel l’école est un lieu d’effacement des différences alors qu’il est celui qui permet de les corriger par le travail et le mérite. Au nom d’une lutte contre l’élitisme et avec un jargon pédagogiste ridicule, cette réforme revient surtout à un gigantesque nivellement par le bas ».

 

Pour le député de la Vendée littorale, qui rencontre régulièrement des professeurs et des directeurs d’établissements : « la multiplication des annonces et des contre-annonces donne le tournis. Personne ne peut travailler dans ces conditions. Aucune transmission des savoirs n’est possible quand il faut sans cesse jongler avec les nouvelles organisations et les programmes ».

 

Concernant les programmes d’Histoire, Yannick MOREAU regrette particulièrement les choix visant à rendre optionnels des époques particulièrement importantes de l’histoire de France comme le Moyen-Age chrétien ou les Lumières : « tout est fait comme si le gouvernement voulait créer des générations de déracinés » déplore-t-il.

 

« A quoi sert-il de créer une « réserve citoyenne de l’Education nationale » si les fondamentaux de l’enseignement et de la connaissance ne sont pas assurés ? » s’interroge Yannick MOREAU.

 

Il pointe les risques dramatiques que représenterait ce nouveau coup porté à l’école : chômage, exclusion sociale, radicalisation.

 

« François HOLLANDE promettait de faire de la jeunesse sa priorité. Ce projet de réforme du collège, qui coïncide avec la publication des chiffres d’apprentissage en recul de 13% au 1er trimestre 2015, montre au contraire qu’il s’agira d’un génération sacrifiée si nous ne corrigeons pas rapidement le cap » indique Yannick MOREAU.

 

Yannick MOREAU appelle ainsi solennellement le gouvernement à revenir sur ce projet néfaste pour la jeunesse, pour la cohésion nationale et pour la France.

 

Yannick MOREAU

Député de la Vendée littorale

 

0 commentaires

Les Républicains

Le 30 mai prochain, les adhérents de l’Union pour un Mouvement Populaire seront appelés à choisir le nouveau nom de leur formation politique à l’occasion d’un grand Congrès de refondation.

 

Cette occasion est historique et il faut la saisir.

 

Jeune député, élu sans investiture ni étiquette en juin 2012, j’ai fait l’apprentissage de la fonction de parlementaire pendant quelques mois en tant que « non inscrit ». Je me suis rendu compte que, dans ma situation, pour défendre efficacement un territoire et des convictions, l’appartenance à un groupe parlementaire et à une grande famille politique était indispensable pour être pleinement utile.

 

Ce constat m’a fait adhérer, le 18 juin 2013, à l’UMP.

 

Le choix de la date n’était pas anodin.

 

Malgré les difficultés internes que connaissait la grande formation politique de la droite et du centre-droit de notre pays, j’avais décidé de « me remonter les manches » et de m’engager pour changer les choses.

 

La situation de la France, terriblement abîmée par la gauche depuis des décennies de guerre culturelle et depuis 2012 par la présidence de François HOLLANDE, nécessite une réaction forte et courageuse. C’est cela qu’attendent nos millions de compatriotes exaspérés par la montée du chômage, du fiscalisme et des violences. Les Français n’en peuvent plus de voir notre pays piétiné, notre identité malmenée et les repères fondamentaux de notre civilisation battus en brèche.

 

La responsabilité des hommes et des femmes de bonne volonté qui veulent proposer un autre avenir pour la France est immense.

 

C’est conscient de la gravité de cette situation que je m’engage aujourd’hui pour soutenir le changement proposé par Nicolas SARKOZY, qui sera une véritable refondation de notre famille politique.

 

Parce que je crois profondément que la politique n’est pas qu’une question de chiffres, je mesure combien sont importants les symboles. Un nom c’est une bannière. Le nôtre doit être clair, net, sans ambiguïté, pour rassembler tous les Français dans le commun combat pour la patrie.

 

A deux ans de l’élection présidentielle, « la mère des batailles », nous devons conforter les magnifiques victoires locales de 2014 et 2015 par ce travail de reconquête de la confiance de nos concitoyens.

 

Le nom proposé, « Les Républicains », fait écho à ce qui nous rassemble : la « res publica », la chose publique, c’est-à-dire la promotion du Bien Commun. A l’heure où une entreprise de démolition systématique de nos racines, avec par exemple la volonté de supprimer le grec et le latin de nos collèges, cette réaffirmation de ce qui nous rassemble est salutaire.

 

Ce nom, c’est également rappeler notre engagement total pour que chaque Français puisse vivre, s’épanouir, travailler en se sachant en sécurité et en liberté dans son pays. Nos institutions doivent garantir que la liberté, mérite, l’autorité, le respect, le bon fonctionnement de la Justice sont des valeurs essentielles pour la pérennité d’une communauté nationale.

 

Mais au-delà d’un nom, c’est bien l’énergie et le dévouement des militants, des cadres et des élus de notre mouvement qui sera essentielle pour préparer l’alternance. Avec la même conviction, je poursuivrai mon engagement, en Vendée mais aussi sur les questions de « Mer et de Pêche », pour contribuer à faire vivre « Les Républicains ».

 

Je voterai le 30 mai prochain pour la refondation de ma formation politique et le nouveau nom proposé par Nicolas SARKOZY.

0 commentaires

6 mai 2015 : Triste anniversaire pour la France

Pour Yannick MOREAU, Député de la Vendée littorale, les trois ans de l’accession de François Hollande à l’Elysée sont un bien triste anniversaire pour la France. Dans tous les domaines, cette présidence est un terrible échec.

 

-          Echec économique : Alors que la situation économique de notre pays continue de se dégrader régulièrement, jamais l’esprit d’entreprise n’a été à ce point asphyxié, jamais les promesses répétées de croissance, d’emploi et de désendettement n’ont été exaucées. Au contraire, on compte près de 600.000 nouveaux demandeurs d’emploi depuis trois ans, atteignant le triste nombre de 5,3 millions de nos compatriotes au chômage.

-          Echec de l’autorité de l’Etat : L’Etat est chaque jour affaibli un peu plus par l’idéologie laxiste qui flotte à son sommet, et la société régulièrement déstructurée par les atteintes à l’éducation, à la famille, à nos valeurs. Jamais notre pays n’a été aussi divisé, et pourtant le Président de la République continue de faire comme si de rien n’était.

-          Echec pour le rayonnement de notre pays : Jamais la voix de la France n’a été aussi faible dans le monde. Qu’il s’agisse du refus d’honorer la livraison des bâtiments Mistral construits à Saint Nazaire, de l’attitude va-t-en-guerre en Syrie heureusement stoppée, du ralentissement du couple franco-allemand ou franco-britannique, ces choix diplomatiques pris sous la précipitation ne donnent pas une bonne image de notre pays qui voit ainsi son influence et son indépendance s’étioler.

 

Face à ce triple échec, l’opposition a le devoir de préparer l’alternance pour redonner une espérance à la France et aux Français. Elle doit proposer un cap précis en rupture avec le socialisme. C’est dans cette perspective que s’engage modestement Yannick MOREAU. Il appelle à s’engager et à œuvrer résolument, chacun à sa place, au sein de l’UMP ou des Républicains, à la reconstruction de la droite française et de notre pays.

 

 

Yannick MOREAU

Député de la Vendée littorale

0 commentaires

Tout n’est pas toujours bon dans le cochon.

Quelle nouvelle espèce de mouche venimeuse a donc bien pu piquer Hervé Pillaud pour se fendre d’un article aussi acide dans La Vendée agricole de la semaine dernière ?


Si je peux comprendre le plaisir que l’on peut éprouver à brocarder un député – il m’arrive parfois de céder moi-même à la tentation en apostrophant des députés socialistes ou écologistes – je ne suis pas sûr que ce soit le meilleur moyen pour un vice-président de la FDSEA de faire avancer notre objectif commun : défendre l’agriculture vendéenne et française.


Et pourtant les combats ne manquent pas tant les agriculteurs croulent sous les normes, les contraintes, et les changements de politique qui rendent l’exercice de leur profession extrêmement difficile et illisible. L’agriculture vendéenne a su relever nombre de défis au cours des décennies qui viennent de s’écouler. Elle a su s’adapter, gagner en compétitivité, en qualité, tout en diminuant chaque jour davantage son empreinte sur l’environnement dont les agriculteurs sont les premiers acteurs et souvent défenseurs. Depuis trois ans que je suis élu député de la Vendée littorale, je me suis souvent mis au service de la profession pour demander au gouvernement d’infléchir ou d’éclaircir des prises de position, ou encore pour déposer et défendre des amendements plus justes que le projet de loi initial de « modernisation de l’agriculture ». Ensemble, avec les autres parlementaires vendéens et les représentants de la profession agricole, il me semble que nous avons travaillé avec cœur et dans un esprit collectif au service de tous les agriculteurs.


Alors de quoi suis-je accusé dans les colonnes de la Vendée agricole de la semaine dernière ? Simplement d’avoir un point de vue différent sur le développement de l’industrie agricole porcine en Vendée en général, et sur le littoral en particulier. Mais mes inquiétudes ne datent pas d’aujourd’hui. Déjà en 2010, le conseil municipal d’Olonne que je préside avait, à l’unanimité, émis un avis défavorable sur le projet de Poiroux car il est proche du littoral, au cœur d’un réseau hydraulique dense (comprenant la Vertonne qui irrigue le marais d’Olonne et Les Sables d’Olonne) de plusieurs rivières qui se jettent dans la mer entre Longeville et Brétignolles. Depuis, ce projet a reçu toutes les autorisations nécessaires et même une décision de justice favorable. Comme je l’ai dit publiquement au cours des dernières semaines, y compris à Brice Guyau lors de l’assemblée générale départementale des chasseurs, je suis légaliste, je respecte les décisions qui ont été prises et, contrairement à d’autres, appelle clairement à l’obéissance civile.


Pour autant, est-il permis dans notre pays d’avoir des opinions différentes et d’exprimer des inquiétudes ? A-t-on le droit de s’interroger sur la transposition en Vendée littorale du modèle agro-industriel breton ? Peut-on s’inquiéter légitimement de la concentration de 900 truies, mais aussi de quelques 20 000 porcelets par an, aux abords immédiats de sources de rivières littorales ? Est-ce bien le bon emplacement ? Toutes les précautions ont-elles bien été prises ? Cette grosse concentration de truies, de porcelets et de lisier ne présente-t-elle pas de risque de surconcentration de nitrates alors que les collectivités littorales, communes et communautés de communes, dépensent déjà beaucoup d’énergie et d’argent public pour lutter contre l’arrivée et le développement d’algues vertes sur notre beau littoral ? Le problème c’est que les algues vertes sont déjà bien présentes sur nos côtes et que nous devons prendre d’infinies précautions pour éviter qu’elles ne se développent davantage. Au final, Le littoral vendéen est-il le meilleur endroit pour voir se multiplier les implantations et les extensions de porcheries ?


N’en déplaise à la plume acide d’Hervé Pillaud que j’apprécie par ailleurs pour son engagement total au service de l’agriculture vendéenne et de son image, je ne suis pas le député de la FDSEA mais celui des 135 000 habitants de la 3ème circonscription de Vendée, des ostréiculteurs, des agriculteurs, des artisans, des commerçants, des salariés, des entrepreneurs, des pêcheurs, des professionnels du tourisme, de l’habitat, du bâtiment, du nautisme… A ce titre, je suis comptable de l’équilibre entre les différentes activités économiques qui font vivre notre territoire. Le pire serait d’opposer développement de l’économie touristique et développement de l’économie agricole et agro-alimentaire alors que, de longue date, et malgré le poids des normes et des contraintes, nous étions collectivement parvenus à les concilier. Protégeons cet équilibre fragile qui fait vivre et battre le cœur de la Vendée.

Ne cédons pas à la tentation des divisions, des caricatures et des invectives. C’est ensemble, représentants professionnels agricoles et élus, que nous réussirons à relever les défis de l’agriculture du XXIème siècle.


Yannick Moreau

Député de la Vendée littorale

0 commentaires

Pourquoi j'ai voté contre le projet de loi Santé

0 commentaires

Fusion des communes des Olonnes : CHICHE JOËL !

A trois reprises, les trois équipes municipales du Pays des Olonnes se sont exprimées clairement et de manière univoque en faveur de l’union des communes :

 

· tout d’abord dans leur programme électoral respectif,

· ensuite lors de la motion co-rédigée et adoptée concomitamment par nos conseils municipaux le 13 octobre 2014,

· et enfin plus récemment en février 2015 lors de l’adoption par le conseil communautaire du schéma de mutualisation.


Le projet que Joël Mercier appelle de ses vœux pour pouvoir consulter les Castel-Olonnais sur l’union des communes, nos équipes municipales y travaillent au sein d’un groupe de réflexion mis en œuvre à mon initiative depuis le début de l’année.


Il est plus que temps d’accélérer le processus.


« Pas de date de consultation sans projet » rappelle Joël Mercier dans l’article consacré au bilan de sa première année de mandat dans Ouest France ?


Eh bien Chiche Joël !


Organisons un séminaire de travail, isolons-nous pendant une semaine entière en libérant nos agendas de toute autre contrainte et ensemble, Sablais, Castel-Olonnais et Olonnais, rédigeons ce projet avant l’été.


Qui pourrait raisonnablement prétendre que les maires des trois communes, épaulés par leurs équipes municipales, ne seraient pas en mesure de mener à son terme un tel travail dans ce délai ?


Sur la base de ce projet, les élus castel-olonnais pourraient consulter leur population à l’automne 2015 pour une union au 1er janvier 2016.


Ce calendrier est respectueux, réaliste et pragmatique.


· Il est respectueux des engagements de chacune des trois équipes municipales.

· Il est réaliste car aucune contrainte légale ou matérielle ne peut s’y opposer.

· Il est enfin pragmatique car, en application de la récente loi du 16 mars 2015, il permettra à la commune nouvelle créée au plus tard le 1er janvier 2016 et issue de l’ensemble des trois communes membres de la même communauté de communes, d’enrayer le désengagement financier de l’Etat et de conserver, sur les trois prochaines années, une somme de plus de 6 millions d’euros de dotations.


Aucun élu responsable, aucune commune respectueuse de ses contribuables et quelle que soit la santé de ses finances, ne peut décemment faire l’impasse sur cette mesure financière inespérée et inattendue.


Nous serions coupables de ne pas essayer de bénéficier de la dot que l’Etat veut apporter au mariage des trois communes du Pays des Olonnes.


Alors, Joël, Didier, chiche ! A nos agendas !


Yannick Moreau

Maire d’Olonne sur Mer

Président de la Communauté de Communes des Olonnes

0 commentaires

Yannick MOREAU rejoint l'équipe dirigeante de l'UMP et devient "Délégué national à la Mer et à la Pêche"

Nicolas SARKOZY, Président, et le bureau politique de l’UMP ont confié à Yannick MOREAU, Député de la Vendée littorale, la responsabilité de Délégué national chargé de la Mer et de la Pêche. Il s’agit d’un symbole important qui réaffirme l’ambition maritime de cette formation politique.


En tant que Délégué national à la Mer et à la Pêche, Yannick MOREAU intègre l’équipe dirigeante du parti et devient membre de la Commission Exécutive (COMEX), organe restreint de la direction exécutive de l’UMP qui se réunit toutes les semaines au Siège national.


En tant qu’élu de Vendée, un territoire qui concentre la plupart des problématiques maritimes (4e rang des départements de pêche français, plan de prévention des risques littoraux, énergies marines, granulats marins…), et membre du bureau de l’ANEL (association nationale des élus du littoral) Yannick MOREAU a été désigné pour être l’interlocuteur, pour l’opposition, de l’ensemble des acteurs et des professionnels de la mer, qu’il rencontrera dans les mois à venir, et contribuer à la préparation d’un projet sur ces thématiques. Ce travail permettra ainsi d’apporter des analyses et des propositions pour la 21e conférence Climat du 30 novembre au 15 décembre 2015 à Paris.


Il s’agit d’une réelle opportunité pour la droite française d’affirmer la dimension stratégique des différents sujets liés à la mer (Economie Maritime – 300.000 emplois directs, croissance bleue, pêche, construction navale, problématique du littoral, recherche scientifique, loisir, développement des énergies maritimes, diplomatie, souveraineté…). Dans ses fonctions, Yannick MOREAU se donne comme mission de faire de la Mer « un poumon bleu » au sein du projet présidentiel de l’UMP.


Pour Yannick MOREAU, « la mer est un enjeu d’avenir considérable qui concentre une infinité d’opportunités pour l’avenir économique et écologique de notre pays. La mer n'est pas seulement le berceau de la vie, le miroir de nos rêves, la mer est l'avenir de la terre. »


Yannick MOREAU

Député de la Vendée littorale

Délégué national UMP à la Mer et à la Pêche

0 commentaires

Légalisation des Salles de Shoot : ce que le Gouvernement a refusé de répondre aux députés de l’opposition !

Obnubilé par la satisfaction des lobbies aux salles de shoot, le gouvernement de Monsieur VALLS et de Madame TOURAINE  a balayé d’un revers de main toutes les questions et les inquiétudes légitimes des députés de l’opposition hier à l’Assemblée nationale.

 

Refusant tout dialogue constructif avec l’opposition, le Gouvernement a par exemple rejeté, sans expliquer ce qui fonde son refus, les amendements portés par le député Yannick MOREAU visant à développer les containers de récupérations de seringues usagées, mais également le financement des communautés thérapeutiques permettant un accompagnement vers la sortie de l’addiction ou encore le développement des séminaires de prévention auprès des jeunes par des personnes dépendantes aux produits stupéfiants désormais abstinentes.

 

Par cet article 9 du projet de loi de santé, le Gouvernement choisit donc de se taire volontairement sur  la nécessité d’une politique ambitieuse de lutte contre le fléau de la drogue et refuse de faire de la prévention de la drogue une priorité auprès de notre jeunesse.

 

L’examen à l’Assemblée nationale de l’article 9 légalisant les Salles de Shoot n’apporte donc aucun soutien aux centres de désintoxication et aux communautés thérapeutiques qui sont les seuls moyens efficaces de sortir les toxicomanes malades, dépendants de la drogue, de l’enfer de leur addiction.

 

« Les dizaines de millions d’euros qui vont être consacrées à ouvrir partout en France des salles de shoot vont donc assez largement manquer leur cible et concrètement ne sortiront pas un seul toxicomane de l’enfer de la consommation de drogue » indique Yannick MOREAU.

 

Les 105 députés signataires de la résolution parlementaire contre les « Salles de Shoot » portée par Yannick Moreau placent désormais tous leurs espoirs dans le travail des sénateurs pour revenir sur ce projet de loi et corriger les erreurs de cible du gouvernement de Monsieur Valls et de Madame Touraine. L’opposition parlementaire ne manquera pas de saisir le Conseil Constitutionnel si cette funeste légalisation n’était pas repoussée d’ici la fin des travaux parlementaires.

 

Yannick Moreau

Député de la Vendée littorale

0 commentaires

JE MANIFESTERAI SAMEDI AUX SABLES D'OLONNE CONTRE LES DÉRIVES DANGEREUSES DE L'AGRICULTURE INDUSTRIELLE

Après avoir saturé et pollué la Bretagne, l'agriculture industrielle porcine cherche à tout prix à s'installer en Vendée, deuxième département touristique français.


Nous ne nous laisserons pas faire. Nous ne laisserons pas l'agriculture industrielle défigurer et salir notre belle Vendée.


J'ai tout fait pour essayer d'empêcher le lancement de ce projet. Le conseil municipal d'Olonne a délibéré "contre" et j'ai, en vain, déposé un recours contre la décision de l'Etat.


Maintenant que ce projet a obtenu toutes les autorisations, je ne défilerai pas contre ce projet en particulier car je suis légaliste et me dois de respecter les règles d'un Etat de droit. Je défilerai donc samedi contre les dérives scandaleuses d'une agriculture industrielle sans scrupule ni conscience environnementale.


Car ce projet que l'on peut objectivement qualifier "d'usine à cochons" n'est pas seulement néfaste pour Poiroux mais pour une large frange du littoral vendéen.

La sur-concentration de porcs et la sur-production de lisiers qui en découle constituent en effet une réelle menace pour nos cours d'eau, nos marais et notre littoral.


Comment l'Etat et Mme Royal peuvent-ils laisser reproduire le dramatique exemple breton ?


Où est la cohérence d'un gouvernement qui, en Bretagne, mobilise de l'argent public - si rare - pour réparer les fautes de l'agriculture industrielle et qui, en Vendée, autorise et reproduit le même modèle mortifère pour notre environnement, notre économie et notre qualité de vie ?


Les Vendéens ne se laisseront pas faire ! 

0 commentaires

Conférence de presse : Non à la légalisation des salles de shoot !

J'ai organisé mardi 31 mars 2015 une conférence de presse à l'Assemblée nationale pour dénoncer les dangers liés aux salles de shoot. Je tenais à remercier les personnes venues témoigner lors de cette conférence de presse : Maître Guillaume JEANSON, avocat au Barreau de Paris, qui a plaidé le recours devant le Conseil d'Etat contre le projet d'installation du projet de salle de shoot à Paris ; Jean-Paul BRUNEAU, Président de l'association "Espoir du Val d'Oise" (EDVO), communauté thérapeutique ; Jean-Pierre DETEIX, thérapeute de cette association ; Emmanuel et Yann, résidents du centre EDVO et Zoé, résidente du centre EDVO qui a fréquenté la salle de shoot de Genève. Je souhaite aussi remercier mes collègues Pierre LELLOUCHE, Philippe GOUJON, Nicolas DHUICQ, Philippe VITEL, Hervé MARITON, Philippe GOSSELIN, François ROCHEBLOINE qui m'ont fait le plaisir d'être présents.














0 commentaires

A l’issue de ce second tour des élections départementales, je salue le grand chelem de l’union de la droite et du centre en Vendée littorale.

A l’issue de ce second tour des élections départementales, je salue le grand chelem de l’union de la droite et du centre en Vendée littorale.


J’adresse mes félicitations aux nouveaux conseillers départementaux: Florence PINEAU et Gérard FAUGERON pour le canton des Sables d'Olonne, Isabelle DURANTEAU et Laurent BOUDELIER pour le canton de Saint-Hilaire de Riez, Martine AURY et Noel FAUCHER pour le canton de Saint-Jean de Monts, Séverine BULTEAU et Pierre BERTHOME pour le canton de Talmont Saint-Hilaire. Ils contribueront à asseoir une solide majorité de l’union de la droite et du centre au sein du Conseil général de la Vendée.


Au "côté" des maires et des parlementaires de notre famille politique, ils contribueront à la valorisation des atouts de notre département et à la reconquête politique de la France dont la prochaine étape est celle de la Région des Pays de la Loire, dans 8 mois.


Yannick MOREAU

Député de la Vendée littorale

0 commentaires

Yannick Moreau, député UMP de la Vendée littorale, prend acte et se réjouit du succès de la droite à l’occasion de ce 1er tour des élections départementales en

Yannick Moreau, député UMP de la Vendée littorale, prend acte et se réjouit du succès de la droite à l’occasion de ce 1er tour des élections départementales en Vendée.


Les candidats de la droite et du centre de la majorité départementale ont été placés nettement en tête dans la plupart des cantons de Vendée.


Le niveau élevé de l’abstention et l'exaspération qui provoque la montée continue du Front National en Vendée doivent toutefois conduire les partis politiques traditionnels à se remettre en cause et à se poser les bonnes questions.


A l’approche du second tour de ces élections dans les cantons de l’Ile d’Yeu, Saint Jean de Monts, Saint Hilaire de Riez, et les Sables d’Olonne, Yannick Moreau appelle les Vendéennes et les Vendéens à se rassembler derrière les candidats de l’union de la droite et du centre, UMP et ses alliés UDI et CPNT.


Dimanche prochain, élisons un Conseil Départemental gardien de l’âme vendéenne.

Votons pour la Vendée.


Yannick MOREAU

Député de la Vendée littorale

0 commentaires

Yannick MOREAU se félicite de l'annonce du futur Lycée de Saint-Gilles

COMMUNIQUE DE PRESSE


Yannick MOREAU se félicite de l'annonce du futur Lycée de Saint-Gilles


Yannick MOREAU, Député de la Vendée Littorale se félicite de l’annonce de la création d’un lycée à Saint Gilles Croix de Vie. Il s’agit d’une très bonne nouvelle pour la jeunesse vendéenne et pour l’ensemble de notre territoire.


Ce résultat est dû à la magnifique mobilisation des parents d’élèves et des associations locales qui ont fait valoir leurs arguments avec réalisme et efficacité.


Depuis de trop nombreuses années, les lycéens des environs de Saint-Gilles doivent supporter un temps de transport difficilement compatible avec leur scolarité. C’est pourquoi, il faut faire en sorte que les délais de concertation et de construction soient les plus rapides.


Yannick MOREAU portera une vigilance particulière sur la réalisation rapide de ce projet attendu de longue date.

 

Yannick MOREAU
Député de la Vendée Littorale

0 commentaires

ÉOLIENNES AU LARGE DES SABLES ET DE LA VENDEE LITTORALE : ÇA SE PRÉCISE

J’étais cet après-midi en Préfecture de Région pour évoquer avec le Préfet Maritime de l’Atlantique, le Préfet de Région et les personnes publiques associées, la perspective de validation de « nouvelles zones propices à l’éolien offshore ».


Je vous passe les détails mais globalement, la perspective d’une extension future du parc éolien à l’Ile d’Yeu et Noirmoutier a été abandonnée.


Mais la perspective d’un futur parc éolien au large des Sables d’Olonne et au sud de l’Ile d’Yeu n’a pas encore été abandonnée.


Elle paraît peu probable compte tenu des contraintes environnementales et de la mobilisation des marins pêcheurs mais n’est pas à ce stade abandonnée. L’Etat demande des études complémentaires.


Comme le fera prochainement le Conseil Municipal d Olonne sur Mer, j’invite toutes les communes du littoral vendéen à prendre position pour :


1 - réaffirmer notre soutien au parc éolien « des 2 îles » qui fera bientôt l’objet d’une enquête publique et qui fait l’objet d’un assez large consensus auprès des collectivités locales et des acteurs de la mer,


2 - manifester notre opposition à tout nouveau projet de parc éolien offshore qui risquerait de parasiter, voire même d’empêcher, la réalisation du premier parc éolien offshore vendéen au large des deux îles.


Par ailleurs, concernant l’expérimentation d’un parc éolien flottant, la Préfecture Maritime et la Préfecture de Région écartent à ce jour l’idée d’un projet vendéen.


Toutes ces informations doivent être prises avec précaution puisque nous n’en sommes qu’à une phase de concertation et non pas de décision.


J’invite simplement Madame Royal et le Gouvernement de la France à ne pas confondre vitesse et précipitation.


Un bon parc éolien largement concerté vaut mieux que deux tu l’auras.

0 commentaires

Yannick MOREAU, député de la Vendée littorale, a voté aujourd’hui pour la motion de censure déposée par les groupes d’opposition UMP et UDI à l’Assemblée nation

Yannick MOREAU, membre de la Commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale, dénonce le recours à l’article 49 alinéa 3 de la Constitution : « cette procédure autoritaire montre que ce Gouvernement sans cap n’a plus de majorité pour agir. Le projet de loi Macron, fourre-tout sans réelle ambition économique, n’a même pas réussi à convaincre la majorité de gauche ».


« L’absence de vote est un gâchis démocratique : pendant les 200 heures d’examen et de débat, je suis intervenu à plusieurs reprises pour mettre en garde contre un texte rédigé sans concertation. On voit aujourd’hui à quel point le Gouvernement est déconnecté de ce que veulent les Français » ajoute-t-il.


Yannick MOREAU souligne également que « ce matin encore le Gouvernement s’est retrouvé en minorité sur un autre texte et a été battu sur un amendement concernant le projet de loi des Universités en Outre-Mer. Il y a un réel problème de majorité. François HOLLANDE et Manuel VALLS le savent ».


« Avec conviction, mais sans illusion, je me suis associé résolument à ce moyen d’opposition qu’est la motion de censure. C’est le seul moyen offert concrètement aux Députés par nos institutions pour tenter de mettre fin à un Gouvernement en échec total et dont les projets abiment notre pays semaine après semaine » déclare Yannick MOREAU.


Pour Yannick MOREAU « à défaut d’élections présidentielle ou législatives anticipées qui auraient le mérite de redonner la parole au Peuple français, les élections départementales des 22 et 29 mars doivent être une occasion pour chacun de sanctionner le gouvernement, et l'échec total de sa politique qui, loin de "ré-enchanter le rêve français" est un cauchemar pour la France et pour l'emploi dans notre pays.».


Yannick MOREAU

Député de la Vendée littorale

0 commentaires

J'étais ce midi reçu à l'Elysée par Bernard Poignant, conseiller de François Hollande, pour évoquer le manque d'ambition maritime de la France.

J'étais ce midi reçu à l'Elysée par Bernard Poignant, conseiller de François Hollande, pour évoquer le manque d'ambition maritime de la France.


En petit comité, autour du pdt de l'ANEL (association nationale des élus du littoral), j'ai développé 3 sujets majeurs à mes yeux :


1) le soutien à la pêche artisanale française et vendéenne


2) l'inapplicabilité et la fragilité de la "doctrine de l'Etat" qui nous est imposée dans les PPRL en cours d'élaboration en Vendée littorale, souvent au mépris du bon sens local et ancestral


3) le développement raisonné et progressif des énergies marines, en évitant de confondre ambition et précipitation.


J'ai été écouté.


Nous l'avons été.


Serons nous entendus ?


A suivre...

0 commentaires

La Vendée littorale n'a pas vocation à accueillir toutes les éoliennes maritimes de France et de Navarre.

La perspective de création du parc éolien des deux îles, Yeu et Noirmoutier, est une bonne nouvelle pour la Vendée.


Nous serons vigilants néanmoins sur deux points. D'abord, il faudra veiller à ce que ce projet d'envergure se traduise en bonnes nouvelles locales pour l'Ile d'Yeu, pour l'île de Noirmoutier, mais aussi pour le Pays de Monts appelé à accueillir le secteur d'atterrage de cette énergie éolienne ou encore pour le maillage économique vendéen.

 

Ensuite, l'aménagement de ce parc off-shore devra être particulièrement concerté avec les marins pêcheurs professionnels pour qui cette occupation nouvelle de l'espace maritime devra être synonyme d'opportunités nouvelles et non pas seulement de contraintes nouvelles pénalisant une activité déjà soumise à de trop nombreuses pressions extérieures.

 

En revanche, la perspective ouverte de nouveaux parcs éoliens off-shore au sud de l'Ile d'Yeu et au large des côtes vendéennes est une très mauvaise idée que je combattrai de toutes mes forces, tant au cours de l'enquête publique à venir qu'auprès des pouvoirs publics et du gouvernement.

 

Tant pour les professionnels de la mer que pour notre économie littorale touristique et résidentielle, Un parc éolien au large de nos côtes « ça va », deux parcs ou davantage « bonjour les dégâts"!

 

« Si la Vendée littorale adhère à une dynamique nationale de développement d'énergie éolienne off shore à travers un projet concerté et circonscrit au large des deux îles, je le dis clairement, la Vendée littorale n'a pas vocation à accueillir toutes les éoliennes maritimes de France et de Navarre. »

 

Yannick MOREAU

Député de la Vendée littorale

0 commentaires

J'ai posé aujourd'hui une question au Premier ministre, suite aux tragiques attentats terroristes que notre pays a connu.

La double ligne pénale, entre les intentions de fermeté affichées par le Premier ministre et le Ministre de l'Intérieur d'une part et le laissez faire laxiste de Madame Taubira Garde des Sceaux d'autre part, est dangereuse pour notre pays.

 

Vous retrouverez ci-dessous le texte intégral de ma question. Vidéo disponible en cliquant ICI.


- Texte de ma Question au Gouvernement -

 

Monsieur le Premier Ministre,

 

Votre ministre de l'intérieur et vous-même avez raison de dire que nous sommes en guerre contre l'islamisme radical.

 

La guerre doit être totale.

 

Or, comme vous l'écriviez dans votre lettre au Président de la République à l'été 2013, il y a une fracture large au sein du gouvernement entre une ligne ferme que vous cherchez à incarner avec M. Cazeneuve et la ligne pénale laxiste de Mme Taubira.

 

La réforme pénale de Mme Taubira actuellement en vigueur est un contre sens historique majeur. Quand les Français réclament plus de fermeté, quand les circonstances exigent un réarmement pénal, Mme Taubira fait voter une loi laxiste aux effets catastrophiques.

 

La loi pénale de Mme Taubira cherche à faire éviter la prison comme hier, la loi sur les 35 heures cherchait à éviter le travail.

 

6 mois après sa promulgation, la loi pénale de Mme Taubira est non seulement périmée mais dangereuse pour faire face aux nouvelles menaces qui pèsent sur notre sécurité et sur nos libertés.

 

Devant cette double ligne gouvernementale, ma question est simple et elle est partagée par un grand nombre des représentants de la Nation et de nos compatriotes : comment allez-vous concilier le laxisme pénal généralisé par la réforme de Mme Taubira avec l'impérieuse fermeté que commande la lutte contre le djihadisme islamique ?

 

Face au constat objectif d'un double discours pénal au sein de l'exécutif, la question de la participation de Mme Taubira au gouvernement est clairement posée aujourd’hui.

 

La ligne de la France doit être claire, affirmée, incarnée.

 

L'opposition vous propose quelques mesures fermes et claires.

 

Fin des remises de peine automatiques, interdiction du territoire national et déchéance de la nationalité pour les djihadistes binationaux, sanctuarisation du budget de la défense : ayez le courage de reprendre nos propositions et de poser des actes nouveaux sur les mots d’unité nationale.

0 commentaires

Yannick MOREAU tient à saluer le travail, mené depuis 1998, par Michel DUPONT

Quelques lignes ne suffiraient pas à rendre un hommage exhaustif aux 17 années de son engagement au service du marais breton, de la Vendée littorale et de la Vendée.

 

Michel DUPONT, élu enraciné et de proximité,  n’a eu de cesse de valoriser le Marais Breton Vendéen que ce soit par son soutien à la création d’équipements comme le Haras des Presnes ou bien encore par son action dans la vie associative locale avec l’ADMR ou la Promotion de la vie Maraîchine.

 

Michel DUPONT, élu passionné et engagé aux côtés des forces vives de la Vendée littorale, a œuvré sans relâche pour la défense des activités primaires : ostréiculture, pêche, agriculture… qui constituent un secteur identitaire et culturel fort de notre économie locale.

 

Michel DUPONT, élu visionnaire, a porté pour la Vendée de nombreux projets structurants comme ceux de la modernisation complète de la liaison avec l'Île d'Yeu (ports, gares maritimes et nouvelle flotte).

 

Avec le départ annoncé de Jacques OUDIN, à qui le département doit beaucoup, particulièrement l'accélération du désenclavement de la Vendée, celui confirmé de Michel Dupont tourne une belle page dynamique de l'histoire récente de la Vendée.

Je leur exprime à tous les deux la reconnaissance des Vendéens du littoral et à titre personnel ma gratitude pour avoir accompagné mes premiers pas au service du littoral vendéen.

 

Yannick MOREAU

Député de la Vendée littorale

 

Crédit photo Ouest-France

0 commentaires

Le Pays des Olonnes fait le pari du "numérique", levier de croissance pour toutes nos entreprises.

Le Pays des Olonnes fait le pari du "numérique", levier de croissance pour toutes nos entreprises.


Ce matin, la communauté de communes met en relation une école de formation supérieure avec les entrepreneurs des Olonnes pour évaluer l'adéquation de cette offre de formation aux besoins de notre tissu économique local.


Objectif : ouvrir en septembre 2015 une formation Bac+3, puis Bac+5 ici aux Sables d'Olonne.


Ce projet s'inscrit dans le cadre + large de notre projet "Numerimer".


EN AVANT !

0 commentaires

Fin des avis secrets du Conseil d’Etat : le député Yannick MOREAU se réjouit du ralliement de François HOLLANDE à sa proposition de loi mais s’interroge....

20 janvier 2015

 

Fin des avis secrets du Conseil d’Etat : le député Yannick MOREAU se réjouit du ralliement de François HOLLANDE à sa proposition de loi mais s’interroge sur les motivations réelles du Président de la République.

 

 

Le Président de la République a annoncé, lors de ses vœux au Corps constitués le 20 janvier 2015, la levée du secret qui entoure les avis du Conseil d’Etat.

 

M. Yannick MOREAU, député de la Vendée littorale se réjouit de ce ralliement de François HOLLANDE à sa proposition de loi déposée publiquement à l’Assemblée nationale le 19 janvier 2015 et publiée ce matin même au Journal Officiel.

 

« Le Président de la République semble très attentif au travail parlementaire de l’opposition, c’est une bonne nouvelle à saluer. Il faut aller plus loin et rendre publics tous les avis sur les projets de loi depuis mai 2012, en particulier sur la réforme territoriale, le mariage pour tous, mais aussi sur la loi Macron» commente le député Yannick MOREAU, auteur de la proposition de loi constitutionnelle visant à rendre publics les avis du Conseil d’Etat.


Yannick MOREAU s’interroge cependant sur les motivations réelles qui ont poussées le Président de la République à se rallier aussi soudainement à sa proposition.

 

« La récente fuite de l’avis du Conseil d’Etat relatif au projet de loi « Macron » a montré que l’un des co-rapporteurs du texte était l’ancien directeur de cabinet de Jean-Marc AYRAULT mais également l’ancien directeur de campagne de Mme ROYAL aux élections présidentielle de 2007, explique-t-il. A cet égard, il peut exister un doute sur la neutralité du Conseil d’Etat dans la rédaction de cet avis : rendre publiques les décisions du Conseil d’Etat conduira à mieux garantir l’impartialité de cette institution.» ajoute Yannick MOREAU.


Le député souhaite que cette mesure participe au développement de la lutte contre les conflits d’intérêts qui minent l’exercice socialiste du pouvoir. Il rappelle que, suite à plusieurs de ses initiatives, M. BOUTET, conseiller spécial de Mme TAUBIRA, ministre de la Justice, avait été contraint de démissionner en juin 2014, se trouvant dans une situation de conflit d’intérêts.


Yannick MOREAU

 Député de la Vendée littorale

0 commentaires

Pour la cohésion de la Nation, je propose de rétablir un service national civil ou militaire.

0 commentaires

Retrouvez-moi, samedi 17 janvier à 11h30, dans l'émission "la voix est libre" 

0 commentaires

"Patriote avant d'être de droite ou de gauche".

Source : Ouest-France du 13 janvier 2015.

0 commentaires